Recherche

IMMOBILIER : QUE VAUT NICE ?

EN TERME DE VALEUR PATRIMONIALE, NICE OCCUPE LA TROISIEME PLACE, DERRIERE PARIS ET MARSEILLE, REVELE UN RECENT OUVRAGE.

Une plage de Nice, près du mythique hôtel Négresco.

Après Paris, Bordeaux, Strasbourg, Marseille et Nantes, la FNAIM et Patrice de Moncan, écrivain, économiste, se livrent à un exercice sans précédent : chiffrer la valeur des principales villes de France. Cette fois, c’est au tour de Nice. Cette ville rendra hommage ce vendredi 14 juillet, aux 86 victimes des attentats de 2016.

 » Avec près de 345.000 habitants, Nice est la cinquième commune de France en population après Paris, Marseille, Lyon et Toulouse  » me confirme Dominique Estrosi Sassone, sénatrice des Alpes-Maritimes et Maire Adjoint de Nice.

Avec ses 41 quartiers, Nice totalise 225.332 logements, 360.000 m2 de bureaux, entrepôts et  6.300 commerces. En valeur marchande, ces mètres carrés pèsent…. 58,2 milliards d’euros.
A partir des transactions récemment réalisées dans chacune de ces zones, ce score se ventile en
 53,8 milliards d’euros pour l’habitation (soit 225.332 logements)
 1 milliard d’euros pour les bureaux (soit 360.000 m2 intra-muros)
 3,324 milliards d’euros pour les commerces et les boutiques (soit 6 300 locaux
recensés dans la ville).

Dans cet ouvrage intitulé « Que vaut Nice? » et publié aux Editions du Mécène, les auteurs de l’enquête se sont livrés au calcul audacieux de convertir les joyaux architecturaux de la ville en réserves foncières.

A cette aune, combien vaudrait l’aéroport international si à sa place étaient construits des F4 de bon standing ? 25 milliards d’euros ! De même, le parc de la Coline du Château pourrait procurer 2,3 milliards. Quant au célèbre hôtel Le Négresco, son estimation est portée à 53,4 millions d’euros. En additionnant seulement dix monuments et lieux emblématiques (mais Nice en compte beaucoup plus) la ville serait réévaluée de plus de 27,8 milliards d’euros supplémentaires. Mais bien évidemment, il ne s‘agit là que d’une construction intellectuelle.

 » Nice se positionne comme la 3e ville de France en terme de valeur patrimoniale, derrière Paris et Marseille, mais devant Nantes, Bordeaux et Strasbourg. Sa spécificité a trait à la valeur patrimoniale de ses logements  » m’explique Patrice de Moncan.

Se composant de 225.332 logements répartis dans 35. 277 immeubles, le parc niçois est relativement récent, avec 25,3% d’immeubles antérieurs à la 2nde Guerre mondiale. Autre caractéristique niçoise : avec ses 1.399 immeubles, l’Etat détient 1,5% du patrimoine urbain dans cette commune des Alpes Maritimes contre 0,9% en moyenne dans les autres villes de France (exception faite de Paris). Qui sait, pendant vos vacances, vous serez peut-être tenté pour y acheter un bien. Le neuf s’affiche en moyenne à 5.500 euros le m2 et l’ancien à 3.700 euros! Les notaires confirment cette moyenne de prix sur le marché de la revente.

Nice n’est pas seulement une destination touristique. Elle cherche également à attirer les plus grandes entreprises de la nouvelle économie.  » Portée par l’Opération d’Intérêt National en cours, la Plaine du Var ou Eco Vallée, a vocation à devenir la colonne vertébrale de ce nouvel univers économique avec la création d’un quartier d’affaires, d’une technopole urbaine, d’éco-quartiers  » conclut Dominique Estrosi Sassone.  D’ailleurs le Grand Arenas comprenant un grand centre d’affaires et des halls d’exposition se situera à deux pas de l’aéroport de Nice, le plus grand de province.

 


APPART CITY ENFIN RECAPITALISE

MALGRE LA RECAPITALISATION  D’APPART CITY, LES NON-SIGNATAIRES DU NOUVEAU BAIL COMMERCIAL SUBISSENT DE SEVERES RETARDS DE LOYERS.

 

Comme prévu, la société Appart City vient d’ être recapitalisée . Son capital est renforcé d’au moins 20 millions d’euros.

Pour les investisseurs privés, il semblerait qu’un régime à deux vitesses s’instaure. Comme des commentaires de professionnels du droit l’affirmaient dans mes précédents billets, les signataires du nouveau bail commercial recevront à l’heure, leurs loyers révisés à la baisse.

En revanche, les non-signataires du nouveau bail commercial continueront de subir de sévères retards de loyers. « Dans des résidences urbaines, les loyers sont même impayés. Les derniers versement de loyers peuvent remonter à septembre 2016, voire à 2016, soit neuf mois de retard » m’explique un investisseur parisien.

Le non règlement répétitif des loyers peut s’accompagner d’une interruption du bail commercial décidée par le tribunal de commerce.

Alors un nouveau parcours du combattant commence pour les bailleurs : celui consistant à retrouver un exploitant fiable dans le cadre de deux grandes solutions. A savoir la signature d’un nouveau bail commercial ou celle d’un mandat de gestion. 

Cette année, quatre résidences sont déjà sorties du parc d’Appart City : Béziers, Narbonne, Magny les Hameaux (près de Versailles) et Brest (Oxford). La résidence de Bobigny devrait sortir en 2018.

REAGISSEZ ICI


DU NOUVEAU POUR LE DROIT DES CONTRATS

INTRODUIT DANS LE CODE CIVIL, L’ABUS DE DEPENDANCE DEVIENT UN VICE DE CONSENTEMENT. ET PERMETTRAIT D’OBTENIR L’ANNULATION D’UN CONTRAT COMME PAR EXEMPLE UN BAIL COMMERCIAL.

Cette fois, je vous amène sur  le terrain du droit des contrats, qui comme vous le savez, réunit deux parties, par exemple un particulier et une entreprise.

Je vous signale une modification importante avec l’introduction d’une nouvelle notion dans le Code Civil. En effet lordonnance du 10 février 2016 fait état de l’abus de dépendance, qui devient un cas de violence. Ainsi, une partie qui en est victime pourra obtenir l’annulation de tout contrat conclu à compter du 1er octobre 2016 pour vice du consentement. Et ce, en vertu du fameux 1143 du Code civil, modifié par l’ordonnance n° 2016-131 du 10 février 2016-art2 :

« Il y a également violence lorsqu’une partie, abusant de l’état de dépendance dans lequel se trouve son cocontractant, obtient de lui un engagement qu’il n’aurait pas souscrit en l’absence d’une telle contrainte et en tire un avantage manifestement excessif ».

Décodons : par exemple un bail commercial signé par un investisseur avec un exploitant de résidence gérée (tourisme, EPHAD, etc…) dépend du droit des contrats. « Il y a dépendance économique lorsque les loyers tirés de ce placement immobilier impactent de telle manière sur les ressources de l’investisseur qu’il se trouve dans un lien de dépendance avec l’exploitant. Face au risque relevé par l’exploitant de quitter la résidence ou de déposer le bilan, les particuliers se retrouvent contraints d’accepter de signer un avenant au bail, voire un nouveau bail, pour entériner une baisse de loyer » constate Me David Sabatier avocat à Paris.

 

UN CONSENTEMENT REGULIER OU NON ?

En signant les nouvelles conditions, ils ont certes donné leur consentement. Mais les modalités de ce nouvel accord est-il respectueux de leurs intérêts ou au contraire, y a-t-il vice du consentement ? Si oui, se pose alors la question de savoir comment annuler le nouveau contrat lorsque l’autre partie a disposé d’un moyen de pression fort. La partie (le particulier) dispose d’un délai de 5 ans à partir de la signature du nouveau contrat pour demander la nullité du contrat. Et ce, en démontrant devant le tribunal- généralement le tribunal de grande instance- l’abus de dépendance économique.  « Si l’on reste dans le domaine des résidences gérées, l’investisseur doit être capable de démontrer un lien de dépendance économique avec l’exploitant du fait du versement des loyers » poursuit Me David Sabatier. Il peut ainsi requérir l’annulation du nouveau contrat et récupérer ainsi son ancien contrat (ou bail commercial) ou obtenir des dommages et intérêts.

 

« A l’appui d’un arrêt de la Cour d’appel de Versailles (CA Versailles 6 juillet 2016), nous avons eu l’idée d’utiliser le mécanisme du mandat pour conférer à une association le pouvoir d’agir en justice de manière collective et non individuelle, avec des coûts moins importants » conclut Me David Sabatier. Différente de l’action de groupe, ce type d’action aurait en effet l’avantage de partager les frais d’avocat entre les membres. Mais les victimes d’abus de dépendance économique doivent savoir qu’une longue procédure n’est pas forcément gagnée d’avance.

 


VIN : LES ETATS- UNIS, UN ELDORADO POUR LES FRANCAIS

DEPUIS 2013, LE MARCHE DES VINS AUX ETATS UNIS SE POSITIONNE COMME LE PREMIER MARCHE MONDIAL DE CONSOMMATION DE VIN EN VALEUR. UNE OPORTUNITE POUR LES PRODUCTEURS FRANCAIS.

 

Afficher l'image d'origine

Investir dans les vignobles

 

 » Les USA ont toujours été un marché qui fait rêver les producteurs français. Le positionnement des vins français a toujours été dans le haut de gamme, Bordeaux avec les crus classés, la Bourgogne » m’explique un fin connaisseur de l’exportation des vins français . Le cœur du marché est occupé par les italiens, australiens, chiliens avec des vins de marques fortes.
« Le développement du vignoble de Californie au début des années 80, a suscité l’intérêt et le goût du vin des consommateurs américains en même temps que se développait la qualité et la diversité de la restauration ainsi que la presse spécialisée » poursuit-il. Le temps de la prohibition est bien loin et bien oublié. Depuis 2013, le marché des vins aux Etats-Unis, se positionne comme le premier marché mondial de consommation de vin en valeur.

 « Les Etats-Unis sont à la fois un marché producteur et consommateur de vin. Avec 419 000 hectares, ils sont dotés du cinquième vignoble au monde et représentent avec 22 millions d’hectolitres, le quatrième marché mondial en production », souligne Benoit Léchenault, Directeur d’Agrifrance du groupe BNP-Paribas. Ses clients en gestion de fortune sont tentés d’investir dans des vignobles tricolores.

Outre Altantique, et malgré l’élection de Trump, les perspectives sont très favorables pour les vins français qui restent une référence sur ce marché. La concurrence est rude, mais notre vignoble possède de sérieux atouts. Même si elle a tendance à perdre des places face aux producteurs du nouveau monde, la France reste un leader incontesté aux USA sur le segment haut de gamme (premium et luxe) ainsi que sur le rosé. Les Etats-Unis sont en effet le premier client de la Provence, dont ils achètent 36% des vins exportés. Les premiers crus et les grands crus de Bourgogne par exemple n’ont pas de concurrents au niveau mondial. Le domaine de la Romanée Conti est unique au monde.

Si l’Italie reste le premier fournisseur de vin aux Etats-Unis avec 28% des volumes et 31% de la valeur, la France avec seulement 11,6% des volumes, demeure une référence sur le haut de gamme et bénéficie d’une excellente image. Elle se hisse en deuxième place avec 29% de parts de marché en valeur.

LES 4 PREMIERS PAYS IMPORTATEURS EN 2015

 

Dans le monde, une bouteille sur 4 est consommée en dehors de son pays d’origine. Mais contrairement à la Nouvelle-Zélande, l’Australie et le Chili où 60% de leur production est exportée, les Etats-Unis consomment 80% de leur propre production. Premier marché consommateur de vin au monde depuis 2013, les Etats Unis ont consommé 31 millions d’hectolitres en 2015, soit 13% de la consommation mondiale. Derrière se placent, la France avec 11%, l’Italie et l’Allemagne avec chacun 9% et la Chine avec 7%. CHEERS