Recherche

IMMOBILIER : LES PRIX FLAMBENT DANS LES PAYS EMERGENTS

Dans les pays émergents, la flambée des prix immobiliers résulte de la forte croissance économique et de l’afflux de main d’œuvre vers les zones urbaines.

(source: Ambassade de Chine)

 Une fois n’est pas coutume. Les notaires français viennent de se pencher sur l’évolution des prix des logements dans le monde.  «Si vous vous intéressez au peloton de tête, les deux cités-états de Hong-Kong et Dubaï se détachent très nettement, avec une hausse annuelle enregistrée en 2012, de près de 25% pour la première et de près de 20% pour la seconde » m’expliquent les notaires. Depuis des décennies, la région administrative spéciale de Hong- Kong, de la république populaire de Chine, attire les investisseurs du continent chinois.

En se basant sur le panorama fourni par le magazine britannique The Economist et par l’étude du commercialisateur international Knight Frank couvrant 55 pays, nous constatons que ces cités-états sont suivies par les fameux BRIC : Brésil (près de 15%), la Russie (10%), Inde et Chine (près de 10%). Des pays comme la Turquie, Taïwan et l’Autriche flirtent également avec 10% de hausse annuelle.

Phénomène courant dans les pays émergents, la flambée des prix immobiliers résulte de l’effet conjugué de la forte croissance économique et de l’afflux de main d’œuvre vers les zones urbaines.

Logements: les douze plus fortes hausses des prix dans le monde en 2012

les 12 plus fortes hausses des prix dans le monde

Source:  Knight Frank Global Price Index (d’après les indices officiels publiés par les états des banques centrales)

Pénurie endémique

« Ayant peu de choix de placements, en dehors des matières premières, les investisseurs privés acquièrent des logements qu’ils gardent souvent vides pour miser sur les plus-values, sans prendre le risque de les louer. Depuis plusieurs années, c’est le cas en Chine où le gouvernement a tenté de réagir en limitant les crédits pour l’achat des logements au-delà du premier et, en instaurant une taxe foncière dans les grandes villes » poursuivent les notaires.

 

Toujours dans les pays émergents, l’accès à un logement décent devient l’une des principales revendications des classes à revenus modestes et souvent moyens. Ce n’est sans doute pas un hasard si les deux pays connaissant actuellement des troubles sociaux – le Brésil et la Turquie – se retrouvent en tête du classement des douze plus fortes hausses des prix des logements dans le monde en 2012.

Vous pouvez vous abonner à mon blog. Plus de 52.000 pages vues en quelques mois et près de 100 billets sur mon blog. Pour les découvrir, il suffit de cliquer ici.


EXIL FISCAL : DEPARDIEU, VU PAR LES RUSSES

En direct de Moscou : l’exilé fiscal Gérard Depardieu,  a tendance à diviser l’opinion  en Russie.  » La réalité d’un Russe est bien éloignée de son tourbillon de banquets-lezguinka-chapka » d’après notre observatrice moscovite.

 Description de cette image, également commentée ci-après

En Russie (2013)                                         En France, au festival de Cannes (2010)

Deux mois déjà que Gérard Depardieu s’est « exilé » en Russie. La-bas  comme en France, l’opinion publique reste divisée sur son exil fiscal. Basée à Moscou et abonnée du Blog, Talliyana qui suit l’actualité de son pays à travers plusieurs supports (RosBusinessConsulting Daily,  RosBalt, Moskovsky Komsomolets, Agence de presse Grozny Inform et Kultura) vient de me faire part de son analyse sur cette icône du cinéma français. Je vous la communique avec plaisir :

Ce qui avait au début semblé n’être qu’une blague finit par gagner les esprits les plus sérieux: Gérard Depardieu continue de faire parler de lui tant en Russie qu’en Europe.

À Moscou, on se pose surtout la question de savoir si le « popularissime acteur français » est sincère dans ses sentiments et sa conduite.

 

L’opinion russe reste divisée

Gérard est autant plus apprécié qu’il adopte volontiers un comportement exubérant, fort en émotion. Semblable en somme, au comportement du Russe de la rue, lorsque heureux, il n’arrive plus à retenir les manifestations de son « âme russe » dont on a tant parlé.

Que l’acteur fuie en Russie refusant de payer l’impôt en France n’est pas forcément révoltant. Après tout, bientôt 75% de prélèvement sur les revenus dépassant un million deuros paraît tout aussi révoltant au Russe, qui a tendance à comprendre le geste du comédien.

En Russie, l’impression d’être volé par l’État et ses fonctionnaires est en permanence présente à l’esprit d’une grande majorité de la population.

 Coup de griffe aux politiques

 En Russie, il n’y a plus d’élite autre que le corps politique. Et l’homme politique russe est bien loin du fonctionnaire au service de son pays et de son peuple. De la politique, les Russes retiennent « le meilleur », à savoir : revenus, statut, pouvoir – les trois ouvrant des possibilités infinies à l’homme d’État, bien au-delà du commun des mortels.

Quant au peuple sensé légitimer le pouvoir de ses dirigeants politiques et leur conférer leurs pouvoirs par le biais d’élections, il n’en garde bien souvent qu’une impression vague d’impuissance, un sentiment de s’être fait avoir, de financer de façon plus ou moins directe le bien-être de ces « élus ». Et ce, sans qu’une quelconque politique sociale coordonnée qui soit mise en place.

 Scepticisme de l’intelligentsia

 L’approche de l’intelligentsia, catégorie définie sur bien des aspects par son scepticisme, est beaucoup plus critique. L’acteur perçoit des honoraires de plusieurs millions.  Et un riche, européen qui plus est, saurait-il jamais être véritablement proche du « peuple russe » même s’il le prétend?

L’intelligentsia va jusqu’à reprocher à l’acteur de montrer par son choix de vivre en Russie au grand jour ce que l’on préfère ne pas évoquer du tout . Nous, les Russes, vivons dans un État de non-droit se finançant principalement par la vente de ses ressources naturelles, et où l’impôt ne se paie pas.  Un pays où limpôt remplit une fonction punitive lorsqu’il s’agit au politique de remettre à sa place quelque businessman  trop indépendant et devenu dangereusement influant.

russie-france-meilleurtaux1ok russie-france-meilleurtaux1ok

À voir les choses d’un regard impartial, Depardieu reste un étranger. Ses tentatives de se faire passer pour un « simple Russe » relèvent à la limite de la comédie de mauvais goût. En effet, cest facile d’aimer la Russie lorsqu’on est reçu partout au plus haut niveau et avec des fanfares. Mais la réalité d’un Russe est à des années lumière de l’espèce de tourbillon de banquets-lezguinka-chapka qui semble avoir englouti Monsieur Gérard.

Une comédie à l’échelle mondiale ?

Pour clore la liste des diverses émotions agitant le champ médiatique et la blogosphère russe, Gérard Depardieu est avant tout un acteur de comédie. Alors pourquoi ne serait-il pas entrain de nous jouer une comédie à échelle internationale, se moquant ainsi de ses « amis » politiques, français tout comme russes?

 Finalement, si l’homme finit par s’installer pour de vrai dans le pays, par faire quelques bons films à la française, créer un restaurant de bon goût – chacun aura au bout du compte gagné au change.

Entre les politiques qui auraient reçu un magnifique sujet médiatique pour détourner l’opinion de la crise,

l’acteur reçu en grande pompe à travers tout le pays,

les régions visitées et mises en valeur par un acteur de renom, plein de charme et de talents et

les simples citoyens de la grande Russie fiers de compter Depardieu dans leurs rangs –

le dossier russe de Gérard est loin de faire un bilan négatif après toutconclut Talliyana.

Talliyania, merci encore pour votre analyse pertinente.

J’invite les lecteurs de ce billet à se pencher sur une précédente chronique intitulée  Si vous partiez en Russie. 

Et bien sûr, à laisser des commentaires  sur la fiscalité française et… nos hommes politiques. Le clavier est  à vous.

Portal-Russia.jpg

A noter

France Culture diffusera à partir de lundi un entretien exclusif avec l’acteur, réalisé avant que n’éclate le scandale de son exil fiscal. Extraits.

LA CHUTE DE LA METEORITE, EN VERSION IRONIQUE

En France, ce que l’on ne vous dit pas : les Russes ironisent sur la chute de la météorite dans l’Oural et mettent en cause les autorités. Point vue émis de Moscou.(Vidéo)

!cid_FC42FFE8-C971-48C1-A43B-6D1CCACF83ED

« Les habitants de la météorite observaient avec horreur approcher la ville de Tchélyabinsk ! »

Oui je vous l’accorde, la chute d’une météorite se trouve à des années lumière de la planète des placements. Cependant je souhaite vous faire partager le témoignage de Talliynia. Vivant à Moscou, cette abonnée au blog suit de près l’actualité franco-russe. Voici ses réactions.

« La chute de la météorite, ayant atterri dans un lac près de la ville de Tchélyabinsk, 7h20 heure de Moscou, a été perçue, dans la capitale en tout cas, avec beaucoup de recul et d’ironie.

Cartes postales ironiques

Le très populaire site  Atkritka.com,  où chacun peut créer sa « carte postale » (traduction phonétique du nom du site) avec une illustration et un mot sur un fait d’actualité ou de la vie de tous les jours, publiait plusieurs chefs-d’oeuvre de la création populaire!

« Les habitants de la météorite observaient avec horreur approcher la ville de Tchélyabinsk », – clamait la carte ci-dessus, faisant allusion aux conditions de vie spartiates dans les villes de l’Oural, surtout en hiver . En somme, pas de panique dans cette ville de l’Oural, mais des dégâts matériels et des blessés.

La nouvelle s’est propagée très vite, cependant, grâce aux médias sociaux en ligne où l’on pouvait très rapidement regarder la fameuse vidéo prise par la caméra d’un des automobilistes de Tchélyabinsk.

image_1168640

Polémique

Toute une vague de publications critiques avait également été lancée, des propos suggérant que le bolide aurait été repéré par les observatoires militaires, scientifiques et météorologiques fédéraux bien avant son implosion près de la ville. Mais qu’aucune mesure n’aurait été prise par les autorités publiques pour prévenir les dégâts et mettre en garde la population.

Ainsi l’appréhension générale de l’évènement avait-elle regagné le cours habituel de la pensée publique : si les simples gens souffrent, c’est la faute aux administrations, au gouvernement et aux politiciens ».

Un grand merci à Talliynia pour ses impressions de Moscou.

Enfin 20 minutes.fr revient sur le sujet et publie cette superbe photo.

20minutes.fr/20minutes.fr – Image détournée d’une météorite en Russie circulant sur Internet, 20Minutes.fr

Image détournée d'une météorite en Russie circulant sur Internet, 20Minutes.fr


QUAND LES RUSSES SECURISENT LEURS ROUBLES

Portal-Russia.jpg

Les Russes tentés par les placements off shore, voire l’exil fiscal ? Où  les homologues russes de Depardieu iraient placer leurs roubles ? Quid de « l’évacuation de la fortune privée » ?

Suite aux billets «  Et si vous alliez en Russie « ,  et  » Bons baisers de Moscou « , continuons de publier le commentaire de Talliana, une internaute avertie. Merci à elle. Et bonne (re)lecture à vous!

 » Tout un débat autour du thème de la fuite de capitaux hors de la Russie dure depuis l’automne dernier. …Ce qui nous intéresse ici, ce sont bel et bien les « investissements » privés des personnes physiques. À savoir, où irait placer son argent l’homologue russe de Depardieu ».

Le Russe cherche à sécuriser ses gains

«  Certains analystes russes appellent ce phénomène « évacuation de la fortune privée ». Il a toujours existé et n’est pas prêt de disparaître à cause d’un grand degré d’imprévisibilité de l’environnement économique et juridique de la Russie. Ce degré de risque accru est en quelque sorte le revers de la médaille et contrebalance les nombreuses possibilités de gain rapide offerts par l’économie russe. Ayant réussi, il s’agit pour le Russe en premier lieu de sécuriser ses gains, à savoir, de les sortir de la machine économique « .

Fort appétit pour l’immobilier de luxe

 » De façon générale les Depardieu russes ont toujours de l’appétit pour l’immobilier de luxe, en Europe de préférence, au bord de la mer ou à la montagne. À la carte depuis 2011 nous avions quelques nouveautés: hormis la Côte d’Azur (qui a toujours la côte), les Russes devenaient propriétaires en Croatie, en Bulgarie et au Monténegro  » .

Un visa Shengen en prime

 » Le Russe choisit l‘Europe, car pour avoir investi dans une maison et un terrain sur sol européen il obtient le droit de séjour dans le pays en question et un visa Shengen en prime.

Le côté luxe et la localisation prioritaire au bord de la mer ou en montagne s’expliquent à la fois par le désir de se faire plaisir et la facilité d’obtention du permis de construire dans les zones touristiques en développement de certains pays (c’est le cas des régions de Komovi et de Belasica au Monténegro, par exemple) « .

Pas de souci de rentabilité

Notre internaute poursuit : « Je doute que les Russes investissant dans l’immobilier de luxe, dans les resorts européens pensent sincèrement à rentabiliser leur achat en le louant, par exemple. La majeure partie du temps, lorsque  le propriétaire est absent, villas et chalets sont vides, hantés seulement par des hordes de garde du corps et quelques domestiques « .

Investissement : le top 10 des Russes

 » Et en ce qui concerne les investissements russes à l’étranger de façon plus large, j’ai également établi une liste par ordre décroissant des pays recueillant les flux financiers en provenance de la Russie (des entreprises et des personnes physiques).

En me basant sur les statistiques fournies par Rosstat, l’agence fédérale (*) dont les méthodes de calcul restent discutables, elles sont fiables pour avoir un ordre d’idées :
1) Pays-Bas
2) Chypre
3) Suisse
4) États-Unis
5) Luxembourg
6) Biélorussie
7) Iles Vierges (GB)
8) Saint-Kitts et Nevis
9) Grande Bretagne
10) Autriche  »
* Russian Federal State Statistics Service (Russian: Федеральная служба государственной статистики)

Le siège de l’INSEE, version russe à Moscou

Pour mémoire, les destinations fiscales privilégiées par les Français sont plus européennes.

Priorité aux paradis fiscaux

 » Ces dix pays totalisent 86,7% des investissements russes à l’étranger.
On notera qu’il y a dans cette liste bon nombre de « paradis fiscaux » et d’off-shore.

Ceci s’explique par un mécanisme mis en place par les investisseurs locaux afin de profiter des mesures du gouvernement russe pour rendre l’économie du pays plus attractive au regard des investisseurs étrangers.

  1. Il s’agit d’abord d‘expatrier les capitaux vers une filiale dans une économie off-shore ;
  2. Puis de les réinvestir en Russie, mais cette fois sous forme de capitaux étrangers.

Ceci dit, c’est une « technique » à la limite de la légalité. Et ceux qui l’appliquent restent de fait des Russes, des insiders avec une connaissance poussée des réalités du pays, un réseau social développé dans toutes les administrations concernées. En outre, ils sont au courant des dernières tendances politiques. Ce qui n’est pas toujours le cas lorsque l’on arrive de l’étranger  » conclut  Talliana, que je remercie vivement pour sa fine analyse.

Moralité : il n’y a pas que les Français qui cherchent des cieux plus cléments pour placer leur argent, voire leur fortune. D’ailleurs la concurrence des destinations fiscales est bel et bien internationale. Nos dirigeants politiques, à Bercy notamment, l’auraient-ils oublié? M D