Recherche

IMMOBILIER : LE MARCHE DES RESIDENCES SECONDAIRES EN BERNE

Deauville, la Côte Basque, Bassin d’Arcachon : le point sur le marché des résidences secondaires. Les acquéreurs restent rares et peuvent négocier. Sauf pour les biens de qualité exceptionnelle.

Une vue sur le bassin d’Arcachon

Les vacances constituent souvent une période propice pour craquer pour une résidence secondaire. Ne vous fiez pas aux prix de « présentation » des biens à vendre. Dans les lieux de villégiature nationaux haut de gamme – Deauville, la Côte Basque, le Bassin d’Arcachon -, le marché reste très calme.

Deauville Barnes constate un recul des prix d’environ 20% par rapport au 1er semestre 2012. Les « vrais » vendeurs ont revu leur prix à la baisse. Cependant la barre psychologique du million ne parvient pas à être dépassée. Toujours à Deauville, dans l’ancien la moyenne du prix est passée en dessous du seuil des 5.500 euros/m2. En raison de la proximité de la capitale, la clientèle de ce « vingt et unième arrondissement » reste à 90% parisienne.

Face au ralentissement de la demande, les professionnels de l’immobilier enregistrent une hausse du nombre de mandats. Les timides acquéreurs recherchent des maisons implantées dans un rayon de 30 kilomètres de cette ville du Calvados et des appartements en plein centre de Deauville.

La Cote basque

 Sur la côte basque, le marché des résidences secondaires est à deux vitesses. Les prix arrivent à se maintenir pour des biens situés en centre-ville ou assez proches de la plage. En revanche, ils accusent un repli de 20% sur le marché de la campagne basque, selon Barnes. La clientèle est à 80% françaises.

En premier rang vue mer, il faut compter entre 10.000 et 13.000 euros/ m2. Dans le centre-ville de Biarritz ou de Saint-Jean-de-Luz, le prix moyen varie entre 5.000 et 8.000 euros/m2.

Le Bassin d’Arcachon fait de la résistance

Si la réputation du Bassin attire de grands patrons d’industrie, des politiques, des artistes…, force est de constater que « Les petits mouchoirs » (film de Guillaume Canet tourné au Cap Ferret) ont donné un nouveau coup de projecteur sur le secteur, accentuant sa notoriété, notamment auprès des « people ».  Le Pyla et  le Cap Ferret attirent principalement pour des résidences secondaires, une clientèle en majorité parisienne, un peu bordelaise, quelques expatriés, quelques Belges et Suisses.

A Arcachon, les prix font de la résistance et s’affichent à des niveaux très élevés. Pour un appartement en front de mer, ils atteignent parfois des valeurs parisiennes : 10 000 euros le m² et répondent à une clientèle de retraités, exigeante, mais décidée à ne plus supporter les charges d’une villa. Grâce aux bonnes liaisons ferroviaires entre Paris et Arcachon, des seniors sont de plus en plus tentés d’y passer leur retraite, en résidence principale ou alternée.

« Pour les candidats à l’achat plus jeunes, Lège Cap Ferret et le Pyla-sur-Mer proposent des villas de prestige pieds dans l’eau, des produits rares sur la côte Atlantique », m’indique Stéphane Pillon de Barnes Bassin d’Arcachon.Le mètre carré n’est guère plus accessible qu’en appartement. A titre d’exemple, au Moulleau, une villa de 180 m² bâtie sur un terrain de 1 000 m² a récemment trouvé preneur à 4 millions d’euros. Au Cap Ferret et au Pyla, les fameuses “cabanes” de bois –  en réalité de belles propriétés aux prestations les plus modernes – construites dans la pinède, mais avec vue sur l’océan et accès à la plage, sont les plus convoitées et peuvent atteindre des prix faramineux. Avis aux amateurs.

Prochain billet : Aix littoral et le Périgord


IMMOBILIER DE PRESTIGE : LES PEPITES DU PAYS BASQUE

L’authenticité et la discrétion constituent des atouts du pays basque. Dans cette région, les prix de l’immobilier haut de gamme s’ajustent.

MaisonAnglet

Une villa basque à Anglet

De Bayonne à Hendaye, en passant par Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Anglet, Bidart, Guéthary ou Ciboure,  le charme discret des stations de la Côte Basque continue de séduire une clientèle huppée.

Les biens sans défaut toujours demandés

Depuis l’été 2012,  les prix des biens sans défaut, c’est-à-dire dotés d’une excellente situation proche des plages, d’une vue ou d’un aperçu mer, et rénovés dans les règles de l’art, ne baissent plus.

« Fait rare, certains biens se négocient au prix ou très proche de celui du mandat lorsque les vendeurs ont suivi nos estimations »,  m’indique Thibault de Saint Vincent, Président de Barnes.

Exemple, cette maison contemporaine rénovée de 270 m² sur un terrain de 970 m² sur les hauteurs de Biarritz, vendue 1,2 million d’euros au lieu de 1,295 million d’euros. En revanche, avec défaut, la sanction tombe. C’est le cas de cette villa d’Anglet, de 150 m², pourtant construite en face aux plages de la Chambre d’Amour et partie à 850. 000 euros alors qu’elle s’affichait 995. 000 euros. La vue mer n’était visible que de l’étage !

Egalement recherché, le centre ville de Biarritz déclenche toujours des visites, même pour des biens à petits défauts. Encore faut -il que le prix soit dans le marché. Une maison de 220 m² sur 443 m² de terrain au centre de Biarritz vient de se négocier 1,39 million d’euros.  Sur ces biens, les acquéreurs sont plus hésitants et les négociations sont fréquentes et peuvent représenter jusqu’à 10 % du prix de départ . Résultat : les délais de vente oscillent entre 3 et 6 mois dans l’ensemble.

Les biens d’exception souffrent dès qu’ils sont  excentrés de la mer. L’alourdissement de la fiscalité rend les acquéreurs plus frileux et  les délais de vente sont plus aléatoires. Mais, « les étrangers et les expatriés, moins concernés par la fiscalité française, peuvent y dénicher des biens de grande qualité à des prix très attrayants », me confie Thibault de Saint Vincent.

Plus loin dans les terres (3 à 5 km), les stocks de biens à vendre ont fortement augmenté (+40 %) depuis l’été 2012. La demande est en très en retrait (-30 %). Aussi les délais de vente varient de 9 et 12 mois et les prix ont chuté de 20 % en un an. Une authentique ferme basque du XVIIe siècle, comportant 350 m² entièrement rénovés sur 8 000 m² de jardin, s’est vendue 1,58 million d’euros au lieu de 1,69 million d’euros. Avec la crise de l’euro, les Espagnols ont quasiment déserté ce marché.  Alors si vous appréciez les golfs du pays basque, il peut être judicieux de saisir une opportunité, surtout si la taxation des plus-values immobilières s’allège sensiblement. Cela ne vous empêche pas de négocier!


IMMOBILIER DE LUXE : LA COTE D’AZUR EN BERNE

Sur la Côte d’Azur, les prix des biens de prestige, avec vue mer ont baissé de 10 à 15% en un an. Dans l’arrière pays, le recul des prix peut aller jusqu’à 30%. Quasiment un acheteur sur deux est étranger.(Vidéo).

 

image description

Les Parcs de St Tropez. Source : SGI

Seconde région plus chère de France derrière Paris, la Cote d’Azur est en train de payer ses excès sur le marché de l’immobilier haut de gamme.

« Conséquence de la crise économique et financière,  les prix des biens de prestige situés sur la cote et bénéficiant d’une vue mer ont baissé de 10 à 15% en un an. Dans l’arrière pays niçois ou cannois, le recul des prix peut aller jusqu’à 30% pour de belles propriétés » m’explique Philippe Chassaing, à la tête de l’agence Barnes de Cannes. La spécialité de ce professionnel : recenser les biens  d’exception, dans le Triangle d’or constitué des stations de Saint-Jean Cap Ferrat, Nice et Saint-Tropez.

Avec des prix corrigés à la baisse, les transactions ont tendance à reprendre. En ce début d’année 2013, une villa de 200-250 m² dotée d’une piscine se négocie entre 1. 200.000 euros et 1. 700.000 euros. De belles propriétés d’environ 300 m² sur 2 500 m² de terrain avec de superbes vues sur la mer se signent à  moins de 3.000.000 euros. Barnes vient, par exemple, de vendre une propriété en pierres de 500 m² sur 7 000 m² de terrain avec vue mer à Mougins pour 3.000.000 euros

Jusqu’à 46.000 euros/m2 sur la Croisette

A Cannes même, un appartement de 140 m² sur la Croisette avec 60 m² de terrasse, entièrement neuf avec garage, se vend autour de 3.000.000 euros contre 3.500.000 euros avant la crise.  En pondérant la terrasse à hauteur de 50%, la superficie de ce bien haut de gamme ressort à 170 m2 et le prix avoisine les 18.000 euros/m2. Un score bien en-deçà du programme neuf baptisé « 7 Croisette » où l’an dernier, le prix au m2 a grimpé jusqu’à 46.000 euros/m2 !  (Vidéo)

 

De tout temps, la French Riviera en général et Cannes en particulier, ont attiré une clientèle aisée. Les manifestations comme le Festival du film, les nombreux  colloques et congrès, ont rendu cette station balnéaire célèbre.

Un client sur deux est étranger

Situé à moins de 35 minutes, l’aéroport international de Nice-Côte d’Azur assure des liaisons quasi quotidiennes avec les capitales européennes, les Etats-Unis, les pays du Moyen Orient, la Russie. Il est vrai que la Côte d’Azur fait partie des destinations phare des Russes.

« Aujourd’hui dans le secteur de l’immobilier haut de gamme sur la Cote d’Azur, 60 % de la clientèle est d’origine étrangère, dont 50% provient des pays de l’Est » poursuit Philippe Chassaing.

Sotheby's IR France - Palais Maeterlinck

Esquisse du Palais Maertelinck sur le cap de Nice

Comme en 2012, le Palais Maerterlinck à Nice a été acquis par le milliardaire tchèque Radovan Vitek, je fais le pari que les acquéreurs d’Europe centrale seront nombreux pour s’offrir un pied- à- terre dans cette propriété mythique surplombant la Méditerranée. Il faudra débourser de 25 000 à plus de 40 000 euros/m2 pour des appartements d’une superficie comprise entre 100 m² et plus de 600 m².

Retrouvez cet article et d’autres, sur mon blog http://www.mdenoune.wordpress.com

Pour être averti des nouveaux billets, il suffit d’entrer votre adresse mail sous la rubrique  VOUS ABONNER (colonne de droite).