Recherche

EVASION : CHERE NEW-YORK (2)

AVANT DE PARTIR ET SUR PLACE, VOICI CE QUI VOUS ATTEND DANS CETTE VILLE QUI NE DORT JAMAIS (VIDEO)

Résultat de recherche d'images

Le Port de Dieppe signé J.M.W Turner (1775-1851), une toile exposée à la Frick Collection

 

Après mon dernier billet, poursuivons notre visite de Manhattan. New York se poursuit.  A l’angle de Park Ave et de la 42° rue, Grand Central Station édifiée en 1913 mérite un stop pour admirer son plafond au ciel étoilé et découvrir ses restaurants variés. Descendez au sous-sol ( lower level) pour flâner dans le Grand Central Market (voir la vidéo). Et surtout faire une halte gourmande à l’Oyster Bar. Cette vénérable institution est réputée pour ses huitres, les poissons du jour. Au lieu de la table du restaurant, je préfère m’asseoir à l’un des comptoirs où l’on prépare devant vous une de leur spécialité : un showder, ou soupe, par exemple aux palourdes.

2011_09_oysternewyorker.jpg

L’Oyster Bar à Grand Central

Coté artistique, en dehors du célèbre Metropolitan Museum of Art (MET), je vous signale la Frick Collection, située également près de Central Park. Dans cet hôtel particulier fréquenté par des initiés, vous apprécierez de superbes meubles et tableaux signés notamment par Boucher, Fragonard, Vermeer, Greco et surtout de superbes marines de Turner.

Ne prétendant pas faire de ce bolg un guide exhaustif, je m’arrête là et vous fait part des surprises new-yorkaises.

Les moins :

Pour entrer aux USA, il faut- avant de partir- se procurer en ligne une sorte de Visa : Esta (Electronic System for Travel Authorization). Valable deux ans, il ne coûte que 14 dollars. Une aubaine pour des sites web en français, soi-disant officiels, de facturer aux touristes, dans un second temps des frais supplémentaires de 65 euros pour l’assistance technique. Après de vives réclamations, j’ai obtenu un remboursement de 40 euros. La solution : se procurer l’Esta en se rendant sur le site de l’ambassade des Etats-Unis, qui vous guidera sur une page en américain intitulée Official Website of the Department of Homeland Security https://esta.cbp.dhs.gov/esta/.

Attention des sites commerciaux s’intitulent site officiel du département of homeland Security

Autre mauvaise surprise : les prix affichés hors taxes… même sur les sites de réservation en ligne, comme par exemple booking. Il faut ajouter au prix d’une nuit d’hôtel près de 15%. A New York l’hébergement est cher, et les prix grimpent en été. Quant à la location chez l’habitant, type AirBnb, elle est encore plus réglementée qu’à Paris. Et de mauvaises surprises guettent les touristes à leur arrivée.

Les Plus

Au niveau de l’aérien, le départ d’Orly et l’arrivée à l’aéroport de Newark avec l’OpenSkies, cette filiale de British Airways qui propose des services aériens haut de gamme entre les Etats-Unis et l’Europe continentale.  Vive les Happy Few : un vol très confortable avec seulement une centaine de passagers. En se limitant à ne voyager qu’avec un bagage cabine, les formalités de sécurité et de police s’effectuent en moins d’une demi heure, des deux cotés de l’Atlantique. Rien de comparable avec les interminables queues de Roissy et de JKF.

A privilégier pour le vol du retour : la Biz Bed, cette cabine classe affaires sur OpenSkies. Et pour dormir une nuit entière, mieux vaut zapper le diner à bord.  Le siège spacieux se transforme en un lit entièrement horizontal. De quoi arriver frais et dispo le matin à Paris.

Et si vous ne louez pas une limousine avec chauffeur, retenez la métrocard qui facilite le transport en métro et en bus. Sans pour autant vous priver de la marche pour « sentir » cette mégapole.

Enfin la convivialité des Américains. Dès qu’ils voient un touriste regarder une carte, ils lui proposent de l’aider. Prenons-en de la graine : même si la France se positionne comme la première destination touristique mondiale, elle reste mal notée au niveau de l’accueil. Soyons plus chaleureux avec nos visiteurs !


EVASION : NEW- YORK, L’HIVER (1)

DE RETOUR DE BIG APPLE, VOICI QUELQUES BONS PLANS EN DEHORS DES SENTIERS BATTUS POUR REUSSIR VOTRE SEJOUR OUTRE-ALTANTIQUE

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le pont reliant Brooklyn à Manhattan

Généralement les touristes visitent NY au printemps ou en été. Réchauffement climatique oblige,  les écarts de température sont énormes en hiver. Une quinzaine de jours après une tempête de neige, les températures sont plutôt clémentes.. jusqu’à 18° celsius. Au point que les New- Yorkais prenaient des bains de soleil during lunch time dans Central Park ou au Lincoln Center. N’hésitez donc pas à visiter en famille  NY l’hiver .

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Sieste hivernale au Lincoln Center

Situé dans Manhattan, le Lincoln Center abrite le fameux Metropolitan Opera qui fête ses 50 ans cette année et la Philharmonie. Le dimanche 7 mai , le MET célèbre ses 50 ans. Pour le « 50 th anniversary Gala » qui réunira des ténors comme Placido Domingo, comptez près de 2.000 dollars la place en vous connectant sur le site de cette célèbre institution.

Lors de ce séjour, j’en ai profité pour découvrir le nouveau quartier situé à l’Ouest de Manhattan : Hudson Yards et sa fameuse High Line. Grâce à l’opposition des habitants du secteur, cette ancienne voie de chemin de fer a finalement été préservée et reconvertie en promenade.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une ancienne voie de chemin de fer transformée reconvertie en ceinture verte

Brooklyn : ce quartier de downtown est desservi par 17 lignes de métro. Avec ses maisons de style Victorien, Brooklyn Heights situé le long de la rivière, attire les New-Yorkais aisés de Manhattan. Je vous recommande de traverser à pied le pont de Brooklyn (20 minutes de marche), afin d’apprécier la vue sur cette forêt de buildings. En particulier le 1 World, bâti à l’emplacement d’une des Twin Towers. Avec ses 541 mètres, le « 1 WTC »  achevé fin 2013 est le plus haut gratte-ciel de l’hémisphère ouest.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Oui Trump est derrière les barreaux…

Bien sûr j’ai arpenté la 5° avenue. Des opposants au 45 ° Président des Etats-Unis, se postent devant la Trump Tower située en face du Plaza Hotel.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Encore un opposant à DT

Impossible d’être complète sur cette destination phare qui mérite un guide entier. Dans mon prochain billet, encore des conseils d’ordre artistique. Sans oublier les mauvaises et bonnes surprises à NY.

REAGISSEZ ICI.


CAMBODGE : L’ECOLE POUR LES PLUS PAUVRES

L’EDUCATION RESTE LA MEILLEURE ARME POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETE, COMME LE DEMONTRE LE FORMIDABLE DOCUMENTAIRE « LES PEPITES ». VIDEO.

 

Sorti le 5 octobre 2016, le documentaire de Xavier de Lauzanne intitulé « Les Pépites » fait un véritable carton avec près de 400.000 entrées. J’ai trouvé ce film sur l’histoire d’une aventure humaine extraordinaire, totalement bouleversant (voir la Vidéo) .  En voici les grandes lignes.

En avril 1995, Christian et Marie-France des Pallières, un couple de retraités français, découvrent la décharge de Phnom Penh : « Sur un immense terrain d’ordures fumantes, dans une odeur pestilentielle et au milieu de myriades de mouches, des centaines d’enfants de six à quinze ans fouillent dans les ordures. En loques, couverts de plaies infectées, un grand sac crasseux sur le dos et pieds nus dans les ordures dans lesquelles ils s’enfoncent jusqu’aux genoux, ils cherchent des bouts de plastique, de carton, de métal à récupérer. Ils cherchent aussi de quoi se nourrir car aucun d’entre eux n’a mangé depuis la veille. »
Bouleversé par cette expérience, le couple décide d’aider ces enfants à sortir de cet enfer afin qu’ils connaissent un autre destin. « Pour un Sourire d’Enfant » (PSE) est né. Dès 1996, Christian et Marie-France revendent tous leurs biens en France et installent une « paillote » au pied de la décharge pour offrir aux enfants un repas, de quoi se laver et les premiers soins. Mais devant l’afflux des familles, il faut aller plus loin et faire face à deux urgences : la faim et l’éducation. En 1997, sur un terrain situé à 1km de la décharge, ils construisent les premiers bâtiments de l’école primaire et secondaire destinée aux chiffonniers.

Les pépites, film de Xavier de Lauzanne

Les pépites, film de Xavier de Lauzanne

DE LA MISERE…A UN METIER
Aujourd’hui, 20 ans après, 7000 élèves suivent une scolarité grâce à l’ONG PSE. Et environ 3500 anciens sont déjà entrés dans la vie active, suite à une formation professionnelle, soit environ 3000 jeunes. Les autres enfants sont scolarisés dans les écoles locales, leurs frais de scolarité et le suivi social étant pris en charge par PSE.

L’équipe PSE  œuvrant sur le terrain est désormais entièrement khmère. Avec ce choix éthique,  les fondateurs ont souhaité que les Cambodgiens soient les propres acteurs du développement de leur pays. C’est aussi le meilleur moyen de pérenniser les programmes et les actions de cette ONG en faveur des enfants.

UN PASSE DOULOUREUX

Du Cambodge, je connaissais bien sûr l’histoire du génocide perpétré par les khmers rouges. Mais j’ignorais cette déliquescence de la famille, cette destruction des repères moraux liées au passé dramatique de ce pays.

En septembre dernier, j’avais déjà lancé l’alerte dans une enquête intitulée  « Urgence en Asie du Sud-Est »  et publiée dans l’hebdo Valeurs Actuelles. Au Cambodge, les touristes éblouis par les splendeurs des temples d’Angkor ne mesurent pas forcément la détresse des déshérités. Là et dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est, des familles disposent de moins d’un dollar par jour pour vivre. De France, il est encore temps dès cette année de consentir des dons et/ou en parrainant des enfants. Consacrer pour l’éducation d’un filleul une somme de 47 euros mois ne revient au parrain que 0,52 euros par jour, après déduction fiscale.

Enfin j’avais déjà évoqué la générosité envers les enfants d’Asie, dans un billet de blog consacré au Bal des Débutantes.

JOYEUX NOEL A TOUS


MONTAGNE : A QUAND LA RENOVATION DES MEUBLES DE TOURISME?

POUR FAIRE FACE A LA CONCURRENCE INTERNATIONALE, LES STATIONS DE MONTAGNE ENCOURAGENT LA RENOVATION DE MEUBLES ET APPARTEMENTS VIEILLISSANTS. UNE MANIERE DE RENFORCER LA FREQUENTATION DES REMONTEES MECANIQUES

 

Inquiétude dans les stations de sports d’hiver : la France vient d’être détrônée par les États-Unis de sa première place de destination mondiale pour le ski. L’Autriche occupe la troisième place sur le podium. La fréquentation des pistes de l’Hexagone a reculé de 3% pour la saison 2015-2016. Et ce, officiellement à cause des difficiles conditions météorologiques. Sans doute, mais d’autres raisons peuvent être évoquées : des tarifs élevés, des stations souvent vieillissantes.

Plus internationale, la clientèle à la montagne se diversifie : skieurs, visiteurs contemplatifs, en couple, en tribu, en famille. Aspirant à faire plusieurs activités, ces touristes deviennent plus exigeants, notamment en termes d’hébergement. Ils souhaitent des espaces plus grands et plus confortables.

UNE SOLUTION CLE EN MAIN

« Seulement 30 à 40 % des lits touristiques des stations françaises sont occupés moins de quatre semaines par an. Aujourd’hui, la reconquête de ces lits froids constitue une priorité pour l’ensemble des acteurs de la montagne » constate Pascal Vie, gérant d’Affiniski. Cette structure est filiale de Savoie Stations Participation, une SEM (société d’économie mixte) initiée par le département de la Savoie.

 

Affiniski se présente comme un guichet unique mis à la disposition des propriétaires des stations de montagne adhérentes pour la rénovation d’un bien immobilier. Ce logement peut être un meublé en « diffus » ou un appartement dans une résidence de tourisme.

Avec le concours d’Affiniski, Pierre et Vacances rénove actuellement 56 appartements de la résidence Premium Les Crêts à Méribel. Dotés de balcons ou terrasses, ces logements sont remis au gout du jour avec une dominante de bois. Nouvelle moquette, changement du mobilier, réfection des peintures, autant de changements pour les relooker.

BIENTOT UNE  NOUVELLE REDUCTION D’IMPOT ?

Dans le projet de loi de finances pour 2017 figure le dispositif fiscal dédié à la réhabilitation, qui je qualifie de « Censi Bouvard réhabilitation« . Dans sa version actuelle, il accorde une réduction d’impôt de 20% des travaux, dans la limite de 22.000 euros des dépenses réalisées dans les résidences de tourisme. Seraient éligibles à ce dispositif : les travaux de rénovation énergétique, de ravalement ou d’adoption des lieux aux personnes handicapées. Bref pour l’instant les parties communes. Et non pas les parties privatives de la résidence.  Il reste trois mois de discussions parlementaires et de lobbying des promoteurs pour connaître la version définitive de cette proposition.

QUE VOUS SOYEZ PROPRIETAIRE D’UN MEUBLE OU D’UN APPARTEMENT DANS UNE RESIDENCE DE TOURISME, ETES VOUS TENTE DE RENOVER VOTRE BIEN POUR LE VALORISER? Répondez ici.