Recherche

FIN D’ANNEE A BERLIN

 Voici quelques bons plans pour visiter Berlin. Une ville à (re)découvrir pour bien comprendre la partition de l’Allemagne. Cette capitale constitue également une destination pour les mélomanes.

 Un des graffitis de l’East Side Gallery à Berlin


Avec le 25 ème anniversaire de la chute du mur de Berlin intervenue le 9 novembre 2014, Berlin revient sur le devant de la scène. Connaissant déjà cette capitale, je viens d’y passer quelques jours.

De Paris, elle est facilement accessible par avion, notamment avec Air Berlin, au départ d’Orly Sud. Cette compagnie indépendante, elle traite bien ses passagers en leur offrant un snack durant le vol. Mais comme toute compagnie, elle pratique le yield management qui consiste à calculer le prix des billets en fonction du remplissage de ses avions. Situé à seulement 10 km du centre ville, l’aéroport de Tegel se relie facilement en taxi (20 euros la course) ou par bus (2,60 euros le ticket).

Bien sûr, je ne vais ni vous énumérer toutes les richesses touristiques de Berlin, ni vous recommander un hôtel. Et pour cause, ai choisi la sympathique solution d’y louer un appartement. Une manière de vivre à la berlinoise et de profiter des commerces alimentaires tenus essentiellement par des résidents d’origine turque.

 

Quelques incontournables

 

Parcourir l’avenue Under den Linden jusqu’à la célèbre porte de Brandebourg. C’est aussi le quartier des ambassades : la Russie, la France, La Grande Bretagne et surtout les Etats-Unis y sont présentes. Pour profiter un beau panorama sur la ville, je vous conseille de visiter la coupole du Reichstag (Parlement allemand), signée par l’architecte Norman Foster. Attention, il faut au préalable s’inscrire en ligne pour cette visite gratuite.

 

Berlin regorge de mémoriaux. Parmi les plus célèbres, citons d’une part, le monument à la mémoire des juifs d’Europe assassinés, de l’architecte américain Peter Eisenman (2003-2004). Implanté comme un « champ » de 19 073 m2, couvert de 2 711 stèles de béton disposées en maillage et édifiées sur les terrains libérés suite aux démolitions des installations frontalières est-allemandes en 1989-1990 .

D’autre part, le Mémorial du Mur de Berlin aménagé sur l’ancienne zone frontalière. Ce centre principal de commémoration de la division de l’Allemagne se situe sur la Bernauer Strasse. Vous y verrez le dernier tronçon du Mur de Berlin encore conservé dans son intégralité, c’est-à-dire dans sa largeur, avec le mur intérieur, le chemin de ronde, les pylônes d’éclairage, le no man’s land, la clôture de signalisation et le mur extérieur. Pour bien comprendre l’histoire de la partition de l’Allemagne, j’ai découvert cet ancien quartier de Berlin Est lors d’une visite pédestre menée par un guide francophone (Vive Berlin).

 

Rendez-vous des mélomanes

 

Après ces rappels dramatiques, un peu de détente. Aux mélomanes je recommande l’Opéra de Berlin ou Deutsche Oper Berlin situé sur la Richard Wagner Strasse. Sur leur site, il est possible de réserver directement des billets. Autre bonne adresse, la Konzerthaus implantée sur la place du Gendarmenmarkt. Ce temple néoclassique est signé par Karl Friedrich Schinkel. Sans oublier la célèbre Philarmonie et le Staatoper Unter den Linden ou théâtre d’Etat de Berlin où office Daniel Barenboïm. Actuellement en travaux, les représentations se donnent au théâtre Schiller.

Bon à savoir : à Berlin, une heure avec le spectacle, les billets sont vendus avec une réduction de 25%.

 

Enfin si vous souhaitez cerner l’Allemagne, complétez votre visite par d’autres villes comme Francfort ou Munich. « Capitale administrative, Berlin avec son fort taux de chômage n’est pas vraiment l’Allemagne » aiment signaler les Berlinois.


IMMOBILIER : TOUR D’HORIZON EUROPEEN

La France et le Royaume-Uni se classent au rang des pays les plus chers d’Europe, selon une étude signée par Deloitte. De son coté, le réseau Era table sur une légère reprise du marché cette année.

IMMOBILIER : LES ABUS DANS LES AIDES AU LOGEMENT

 

Entre l’Europe orientale et occidentale, les prix des logements font le grand écart, confirme la dernière étude Property Index de Deloitte. Sans grande surprise, l’immobilier résidentiel reste nettement moins cher dans les pays d’Europe de l’Est, où les prix des nouveaux appartements vont de 917euros/m² en Hongrie à 1.186 euros/m² en République Tchèque. 

Londres et Paris restent, cette année encore, les capitales les plus chères d’Europe. Le prix moyen d’un appartement dans le centre de Londres peut dépasser les 10.000 euros/m². Quant à Paris, le prix moyen atteint 8.140 euros/m². « L’impact de la crise se fait sentir en France avec, pour la première fois, un fléchissement des prix. Ces derniers restent toutefois globalement élevés et devraient le rester car la construction de nouveaux logements est en panne. Des mesures fortes incitant la relance de la construction sont nécessaires afin d’encourager significativement le pouvoir d’achat en logement des Français. », me signale Laure Silvestre-Siaz, Associée responsable du secteur immobilier chez Deloitte

Inversement, Budapest, Lisbonne et Varsovie se classent au rang des capitales les moins chères d’Europe en 2013, le prix au mètre carré s’élevant respectivement à 1.140 euros, 1.640 euros et 1.704 euros en moyenne.

« D’une année sur l’autre, l’évolution des prix de l’immobilier diffère significativement à l’échelle des pays. L’Autriche et l’Allemagne ont enregistré la plus forte augmentation (7% et 5% respectivement) ; en revanche, on observe à nouveau une baisse conséquente en Italie et en Espagne, de l’ordre de 5% et 13% » poursuit Laure Silvestre-Siaz. Pour en savoir plus sur l’Allemagne et son risque de bulle immobilière, cliquez ici.

De son coté, le réseau de franchise d’agences immobilières ERA constate que   » plus soutenus ou stables en Autriche, Belgique, Allemagne, Suède et Turquie, les prix et les transactions sont en plus faible croissance au Portugal et aux Pays-Bas « .

INVESTIR A L’ ETRANGER ?

En attendant des prix à moins de 2.000 euros/m2 me font rêver. A l’heure des sites internet favorisant la location entre particuliers, pourquoi ne pas acheter un appartement bien placé à Lisbonne ou à Berlin ou encore Amsterdam pour en faire de la location courte durée destinée aux touristes ? Surtout que la location meublée de courte durée à Paris est soumise à une autorisation de la mairie. La location saisonnière d’un logement nécessite d’entamer des démarches de changement d’usage des locaux … ce qui constitue un véritable parcours du combattant, tellement courant avec l’Administration française !


IMMOBILIER : BIENTOT UNE BULLE EN ALLEMAGNE ?

Méfiants vis-à-vis de l’euro, les Allemands se ruent sur l’immobilier résidentiel… pour sécuriser leurs avoirs.

Oktoberfest_2005_-_inside_Löwenbräufestzelt

 La fameuse fête de la bière ou OctobertFest à Munich

Changement radical de situation Outre-Rhin. Depuis des années, j’entends que le marché des logements en Allemagne est une belle endormie. Mais depuis quelque, il est en pleine effervescence. « Comme les Allemands n’ont guère confiance en l’euro, ils se ruent sur l’immobilier. Ils achètent souvent deux logements : un pour se loger et un autre destiné à la location » me confie Walter de Boer, à la tête de Bowfonds Property Development basé à Utrecht. Actuellement, l’’Allemagne ne compte que 40% de propriétaires contre 60% en France.

La croissance économique est  plus forte en AllemagneAnnual growth in our 3 key markets

Le boum des permis de construire

Alors que ce promoteur est présent en France, aux Pays-Bas et en Allemagne. Ce dernier pays est actuellement le marché le plus actif.

Il suffit de se pencher sur le nombre de permis de construire accordé pour les appartements : 7.750 en février 2013 contre 5.750 en février 2003, soit une hausse de près de 35% en dix ans. En janvier 2012, un pic a même été enregistré avec 10.250 permis de construire accordés !

Sur ce marché en plein boum, les programmes immobiliers se commercialisent en quelques semaines.  Avant le début des travaux, quasiment 70 à 80% des programmes sont vendus. Cette situation peut faire rougir d’envie les promoteurs français. Message de leurs homologues allemands : « Venez construire chez nous ».

Une valeur refuge : la pierre

A la différence de la France où le pouvoir politique et économique reste confiné en région parisienne, ce pays fédéral se caractérise par une absence de pression centralisatrice. « L’Allemagne compte des capitales régionales particulièrement développées. Si Berlin constitue un centre administratif pour le pays, il n’est pas son poumon économique » me confie Olivier Dontot, Président d’Immobilien Faubourg Group.

Un peu d’histoire… Après la seconde guerre mondiale, les industries se sont déplacées vers les villes du sud, comme Stuttgart ou Munich. Avec Hambourg, la capitale de la Bavière se positionne comme la ville la plus importante d’Allemagne sur le plan économique. Derrière ces deux métropoles, des villes comme Francfort, Cologne, Düsseldorf et Berlin restent particulièrement dynamiques.

Toujours à Munich, les prix ont bondi de 4.400 euros/m2 au début 2010 à 6.400 euros/m2 au début de cette année, soit une hausse de 45% en trois ans. Dans la même période, ils ont gagné 20% à Hambourg.

Pas étonnant dans ces conditions que la Banque centrale européenne signale que « les prix de l’immobilier augmentent nettement dans certaines régions d’Allemagne et nous devons suivre cela avec attention ». Une bulle immobilière serait-elle en train de se former Outre-Rhin ? Un phénomène que nous avons connu en France.

Retrouvez d’autres articles sur mon blog.

Habitation