Recherche

CINEMA : LE FESTIVAL DES ARCS FETE SES DIX ANS

EN DIX ANS, LES ARCS FILM FESTIVAL S’IMPOSE COMME L’UN DES EVENEMENTS CULTURELS MAJEURS DU CINEMA EUROPEEN EN FRANCE.

 

Cette année, le festival de cinéma européen des Arcs fête son dixième anniversaire du 15 au 22 décembre. L’occasion pour les festivaliers ou/et les skieurs de croiser des invités prestigieux dans un cadre unique. En effet de grands noms du cinéma se déplaceront pour passer quelques jours dans cette station de la Tarentaise. L’occasion pour eux de présenter leurs films, débattre avec le public, partager avec lui l’amour du cinéma à travers des moments uniques. Le directeur artistique Frédéric Boyer a sélectionné 120 films européens. plus de 20.000 spectateurs sont attendus  pour découvrir cette programmation éclectique, dans les sept salles de la station.

Voici les invités attendus :

Louis Garrel et Laëtitia Casta pour le film d’ouverture Un homme fidèle,

Audrey Lamy , Noémie Lvovsky et Louis-Julien Petit pour Les Invisibles,

Fabienne Godet pour Nos vies formidables ,

Rémi Bezançon, Camille Cottin et Alice Izaaz pour Le Mystère

Henri Pick, Sébastien Marnier pour L’Heure de la sortie,

David Roux, Jérémie Renier et Zita Hanrot pour L’Ordre des médecins,

Marcus Lindeen pour Raft,

James Gardner pour Jellyfish, Christophe Le Masne et Grégory Montel pour Moi, Maman, Ma mère et moi.

Sans oublier les équipes des films en compétition : Malgorzata Szumowka pour Mug, Claire Burger et Bouli Lanners pour C’est ça l’amour, Marios Piperides pour Smuggling Hendrix, Sudabeh Mortezai pour Joy, Nikos Labot pour Her job…

Pour organiser votre séjour, je vous recommande mon récent reportage publié dans Grand Sud Mag.

BON CINE EN ALTITUDE

 

 


BIENTOT UNE VENTE AU PROFIT DE LA FONDATION FOUJITA

UNE VENTE CARITATIVE POUR ENCOURAGER LA PRATIQUE ARTISTIQUE DES JEUNES EN DIFFICULTE ACCOMPAGNES PAR APPRENTIS D’AUTEUIL.

Pierre-Yves Trémois, Hommage à Foujita, Acrylique sur toile, signée en bas à gauche, H. 93 x L. 93, mise à prix : 1.000 €

A vos agendas. Le 10 octobre 2018, sous les plafonds rénovés de l’hôtel Lutetia, partenaire de l’événement, la Fondation Foujita, avec la complicité d’Artcurial, organise une vente caritative.

Mission de cette fondation : valoriser et faire vivre l’oeuvre de Foujita, mais surtout, de développer des projets de pratiques artistiques pour les jeunes en difficultés accompagnés par Apprentis d’Auteuil.

Cet artiste japonais a toujours fait preuve de bienveillance envers la jeunesse qu’il a souvent représentée dans ses toiles. Les fonds collectés lors de cette vente seront exclusivement dédiés au développement de ces projets.

En cette Année Foujita de célébration des cinquante ans de la disparition de Léonard Foujita, la Fondation a invité une quarantaine d’artistes, de galeries d’art et de collectionneurs à lui rendre hommage par la réalisation ou le don d’une oeuvre destinée à être vendue lors de cette vente caritative.

Le choix de ces oeuvres met en lumière les liens unissant les artistes au peintre japonais : qu’il s’agisse de leur discipline artistique commune, de leurs sources d’inspiration, de leur nationalité, et pour certains, de leur histoire partagée avec Foujita.

« Foujita n’aime que peindre et rire » écrivait Gérard Oury, proche de Foujita, dans ses Mémoires d’Elephant en 1988. Danièle Thompson, scénariste et réalisatrice, fille de Gérard Oury est la marraine de cette vente unique.

Lors de cette vente exceptionnelle qui se tiendra à Paris, dans le salon Cristal de l’hôtel Lutetia, lieu de rendez-vous emblématique des personnalités de la littérature, de l’art et du cinéma, la mise à prix de chacun des lots s’élève à 1.000 euros.

Avant la vente, la trentaine d’oeuvres sera présentée sous la forme d’un parcours artistique dans les parties publiques de l’hôtel, 45 Boulevard Raspail, 75006 Paris. Dates à retenir
Lundi 8 octobre, 14h – 17h
Mardi 9 octobre, 10h-12h et 14h-17h
Mercredi 10 octobre, 10h-12h et 14h-17h

Par ailleurs, je vous rappelle la vente d’art russe le 16 octobre à Paris.


L’ART RUSSE : BIENTOT AUX ENCHERES

A LA MI OCTOBRE, 80 TABLEAUX D ARTISTES RUSSES DU DEBUT DU XX SIECLE SERONT VENDUS AUX ENCHERES A PARIS PAR ARTCURIAL.

Natalia Gontcharova, Paysanne et enfant aux puits (Etude), circa 1910,

Huile sur toile, estimations : 275 000 – 350 000 € selon Artcurial

Pour cette rentrée, je vous conduis sur les traces de la peinture russe dans la première moitié du XX° siècle. Le mardi 16 octobre 2018, Artcurial consacrera une matinée de vente à la dispersion de 80 œuvres provenant de la collection Tatiana et Georges Khatsenkov : près d’un siècle de créations russes à Paris, de 1890 aux années 1970, offrant un panorama inédit sur le travail de ces artistes épris de liberté.

Installés depuis près de 30 ans sur la côte d’Azur, qui attira et inspira tant les peintres russes, Tatiana et Georges Khatsenkov,  se sont plongés avec passion dans l’histoire de ces aventuriers de l’art qui trouvèrent en Paris un refuge.

Les tableaux et sculptures de leur collection offrent une vision surprenante de l’art russe au XXe siècle, profondément moderne et anticonformiste, débarrassé du joug de la propagande.

« Choisir Paris pour disperser cet ensemble, c’est revenir aux sources des échanges artistiques entre la France et la Russie au XXème siècle. Constituée par un couple d’amateurs passionnés, cette collection offre un éclairage non-conventionnelle sur l’histoire de la peinture russe dans la 1ère partie du XXème siècle » signale Bruno Jaubert, Directeur associé, Département Art Moderne, Artcurial.

Ces aventuriers de l’art russe réussirent à développer en France,  une réelle liberté de ton. Parmi les artistes figurant au catalogue de cette vacation, je remarque notamment Sonia Terk-Delaunay. Agée de 20 ans, elle s’installe à Paris en 1905. Immédiatement marquée par le fauvisme d’Henri Matisse, le primitivisme et l’expressionnisme allemand, elle réalise en 1908 un Nu (estimation 60 000 – 80 000 € ). Et Marie Vassilieff : définitivement parisienne à partir de 1907, elle occupe une place  particulière dans la constellation des artistes installés à Montparnasse avant la révolution. L’artiste transforme son atelier en une véritable libre académie de peinture

Xénia Muratova, historienne de l’art et auteure de l’ouvrage La Russie inconnue – Art russe de la première moitié du XXe siècle : chefs-d’oeuvre de la collection Tatiana et Georges Khatsenkov souligne l’apport essentiel des artistes russes dans l’évolution des tendances de l’avant-garde et de l’art abstrait. Ils ont également eu une influence sur l’art figuratif y compris le réalisme poétique et l’art néoclassique des années de l’entre-deux-guerres.

L’estimation globale de cette vacation se situe entre 1,2 million et 1,6 million d’euros. Ce score estimatif pourrait être supérieur à la fin des enchères.

 


RITZ : VENTE HISTORIQUE DU MOBILIER

A PARIS, UNE EXPOSITION PLONGE LE VISITEUR AU CŒUR DE L’UNIVERS DU RITZ.

Image associée

 

 

Avec le Ritz, Artcurial adjugera le mobilier de son cinquième palace. Cette vente aux enchères se déroulera au 17 au 21 avril 2018. Armez vous de patience pour faire la queue.

Depuis son inauguration, le 1er juin 1889, le Ritz Paris et ses somptueux décors incarnent l’élégance et le luxe feutré synonymes de l’art de vivre à la française.

A la fois intimiste et étincelant, le style Ritz fut immédiatement adopté par les clients du monde entier. En particulier, des têtes couronnées, célébrités, artistes,  et écrivains : Marcel Proust, Ernest Hemingway, Coco Chanel, Audrey Hepburn ou Marie Callas.

Lors de cette vente, des milliers de lots provenant des anciens aménagements successifs du célèbre hôtel seront proposés aux enchères. Avant cette vacation, du 12 au 16 avril 2018, une grande exposition publique gratuite de près de 3 000m² métamorphosera les salons de l’hôtel Marcel Dassault, siège parisien d’Artcurial sur les Champs-Elysées. Avec le concours du décorateur français Vincent Darré, une sélection des 10.000 pièces du catalogue y sera présentée.

Inspiré de la grande tradition, cet écrin éphémère, que j’ai découvert lors d’une visite réservée à la presse,  réinterprète l’esprit  du palace de la place Vendôme. Pour saisir l’envers du décor, je vous conseille cette petite vidéo intitulée Il était une fois le Ritz Paris.

Lors de cette vacation, près de 3.500 lots provenant des anciens aménagements du Ritz depuis 120 ans devraient trouver preneur. Compte tenu de l’intérêt des acquéreurs étrangers, en particulier américains, l’estimation du produit de la vente à 1 million d’euros pourrait être multiplié par dix. A suivre.