Recherche

RESIDENCE DE TOURISME : LE SORT DE RESITEL BIENTOT FIXE

Le tribunal de commerce de Tarbes devrait rendre son délibéré sur Résitel, fin décembre. Une situation très inconfortable pour les clients de cette filiale d’exploitation du groupe Lagrange.

Le suspens continue pour les clients de Résitel, une filiale d’exploitation du groupe Lagrange. Après l’audience du 16 septembre au tribunal de commerce de Tarbes, le sort de cette société mise sous sauvegarde n’est pas encore scellé puisque le délibéré devrait intervenir en décembre prochain.
Dans l’intervalle, l’expert judiciaire désigné pour chiffrer le passif continuera sa mission. Pour les seuls investisseurs, il s’agit d’évaluer le manque à gagner résultant de la dénonciation prématurée des baux commerciaux par Résitel. A cela s’ajoute le risque de remise en cause des avantages fiscaux par l’administration fiscale.

LE POIDS DU PASSIF
« Actuellement, il n’y a pas de communication sur le passif de Résitel. Si l’on s’en tient aux loyers échus impayés, soit 6 mois de loyer sur les résidences en négociation, il doit tourner autour de 4 millions d’euros. Compte tenu des centaines de résiliations de baux conclus avec les investisseurs, le passif devrait logiquement s’alourdir d’au moins 10 millions d’euros » explique une source proche du dossier.
A ce stade du dossier, deux scénarios sont plutôt envisagés pour ce dossier : soit l’homologation du plan de sauvegarde pendant quelques mois, soit la liquidation judiciaire.

UNE CAUTION EN JEU ?

« La liquidation judiciaire permettrait d’éviter une aggravation du passif et pourquoi pas, de faire jouer la caution Lagrange Gestion Luxembourg qui est actuellement  tente de se dégager de toute responsabilité  » poursuit un connaisseur du dossier.

En revanche, l’homologation du plan de sauvegarde risque de se traduire par une fuite en avant. Combien d’années faudra-t-il à Résitel pour éponger son passif ? Lors du dernier exercice, cette société a réalisé 15,5 millions d’euros de chiffre d’affaires et dégagé 1,7 millions d’euros de déficit.
En attendant le verdict, les investisseurs privés ont interpellé Madame la Garde des Sceaux sur l’absence d’information à propos de la procédure de sauvegarde et de la viabilité du plan de sauvegarde de Résitel, au regard des résultats des autres sociétés du groupe Lagrange. Affaire à suivre.


APOLLONIA, RESITEL, DEPARDIEU : RAPPEL DE LA SEMAINE 10

Deux dossiers très épineux – Apollonia et Résitel – continuent de retenir l’attention. Quant à Gérard Depardieu, je vous transmets les observations d’une moscovite sur cette icône du cinéma français.

 

VICTIMES D APOLLONIA : VOS REACTIONS

Découvrez des témoignages de victimes d’Apollonia la plus grande escroquerie immobilière et financière de France. Ce dossier continue de faire  l’objet d’une procédure judiciaire.

 

RESIDENCES DE TOURISME LAGRANGE : QUEL SORT POUR RESITEL?

Audience le 18 mars 2013 au tribunal de commerce de Tarbes pour déterminer le nouveau sort Résitel, une filiale d’exploitation des résidences de tourisme Lagrange placée actuellement sous le régime de sauvegarde.

EXIL FISCAL : DEPARDIEU VU PAR LES RUSSES

En direct de Moscou : l’exilé fiscal Gérard Depardieu, n’est pas forcément une idole en Russie. La réalité d’un Russe est bien éloignée de son tourbillon de réceptions.

RESIDENCES DE TOURISME LAGRANGE : LE CONTROLE EN QUESTION

Audience en février au tribunal de commerce de Tarbes afin de contester la nomination d’un contrôleur de la sauvegarde de Résitel, une filiale du groupe Lagrange.

https://i1.wp.com/fr.ski-france.com/images/headerbild.jpgEncore un épisode dans le litige opposant les investisseurs en résidences de tourisme sous l’enseigne Lagrange, avec une nouvelle audience le lundi 4 février à Tarbes.

En raison de ses difficultés financières, une de ses filiales d’exploitation Résitel a été placée sous le régime de la sauvegarde jusqu’à fin mars 2013, par le tribunal de commerce de Tarbes. Ayant à faire face à des impayés de loyer, les investisseurs privés se retrouvent piégés.

Le rôle des contrôleurs de sauvegarde

A ce titre, le code du commerce prévoit la nomination par le tribunal de commerce de 5 contrôleurs au maximum. Ces particuliers ont en principe accès aux documents comptables de la société placée sous sauvegarde, en l’occurrence ceux de Résitel.

Devenant proches du dossier, ils ont investi dans un appartement situé dans une résidence de tourisme, est exploité par Résitel.

Irrégularité dans la nomination d’un commissaire ?

Ayant postulé pour contrôler la sauvegarde, un investisseur privé est passé en audience au tribunal de commerce de Tarbes en octobre 2012. A la mi-décembre, ce tribunal lui a refusé cette mission. Motif invoqué : tous les postes de contrôleur sont déjà pourvus.

Le hic, c’est que le 5ème contrôleur avait formulé sa demande, un mois après l’investisseur refusé par le tribunal ! D’où l’interrogation des clients sur les « agissements du juge commissaire et donc de l’appareil judiciaire ». Il semblerait que le 5ème contrôleur accepté par le tribunal ait signé l’avenant de Résitel prévoyant une chute drastique des loyers de la résidence de tourisme. Est-ce une raison suffisante pour le préférer au candidat contrôleur refusé ?

En attendant, les clients du groupe Lagrange dont leur bien est exploité par sa filiale Résitel se sont organisés en fédération nationale des résidences de tourisme. En outre, il a été fait opposition à cette décision de rejet par le tribunal de commerce de cette nomination. Suite à l’audience du 4 février, je ne manquerai pas de vous faire part du délibéré attendu pour… mai!

Sous la rubrique  VOUS ABONNER (colonne de droite), il suffit d’entrer votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publicationsMerci de votre fidélité.

https://i1.wp.com/fr.ski-france.com/images/headerbild.jpg


CLIENTS LAGRANGE : VOS AVIS (2)

Comme prévu dans le précédent billet, je continue à donner un coup de projecteur sur vos derniers commentaires relatifs au billet sur Lagrange (suite et fin).

https://i1.wp.com/fr.ski-france.com/images/headerbild.jpg

Soixante cinq résidences de tourisme en difficulté, des investisseurs français et britanniques déçus par leur placement immobilier, des soucis également dans les résidences étudiantes, voilà ce qu’il faut retenir de la suite de vos commentaires, chers internautes, qui avaient réagi au billet  «  Résidences de tourisme : des clients de Lagrange piégés « . Bonne lecture

Les résidences étudiantes aussi

  1. fontaine December 10, 2012 at 3:13 pm  (Edit)

Je suis copropriétaire d’une résidence étudiante à Nîmes et le gestionnaire victory gestion a décide de son propre fait de baisser les loyers de 19% , même si nous avons répondu non à sa proposition de baisse de loyer , soi disant il perdrait de l’argent !

Le promoteur est SOCOGIM ( groupe VINCI ) , bail au 1er septembre 2008 avec la société ANTAEUS ( monsieur de biasi ) et vente du fond de commerce au 1er aout 2009 à la société VICTORY GESTION ( dirigé aussi par monsieur de biasi ). Situation locative difficile des 206 logements dont 41 en classes affaires et lourde perte sur cette résidence !

https://i1.wp.com/fr.ski-france.com/images/headerbild.jpg

Soderev : quand les Britanniques investissent en Savoie

  1. Epinette December 13, 2012 at 6:33 pm  (Edit)

Je suis membre du bureau de l’association des copropriétaires des Chalets de Wengen, détenteurs d’un bail dont l’exploitant est Soderev Tour du groupe Lagrange. Nous regroupons une très large majorité de britanniques (80%) qui, tout comme nous, prend la mesure du caractère commercial de notre bail et de toutes les implications encourues.

Le 13 novembre dernier, nous étions conviés à une réunion à l’initiative de l’administrateur judiciaire. Après présentation d’un état des lieux, exposant les pertes enregistrées au niveau de la société Soderev Tour en général, une conjoncture tendue, et un résultat négatif en particulier pour la résidence nous concernant; un effort conjoint tant au niveau de notre contribution aux charges (20 Euros/m² x2) que du loyer perçu (-30%) nous a été présenté comme éventuellement “négociable”.

Nous avons questionné les différents intervenants sur les autres pistes explorées visant à rétablir l’équilibre des comptes et notamment sur le taux de commissions facturé par le groupe à ses filiales en difficulté. Le taux de 20% nous a été confirmé comme étant tout à fait en ligne avec la moyenne de la branche, sa remise en question n’avait donc pas lieu d’être…? Ces prélèvements étant faits en amont nous sont difficilement accessibles et vérifiables.

Nous n’avons plus de nouvelles du syndic contrôlé par le groupe Lagrange depuis plus d’un an, ce qui a semblé surprendre nos interlocuteurs qui se sont empressés de nous promettre une réponse à l’issue de la réunion…?

La visibilité supérieure et les parts de marché considérables de nouveaux e-bookers sur le net semblent avoir déstabilisé le marché et rongé les marges des opérateurs historiques. Le modèle des “résidences de tourisme” semble être arrivé à maturité, comme autrefois le timeshare aujourd’hui en fin de vie. Les mises en chantier se font rares tarissant là aussi les revenus issus de la promotion immobilière de ces groupes. Le retour à une bonne vieille gestion individuelle ou classique ne semble pas si ringarde parce que de nouveau durable et raisonnée.

Nous sommes en contact régulier avec les copropriétaires britanniques qui déjà depuis 2007, via un forum dédié, échangent leurs points de vue et concertent leurs actions. Ils bénéficient des mêmes règles fiscales octroyées aux nationaux, et seraient donc, le cas échéant redevables de l’exonération de TVA si un terme était mis au bail en cours. Bien qu’assistés de conseils pour certains, ils n’ont pas appréhendé les contours de la dimension commercial du bail. Il faut souligner que les agents immobiliers (Lagrange patrimoine conseil en ce qui me concerne) ou autres intermédiaires n’ont pas cru bon de s’attarder sur le caractère contraignant de ce type de contrat pas franchement adapté aux particuliers. La loi britannique en la matière offre beaucoup moins de protection au preneur. En outre, la faculté du bail à être renouvelée à terme sans que le bailleur puisse se prémunir d’éventuelles indemnités de compensation n’est pas un élément dont ils avaient connaissance à la signature. Enfin, nos amis sont troublés de réaliser que de tels montages puissent être cautionnés par des dispositifs fiscaux encadrés par l’état et de constater que les vrais perdants sont les propriétaires mais aussi les stations qui bientôt pourraient se retrouver seuls à la barre de vaisseaux fantômes à moins de reprendre leur destin en main.

Quant au potentiel offert par le net, deux segments semblent se dessiner:

1 Les acheteurs de prix de remises (ex voyage privé), ou de tout inclus. Ce qui ne signifie pas obligatoirement bas de gamme.

2 Les acheteurs de destinations spécifiques,” les fidèles” ( portail de stations, agences locales) , sensibles à l’enneigement la taille du domaine. Il semble évident que la deuxième solution soit plus à notre portée en tant que copropriétaires rassemblés autour d’une même résidence. Bien cordialement

  1. indigné

Le taux de 20% nous a été confirmé comme étant tout à fait en ligne avec la moyenne de la branche, sa remise en question n’avait donc pas lieu d’être…?” Je me permets de remettre en question l’argument avancé par l’administrateur judiciaire. Les comptes publiés par un concurrent national (8MEuros de CA) mentionnent un taux moyen Tour Operator de 9.3%. De plus plus, ce concurrent fait appel entre autre au groupe Lagrange pour faire la promotion commerciale, car il apparait dans le catalogue Lagrange, la remise en question du bien fondé de ce taux de 20% est plus que d’actualité.

Le Clos des Fontaneilles aux Angles

  1. cathy31 December 17, 2012 at 3:19 pm  (Edit)

Propriétaire au Clos des Fontaneilles aux Angles, seulement une vingtaine de copropriétaires , sur 82, avaient signé l’avenant proposé par Résitel, avec une baisse d’environ 70 % . Et ce malgré les différents courriers de “menace” de RESITEL ou de l’administrateur. Nous savions depuis le mois de juillet que RESITEL ne voulait pas garder notre résidence. Donc notre avocat ainsi que certains copropriétaires ont cherché des repreneurs. Notre résidence a donc été cédée par décision judiciaire du mois de septembre. Nous avons aujourd’hui un repreneur, certes avec un loyer plus faible que celui que nous avions, mais au moins la saison d’hiver est assurée. A ce jour, Résitel nous doit encore le loyer du 3eme trimestre 2012 (payable au 30 septembre) !!!!

Comme le précédent billet consacré aux commentaires des lecteurs de ce blog, celui-ci est long.

Abonnez-vous à ce blog en laissant votre adresse mail, dans la colonne en haut à droite. Merci de votre fidélité.