Recherche

DINARD : BIENTOT LE FESTIVAL DU FILM BRITANNIQUE

Le Festival du film britannique de Dinard se déroulera fin septembre. De l’autre coté de la Manche, le cinéma d’outre manche est en colère.

 

 

 

Sur fond de Brexit, le Festival du film britannique de Dinard se déroulera cette année du 27 septembre au 1er octobre.

 

« Près de 20% de la sélection parle des migrants. Deux films se déroulent à Calais. Globalement, le cinéma britannique est en colère« , confie Hussam Hindi, directeur artistique de l’événement. Dirigeant depuis 1997 la programmation du Festival de Dinard, ce professeur de cinéma à Rennes, suit de près l’évolution du cinéma britannique. D’ailleurs entre mars et août, il fait sa programmation et voit un maximum de films.

Cette 28° édition sera présidée par Nicole Garcia, l‘actrice et réalisatrice notamment connue pour avoir réalisé « Un week-end sur deux » (1990) ou « Place Vendôme » (1998).
Quant à l’affiche, elle a été signée par Sylvain Garrigues.  « Le personnage mis en scène pourrait sortir tout droit d’une réalisation britannique à l’image d’une Maggie Smith ou d’une Judi Dench. Cette femme âgée arbore tatouage et bijou décalé pour marquer une certaine modernité et rébellion, deux thèmes abordés dans de nombreux films britanniques à l’image du dernier Ken Loach Moi, Daniel Blake”  m’explique l’équipe du festival à Dinard.

Et si cette charmante anglaise ne sourit pas, n’y voyez pas un caractère acariâtre. C’est tout simplement parce qu’on ne plaisante pas avec l’heure du thé !

PROCHAIN BILLET VERS LA MI- AOUT

 

 


HAMBOURG : ENFIN LA PHILHARMONIE

LA SUPERBE PHILHARMONIE DE L’ELBE A ENFIN OUVERT SES PORTES. VISITE  DE CETTE OPERATION PHARAONIQUE A L’ ARCHITECTURE AUDACIEUSE.

L’audacieux mariage de la brique et du verre.

A quelques jours de la fête de la musique en France, j’en profite pour donner un coup de projecteur sur Hambourg. Cette ville hanséatique accueillera les 7 et 8 juillet 2017, les dirigeants du G20. D’ailleurs le dernier jour, ils assisteront à un concert de musique à l’Elbphilharmonie.

Enfin sorti de terre, ce  vaisseau fantôme se dresse sur le socle d’un ancien entrepôt de cacao en brique rouge. Impressionnante, sa voile de verre et d’acier se déployant par vagues successives jusqu’au sommet de la toiture, trône jusqu’à 110 mètres de hauteur, en surplomb de l’Elbe.Avec les confrères de l’Ajibat, j’ai eu le privilège de me rendre sur une terrasse privée donnant sur le toit.

Oui, c’est bien le toit

 

L’architecture est signée par le cabinet suisse Herzog & de Meuron. Spécialiste dans la reconversion du patrimoine industriel, il est déjà intervenu pour la Modern Tate Gallery implantée sur la rive droite de la Tamise à Londres.

Alors que la première pierre a été posée en 2007,  cette opération a trainé pendant dix ans. Et surtout son budget a littéralement explosé : d’un devis de 187 millions d’euros, la facture s’est finalement chiffrée à 789 millions d’euros. Pour tenter de limiter les dégâts financiers, une concession a été cédée à un hôtel sous l’enseigne Westin et à quarante cinq luxueux appartements ont été vendus… il y dix ans. Et ce, pour un prix entre 15.000 et 25.000 euros le mètre carré. Nos voisins d’Outre Rhin sont familiers à ce genre de dérapages. Le dernier en date : la construction du nouvel aéroport de Berlin où les dépassements de budget se chiffrent en milliards.

DEUX SALLES DE CONCERT

Situé à l’extrémité ouest du quartier de HafenCity ,  dans la zone d’entrepôts Speicherstadt inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, le complexe Elbphilharmonie constitue un point de repère architectural et culturel. En empruntant un long escalator, vous atteindrez la plaza ouverte au public et faisant le tour de la base de son imposante façade en verre et jouit de ses 37 mètres de hauteur, d’une vue panoramique sur la ville et le port. « Ayant déjà accueilli deux millions de visiteurs sur la plaza,  ce bâtiment est devenu une véritable attraction pour la ville. Les touristes viennent aussi bien du nord que du sud de l’Europe » me confie l’architecte Olaf Bartels.

Ce paquebot géant abrite un auditorium doté de 550 fauteuils, plutôt destiné aux concerts de musique acoustique et une grande salle de 2.350 places destinée aux grands concerts ou spectacles. Comme à l’auditorium de Radio France ou la Philharmonie de Paris ou encore de la Seine Musicale, l’acoustique est conçue par l’architecte japonais  Yasuhisa Toyota . J’ai pu l’apprécier en assistant à une répétition dans la grande salle.

La grande salle

Comme au Metropolitan Opera de New-York, les concerts de grande qualité sont quasiment réservés un an à l’avance sur le site de la Philharmonie. Mais pour les autres manifestations moins prestigieuses et programmées en semaine, les mélomanes peuvent tenter leur chance, lors de ventes de dernière minute, en se rendant 90 minutes avant le début du concert, au bureau des ventes de tickets, situé au rez-de-chaussée, à droite de l’entrée. Bonne chance !


VERSAILLES REND HOMMAGE A L’ORIENTALISTE ANDRE SUREDA

UNE EXPOSITION AU MUSEE LAMBINET DE VERSAILLES MET EN LUMIERE LE TALENT DU PEINTRE ORIENTALISTE ANDRE SUREDA.

Accéder au contenu

« Jeune fille berbère assise » années 1920, fusain, lavis et crayons de couleur.

La ville du Roi Soleil vous fait voyager dans les anciennes colonies d’Afrique du Nord en consacrant une exposition André Suréda peintre de l’orient au Musée Lambinet du 20 mai 2017 au 16 juillet 2017. Au total une centaine d’oeuvres à admirer sur 200 m2 de surface d’exposition. D’habitude, cette importante collection d’oeuvres réalisées par l’artiste versaillais au début du XXe siècle en Algérie et au Maroc, « dort » dans les réserves de ce Musée qui consacrera une exposition à l’orientaliste Georges Gasté, à l’automne 2017.

UN ORIENTALISTE DU DEBUT DU XX° SIECLE

Né à Versailles, grand voyageur, et tombé fou amoureux de l’Afrique du Nord à partir de 1910, André Suréda fut un artiste remarqué en son temps. » Ce peintre qui a voyagé dans le monde arabe d’Alger à Jerusalem, nous laisse une oeuvre emprunte d’une certaine religiosité » m’explique Jean-Marie Guinebert, directeur des Affaires culturelles de la Ville de Versailles. Chaque année, il expose lors du salon des artistes français, au salon d’automne ou au salon des Indépendants, mais aussi aux expositions coloniales de 1906 et 1922, et devient le chantre incontesté d’un orient rêvé qu’il étudie pourtant aussi à la manière d’un ethnographe.
DIVERSES THEMATIQUES

L’enjeu de cette exposition est de comprendre Suréda vu sous différents angles.

° La première salle est consacrée à la famille, à la formation et aux premiers voyages d’André Suréda.

° Sa technique originale et son rapport au colonialisme sont étudiés dans la deuxième salle, qui nous révèle comment Suréda s’intègre dans le mouvement orientaliste.

° La troisième salle suit cet artiste versaillais dans ses voyages, de l’Algérie à la Syrie. Une mise en lumière de son talent d’illustrateur.

° La quatrième salle est dédiée à la représentation de la femme, depuis l’étude jusqu’à l’idéal de la femme rêvée. Le regard d’ethnologue va à l’encontre de communautés religieuses – musulmane, juive, arménienne-  d’artisans, d’esclaves, de mendiants, ou encore de musiciens.

Bonne visite dans cette ville culturelle !


VERSAILLES : LE MOIS MOLIERE EN JUIN

A VERSAILLES , LE MOIS MOLIERE CONSTITUE, UNE AVANT-1ERE DU OFF D’AVIGNON. 350 SPECTACLES MAJORITAIREMENT GRATUITS A NE PAS MANQUER.

Affiche_MM_2017.jpg

 

Pour ce week-end pascal, oublions momentanément les requins de l’épargne, pour se tourner vers le théâtre. Et plus précisément, le fameux mois Molière de Versailles.

Chaque année, du 1er au 30 juin, cette manifestation marque le lancement de la saison des festivals et voit affluer les comédiens à Versailles. Pour de nombreuses compagnies, c’est un véritable tour de chauffe avant le Off d’Avignon.

« Dans la programmation, j’ai toujours privilégié l’esprit de troupe au détriment des stars. Je suis plus intéressé par des gens qui ont une démarche collective » me rappelle François de Mazières, Député-marie de Versailles, Fondateur et directeur artistique du Mois Molière. Classiques et contemporains, tous les auteurs peuvent y être joués.

Incubateur de talents depuis 1996, le Mois Molière transforme Versailles, 30 jours durant, en une grande scène à ciel ouvert, accueillant chaque année près de 100 000 spectateurs.

350 spectacles, classiques et contemporains, majoritairement en entrée libre, défendent les nouvelles formes du théâtre populaire, dans 60 lieux, partout en ville : Grande écurie du château, Potager du Roi, théâtre Montansier, ancien hôpital royal, galerie des Affaires étrangères de Louis XV, parcs, places et jardins….

LE THÉÂTRE À L’HONNEUR

Une fois le(s) spectacle(s) choisi(s) dans un lieu prestigieux, munissez-vous de courage pour faire la queue le jour de la représentation gratuite. En avant-première, voici la programmation partielle de ce superbe festival.

 

– 1er juin (20h30) – Grande écurie : Le Roman de Monsieur Molière, d’après Mikhaïl Boulgakov (Collectif Voix des PlumesRonan Rivière). Création Mois Molière 2016 / Entrée libre

 

– 2, 3 et 4 juin (20h30) – Grande écurie : Amphitryon, de Molière (Phénomène & CieStéphanie Tesson, avec Nicolas Vaude. Création 2017 / Entrée libre

 

– 3, 4, 10 et 24 juin (18h et 20h) – Potager du Roi : Hansel et Gretel (compte musical ambulant), d’après les frères Grimm. Création 2017 / Entrée libre

 

– 7 juin (20h30) – La Rotonde / 14 juin (20h30) – salle Marcelle Tassencourt : Falstaff, d’après William Shakespeare (Burlesques associés – Jean-Hervé Appéré). Création 2017 / Entrée libre

 

– 8 et 9 juin (20h30) – Grande écurie : Le Quatrième Mur, adaptation du roman de Sorj Chalandon (Cie du Théâtre des Asphodèles – Luca Franceschi). Entrée libre

 

– 10 juin (20h30) – Théâtre Montansier : Amok, de Stefan Zweig, adaptation Alexis Moncorgé (Molière de la Révélation théâtrale 2016), mise en scène Caroline Darnay.

 

– 12 juin (20h30) – Académie du spectacle équestre : Hugo, extraits d’œuvres de Victor Hugo, de et avec Yves-Pol Denielou, mise en scène Charlotte Herbeau. Entrée libre

 

– 15 et 16 juin (20h30) – Grande écurie : La Main de Leïla, de Aïda Asgharzadeh et Kamel Isker, mise en scène Régis Vallée. Création 2016 / Entrée libre

 

– 16, 17 et 24 juin (19h) – Cour de l’Hôtel des Affaires étrangères : Matilda, de Roald Dahl (Compagnie du CatoganGwénaël de Gouvello). Création 2017 / Entrée libre

 

– 17 juin (16h) – Carré au puits / 18 juin (16h30) – Cour Duplessis / 24 juin (16h) – Place Charost : Petites histoires sur un coup de tête (Compagnie de l’Alouette – Aurélie Lepoutre et Loïc Richard). Création 2017 / Entrée libre

 

– 17 juin (20h30) , 18 juin (17h) – Grande écurie : Les Cavaliers, de Joseph Kessel, mise en scène Eric Bouvron (Molière du Théâtre privé 2015). Entrée libre

 

– 19 et 27 juin (20h30) – Grande écurie : Faust, de Goethe (Collectif Voix des PlumesRonan Rivière). Entrée libre

 

– 22 et 23 juin (20h30) – Grande écurie : Iliade, d’après Homère, mise en scène Alexis Perret et Damien Roussineau. Entrée libre

 

– 26 juin (20h30) – Grande écurie : Tartufferie en Nouvelle-France, de Hubert Fielden (Cie de l’Archipel – Alice Pascual – troupe du Québec), direction musicale Yves Morin. Création 2017 / Entrée libre

 

– 28 et 29 juin (20h30) – Grande écurie : Roméo et Juliette, de Shakespeare (Compagnie VivaAnthony Magnier). Création 2017 / Entrée libre

 

– 30 juin (20h30) – Grande écurie : Baâda, le Malade imaginaire, d’après Molière (Cie Marbayassa – Guy Giroud – troupe du Burkina Faso). Entrée libre

 

Et dans l’ensemble des quartiers de la ville, le théâtre sur tréteaux de l’AIDAS (Carlo Boso et Danuta Zarazik) :

 

– 3 juin (16h) – Ecole La Source / 11 juin (15h) – Parc de Picardie / 24 juin (17h) – Place du marché Notre-Dame : Les Noces de sang, de Federico Garcia Lorca. Création 2017 / Entrée libre

 

– 3 juin (17h) – Place du marché Notre-Dame / 10 juin (16h) – Hôtel des Menus plaisirs / 17 juin (16h) – Petite rue du refuge / 24 juin (16h) – Esplanade Grand Siècle : Les Trois mousquetaires, d’après Alexandre Dumas. Création 2017 / Entrée libre

 

– 4 juin (15h) – Jardin des Etangs Gobert / 25 juin (15h) – Square Jeanne d’Arc : Les Grenouilles, d’après Aristophane. Création 2017 / Entrée libre

 

– 10 juin (17h) – Place du marché Notre-Dame / 17 juin (16h) – Centre commercial de Satory : Les Amants du paradis, d’après Raoul Mille. Création 2017 / Entrée libre

Programmation complète à retrouver prochainement sur :
http://www.moismoliere.com