Recherche

EVASION : PRAGUE AUTREMENT

(RE) DECOUVREZ CETTE VILLE AU BORD DE LA MOLDAU ( VLTAVA). OUTRE SON QUARTIER HISTORIQUE. GROS PLAN SUR TROIS COUPS DE COEUR ET LA CELEBRE MUSIQUE  » LA MOLDAU  » DE SMETANA

Longtemps touchée par le surtourisme, la capitale de la République Tchèque devient plus accessible en ces temps sanitaires troublés. Désormais vous pouvez parcourir le pont Charles en dehors de la foule. Dans l’enceinte du château, la Ruelle d’Or se découvre enfin en toute sérénité. Une fois que vous avez visité les incontournables de Prague, notamment la Vieille ville et son horloge, le Château, le quartier juif, le Monastère Sainte-Agnès et la place Vencelas, voici trois haltes à ne pas manquer.

LA MAISON MUNICIPALE

Se dressant au cœur de la Vieille Ville, sur la place de la République, c’est l’un des plus beaux bâtiments d’Art Nouveau en Europe Centrale. L’intérieur de la Maison Municipale se découvre uniquement lors d’une visite guidée à réserver sur place.  « Bâtie entre 1905 et 1912, lorsque la Bohême faisait encore partie de l’Autriche-Hongrie, elle symbolise l’assurance du peuple tchèque qui, au sein d’une monarchie multinationale, n’avait pas d’Etat indépendant » explique la guide qui a préfère garder l’anonymat.

Vue de l’extérieur, la Maison Municipale donne l’impression de se limiter à deux étages. En réalité, elle en compte sept ! Au total, elle se développe sur 4.214 m2. Plusieurs artistes majeurs du début du XX° siècle, dont Alfons Mucha ont participé à sa décoration.  Et si vous êtes mélomane, sachez qu’elle abrite le Smetana Hall (1.200 places).  Des centaines de concerts y sont donnés. En temps normal, le Festival international « Printemps de Prague »  programmé en mai y est inauguré  en présentiel, par le cycle de poèmes symphoniques « Ma patrie » de Smetana. Ecoutez sur le conseil d’un confrère- la célèbre musique La Moldau de Smetana sur des photos de Prague.

Pour une pause gourmande, vous avez le choix dans l’aile gauche du rez- de- chaussée, à son célèbre café, qui abrite au fond de sa grande salle, une belle nymphe en marbre de Carrare. Juste à l’opposé et plus chic, son restaurant où l’on vient avant tout pour son superbe cadre.

LES HUBLOTS GEANTS LE LONG DES QUAIS

A proximité de la « Maison qui danse » construite en 1996 par deux architectes – le tchèque d’origine croate Vlado Milunić et le fameux canadien Frank Gehry – la ville de Prague a revitalisé les quais situés entre les ponts Palackého et Železniční. Pour donner un coup de jeune à toute cette zone désertée après les inondations de 2002, elle a fait appel à l’architecte tchèque Petr Janda de l’agence Brainwork.

Sur plusieurs centaines de mètres cet architecte à l’âme d’artiste a su redonner vie aux 20 voûtes creusées le mur riverain. Utilisées à l’origine comme zones de stockage de glace, elles ont désormais l’allure d’énormes hublots. Derrière leur espace vitré, ils abritent des lieux de convivialité : cafés, clubs, studios, ateliers, galeries…

En vous promenant le long de la rivière, vous profitez de la vue sur le château de Prague. Et pendant la belle saison, vous pouvez faire du vélo ou assister des manifestations culturelles.

HOLESOVICE, UN QUARTIER BRANCHE

En pleine transformation, ce quartier des abattoirs accueille désormais un marché de légumes et un autre de produits asiatiques. Pour la petite histoire, de nombreux vietnamiens se sont installés en Tchécoslovaquie sous l’ère soviétique.

Depuis une dizaine d’années, des entrepreneurs créatifs ont profité des loyers bas et d’espaces vides pour créer une infrastructure vivante de galeries, boutiques, cafés, bars et clubs. Si vous appréciez les lieux alternatifs, ce secteur mérite un détour.

BONS PLANS

Déplacez- vous surtout en Tram, même si le tchèque n’est pas facile à déchiffrer. Les transports sont gratuits pour les seniors.

Coté hébergement, le groupe Accor exploite deux hôtels situés cote-à-cote à deux pas de la place de la République (Old Town) : un Ibis et un Mc Gallery .

Deux sites internet à consulter pour préparer votre voyage : www.prague.eu  et www.visitczechrepublic.com

Autre billet d’évasion : Kaunas en Lituanie, capitale de la culture européenne en 2022.


ESCAPADE ART NOUVEAU A BRUXELLES

PARTIR A LA DECOUVERTE DES MAISONS DE DEUX MAITRES DE L’ART NOUVEAU EN BELGIQUE : VICTOR HORTA ET PAUL CAUCHIE

Rompant avec les lignes architecturales du classicisme, le mouvement Art nouveau se caractérise par des courbes et des arabesques. Une manière de s’appuyer sur  l’esthétique des lignes en coup de fouet.

Librement inspiré par la nature, ce pur produit de la Belle Époque (1890–1914), privilégie aussi le thème de la femme.

C’est le règne de la recherche totale : les artistes ne se limitent pas à concevoir des plans de bâtiments. Ils dessinent également des meubles, voire les robes de leur épouse !

Durant la période Art nouveau, plus question de cacher les matériaux des bâtiments. Ainsi sur une façade comme sur les murs intérieurs peuvent figurer divers ornements : la céramique, le fer forgé  pour les balcons et les grilles. Sans oublier les sgraffites. Cette technique décorative, très utilisée à la Renaissance, consiste à réaliser un motif ou dessin par hachures ou grattage d’un enduit blanc qui recouvre un fond noir ou coloré.

En outre le style Art Nouveau s’appuie aussi sur le Japonisme. En effet la nature devient une vraie source d’inspiration.

Maintenant, partons à la découverte de deux bâtiments iconiques dans le grand Bruxelles.

Le musée Horta, implanté à St Gilles : c’est la maison personnelle de l’architecte Victor Horta qu’il occupa de 1901 à 1919. Bien sûr, il la aménagé en totalité et en a même conçu le mobilier.

A quelques années d’intervalle, j’ai pris plaisir à revoir ce temple de l’Art Nouveau où Horta recevait aussi ses clients. En exposant ses réalisations, cet architecte de renom suscitait des commandes de la grande bourgeoisie de Bruxelles. Tout comme Majorelle à Nancy qui réunissait dans un même lieu sa maison personnelle et son atelier.

La maison Cauchie située à Etterbeek , tout près du Parc du Cinquantenaire. En 1905, l’architecte décorateur Paul Cauchie conçoit ce bâtiment pour en faire sa demeure et son atelier. Dès que vous arrivez, vous remarquez la symétrie, la verticalité et la géométrie de la façade. Et surtout de superbes sgraffites.

« Ce joyau de l’Art Nouveau avec une collection unique fait revivre les différentes facettes d’un artiste bruxellois original et créatif. Il comprend des dessins, des peintures, des meubles et des sgraffites » remarque Constantin Pion de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA).

EN PRATIQUE

Les visites s’effectuent uniquement sur réservation. Attention, la Maison Cauchie n’ouvre ses portes au public que les samedis et un dimanche par mois. Vous serez accompagnés par un guide francophone . Bon à savoir : il existe désormais un Art Nouveau Pass permettant de visiter 3 lieux- dont les maisons Horta et Cauchie- à choisir entre 7 beautés emblématiques du mouvement à Bruxelles. Je recommande, pour la ferronnerie de sa façade, le bâtiment Old England qui abrite le musée des instruments de musique.

 Ces musées sont facilement accessibles en métro ou en tram du centre historique de Bruxelles.

Belle découverte


LITUANIE : KAUNAS 2022, CAPITALE EUROPEENNE DE LA CULTURE

LA SECONDE VILLE DE CE PAYS BALTE A DECROCHE CE TITRE PRESTIGIEUX POUR L’ANNEE PROCHAINE

 

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est senelis-iimin-iius-kaunas-andrius-aleksandravi-iius.jpg

En cette période compliquée sur le plan sanitaire, je vous emmène en Lituanie, le plus grand pays des trois « sœurs baltes », à coté de la Lettonie et de l’Estonie.

A une heure de route de la capitale Vilnius, dont la vieille ville est classée sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, Kaunas constitue la deuxième ville de ce pays accessible à seulement 2h35 en vol direct de Paris.

Située au centre-sud du pays, Kaunas s’étire à la confluence de la rivière Néris et du fleuve Niémen. Cette ville de près de 300.000 habitants a conservé une forteresse médiévale. Dans la vieille ville se dressent la cathédrale de Kaunas et les flèches gothiques de la maison hanséatique de Perkūnas Laisvės Alėja. Une rue piétonne bordée d’arbres et de cafés, traverse la ville d’ouest en est.

« Malgré son histoire riche, Kaunas a eu du mal à sortir de sa léthargie, une fois l’indépendance du pays retrouvée il y a 30 ans. Concourir au programme des capitales européennes de la culture lui a donné un nouvel élan » explique Dovilé Butnoriuté en charge des relations internationales de Kaunas.

Cette ville a décroché ce titre prestigieux. D’ailleurs, Kaunas et sa région accueilleront plus de 300 événements culturels. Citons en quelques uns : la journée internationale du Bonheur en mars, le Forum international des capitales européennes de la culture en mai, les quartiers européens dans sa région durant tout l’été, le festival de la Jeunesse en juillet, le festival des arts contemporains de la scène ConTempo en août, le festival Fluxus en septembre. Sans oublier l’événement du Design en octobre ou le festival des Histoires .

ARCHITECTURE : UNE VILLE MODERNISTE

Pour la petite histoire, sachez que Kaunas est jumelée avec Grenoble. Depuis 2016, celle-ci s’est engagée à soutenir sa candidature, ce qui implique notamment une participation à l’organisation d’événements culturels. Toujours en 2016, le Festival d’architecture de Kaunas a accueilli une exposition sur l’architecture grenobloise du 20ème siècle présentant les bâtiments les plus remarquables de cette ville d’Isère

En retour de cette manifestation, Grenoble a reçu en 2017, une exposition sur l’architecture de l’entre-deux guerres de Kaunas : les bâtiments modernistes réalisés entre 1918 et 1940. Objectif ? Inscrire le patrimoine et l’architecture de l’entre-deux-guerres de Kaunas, qui lui ont valu son statut de “ville de design”, sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

En attendant de nombreux événements culturels et artistiques se dérouleront dans des bâtiments remarquables pour leur architecture. Avis aux amateurs.

https://kaunas2022.eu


BONS PLANS A MADERE

LA VIE D’APRES ANIME DEJA CET ARCHIPEL PORTUGAIS. GRACE A SON COULOIR VERT, L’ILE AUX FLEURS EST FACILEMENT ACCESSIBLE AU DEPART DE FRANCE. 

Un rocher volcanique perdu dans l’Atlantique, des fleurs à profusion, une forêt primaire inscrite au patrimoine mondial, des petits ports, une capitale attachante, Madère rime avec destination tropicale et sens de l’hospitalité. Avec son statut de région autonome du Portugal, cet archipel baigné par l’Océan Atlantique, a la chance d’être intra-européen. En ces temps de Covid, l’île aux fleurs relativement épargnée par la pandémie, accueille à bras ouverts les touristes. Prochainement, les Français pourront quitter l’Hexagone pour y savourer des vacances, plutôt sportives.

Dans ce paradis des randonnées pédestres, le long des levadas, ces petits canaux d’irrigation, quelques 1.400 km de sentiers attendent les marcheurs. Confirmés ou non, ils peuvent arpenter une multitude de chemins de randonnée entre sommets abrupts et vallées florissantes.

La capitale Funchal se visite en quelques jours. D’une architecture extérieure assez sévère, la cathédrale de Funchal abrite un intérieur raffiné. Admirez ses plafonds peints en caissons de cèdre ciselé et un superbe retable de l’école flamande.

À l’initiative de la municipalité, des artistes ont redécoré les portes des échoppes et cafés de la plus ancienne artère de la ville, la rue Santa Maria, tracée en 1430.

Le foisonnement végétal de Funchal règne également dans la ville haute. Partant du bord de mer, un téléphérique vous amène à 3 173 mètres, là-haut. A deux pas, consacrez près d’une demi-journée aux fabuleux jardins do Monte Palace et de la ravissante église Nossa Senhora do Monteen basalte et chaux blanche.

A une dizaine de kilomètres à l’ouest de Funchal, filez à Camara de Lobos, l’un des plus jolis petits ports de Madère. Une plage de galets noirs fait office de port au fond d’une crique, des bateaux colorés, des maisons blanches blotties les unes contre les autres, quelques bistrots et restaurants.

Sur cette ile tellement escarpée, la culture se fait en terrasses. Des milliers de bananiers poussent partout sur son territoire de 57 km de long sur 22 km de large.  Sans oublier les fleurs bordant les routes :

Des mimosas, des hortensias ou des boutons d’or géants, des vipérines, voire des géraniums ou des agapanthes. Au total, on a même recensé 165 espèces exclusivement madériennes.  Un délice de pictural et olfactif.

UN COULOIR VERT ENTRE LA FRANCE ET MADERE

Sans attendre l’éventuel passeport vaccinal, Madère relativement épargnée par le Covid, est une destination ouverte aux touristes. Cependant les magasins et restaurants doivent fermer à 19 heures. Une disposition temporaire appelée à s’assouplir en fonction de la situation sanitaire.

Par « couloir vert », entendez des conditions d’accès facilitées entre la France et Madère. Pour embarquer à bord, les passagers doivent présenter un PCR négatif de moins de 72 heures ou un certificat de vaccination. Donc pas de quarantaine.

Pour quitter l’île, les passagers et rentrer en France, les voyageurs doivent présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures. La TAP et Transavia desservent Funchal, via Porto.

MON CARNET D’ADRESSES

A Funchal, j’ai posé mes valises dans un hôtel de charme, situé à deux pas de la cathédrale. Sé Boutique Hôtel. Son toit terrasse donne sur le clocher de la cathédrale. L’endroit idéal pour déguster un vin de Madère ou siroter un poncha,  une autre boisson emblématique de l’île, composée de rhum de canne à sucre, de miel d’abeille et de jus de citron.

Toujours dans le quartier de la cathédrale, faites une pause thé au Loja da Cha dont la terrasse donne sur une charmante place. Liste impressionnante de thé et délicieux pasteis de nata.

Dans le petit village côtier de Ponta do Sol où l’hôtel Estalagem domine un impressionnant rocher., un spot de nomades numériques https://www.challenges.fr/economie/madere-attire-les-nomades-de-la-tech-qui-fuient-le-covid_

A signaler aussi l’Aquanatura hôtel à Porto Moniz village, donnant sur des piscines naturelles. Et en pleine nature, la Quinta do Furao.

Plus d’infos bien sur deux sites internet officiels pour préparer votre voyage en duo ou en famille : http://www.visitmadeira.pt/fr-fr/homepage?areaid=18 et https://www.visitportugal.com/fr