Recherche

EVASION : BONS PLANS A CUBA

Au-delà des guides de voyages, voici mes 7 conseils pour bien profiter de vos vacances à Cuba.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Malgré les carnets de rationnement, les petits marchés font leur apparition à Cuba

 

Après mon billet sur la lente métamorphose de Cuba, voici quelques bonnes pistes pour réussir votre séjour sous les tropiques.

 

Y aller soit en vol non stop Air France ou Cubana. Privilégiez la première compagnie, la seconde étant plutôt imprévisible. Exemple : au lieu d’attérir à Santiago de Cuba, elle s’était posée à la Havane. Et avait transféré les passagers à l’autre bout de l’île par la route, soit une nuit d’autocar conduit par un seul chauffeur !

Autre possibilité plus longue, mais moins chère : faire une escale à Madrid avec Ibéria ou Air Europa. Ou pourquoi pas conjuguer le froid et le chaud en faisant un stop à Toronto, avec Air Canada.

 

Visiter : pour un séjour d’une semaine, programmez la Havane et Trinidad. En cas de séjour plus long, poussez jusqu’à Santiago de Cuba dont le carnaval se déroule en juillet.

En revanche évitez les « usines à touristes ». Situés en bordure des plages de Varadero, de Cayo Maria et Trinidad, ces hôtels en béton ne vous permettront pas de découvrir un Cuba authentique.

 

Se déplacer : les locations de voiture sont plutôt chères. Mieux vaut acheter un transfert en minibus chez Havanatours – agence réceptive d’Etat- ou par le biais d’une maison d’hôtes. Si vous prenez le taxi, négociez le prix AVANT la course.

Les voitures américaines : Fidel Castro les a faites inscrire au Patrimoine mondial de l’Unesco. Datant des années 1950-1960, elles roulent avec un moteur récent. Pour faire le tour de la Havane, rendez-vous devant le Capitole qui abrite le Musée de la Révolution !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Fernadez, notre chauffeur à la Havane

Payer Oubliez les cartes bancaires et les distributeurs automatiques. Actuellement deux monnaies circulent à Cuba : les CUP et les CUC. Et nous les touristes nous sommes obligés de régler en CUC (1 CUC équivaut à 1 euro). Depuis mon dernier séjour en 2011, les prix ont flambé. Quant au CUP réservé aux Cubains, son faible cours en fait une monnaie de singe : 1 CUC = 26,5 CUP. « Espérons que l’apport en CUP profite vraiment aux Cubains dont le niveau de vie reste faible » me confie un proche.

 

Résider : les hôtels 4 ou 5 étoiles affichent des nuitées comprises entre 300 et 500 CUC. Les hôtels de standing intermédiaires étant rares, préférez les « casas particuliares ». Généralement elles se situent dans des demeures coloniales occupées par les descendants des espagnols. Confort relativement sommaire, mais petit déjeuner sympathiques. Prix par nuit : 25 CUC + 5CUC par petit déj.

Si vous maitrisez l’espagnol, vous pouvez en trouver à la dernière minute. Si tel n’est pas le cas, réservez à partir de France. Certes les agences de voyages ont tendance à prescrire des hôtels plus rémunérateurs, en termes de commission. Cependant le tour operator Vacances Transat propose une formule en chambres d’hôtes avec un transfert entre la Havane et Trinidad.

 

Se restaurer : Cuba est le paradis des cocktails à base de rhum. Difficile d’échapper au célèbre Mojito cher à Ernest Hemingway.

Depuis 2011, les frères Castro (Fidel et Raoult) ont autorisé les restaurants privés ou « Paladar ». Compter 25 à 35 CUC pour un repas. Appréciez les langoustes grillées.

 

Lire 2 guides Ulysse méritent l’attention. Escale à la Havane, le meilleur pour un court séjour. Et surtout Comprendre Cuba rédigé par mon confrère Hector Lemieux.

Si vous avez des bonnes ou mauvaises expériences à Cuba, faites en part ici, tout en bas de ce billet (leave a reply).

 


EVASION : CUBA EN PLEINE MUTATION

Après plus de cinquante ans de réel blocus, cet effet d’annonce du début de rapprochement entre les Etats-Unis et Cuba suscite un intérêt pour cette ile située à 166 km de la Floride ! Vidéo

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une boutique à la Havane

 

De retour de Cuba, voici des changements observés dans la plus grande île des Caraïbes, par rapport à mon précédent voyage effectué en 2011. Malgré les assouplissements accordés par Barack Obama, les Cubains attendent plus que jamais la levée de l’embargo. Contrairement à ce que l’on croit de ce coté-ci de l’Atlantique ce blocus subsiste encore. A dominante républicaine, le congrès Américain continue de s’opposer au rapprochement avec Cuba..

 

Le drapeau américain flotte à la Havane

 

Malgré cette opposition, l’ambassade américaine s’est installée sur le Malecom de la Havane, à proximité du célèbre  « Hôtel Nacional« . Elle est dirigée par Jeffrey DeLaurentis, « ambassadeur par intérim ». Jouant un rôle de chargé d’affaires ce diplomate confiait à CNN, « there is a lot of work to do ». Voir la vidéo .

 

Des maisons à vendre

Depuis 2011, les Cubains sont autorisés à vendre ou à acquérir des biens immobiliers. Jusqu’alors les logements devaient être échangés entre familles selon un système de troc. Avec un salaire moyen de 20 dollars par mois, cette ouverture s’adresse surtout aux Cubains de la diaspora. Demain, Cuba pourrait devenir un eldorado. Surtout si les Américains sont un jour de nouveau autorisés à acheter des logements sur l’île. Dans les rues de la Havane, vous apercevez dans la capitale, les panneaux « se vende esta casa »  sur des bâtisses fort délabrées, mais bien situées. Une nouvelle politique impensable il y a encore quatre ans.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La petite reine, en vedette

De nombreux touristes américains

Actuellement le tourisme se porte bien dans le pays des Castro. « Plus de 3 millions de touristes depuis le début de cette année, un chiffre atteint le 16 novembre, soit 45 jours plus tôt que l’année précédente » selon le journal d’Etat Gramma International Avec plus de 1.110.000 voyageurs, le Canada se positionne comme premier émetteur. Mais tous ne sont pas canadiens pour autant : passer par le voisin du Nord permet aux Américains de contourner les restrictions qui leur sont imposées s’ils veulent fouler le sol de l’île communiste. Le Mexique constitue une autre porte d’entrée. Ainsi au fil de mes déplacements, j’ai rencontré des Américains de Los Angeles venus par Mexico. En arrivant à l’aéroport de la Havane, tous prennent la précaution de ne faire tamponner qu’une feuille volante afin que leur entrée ne figure pas sur leur passeport. Sinon gare aux amendes.

Avec une croissance de 25%, les principaux marchés européens ne sont pas en reste. Prenons le cas du voyagiste canadien Vacances Transat l’un des leaders mondiaux sur Cuba, également très actif en France. « En 2015, plus de 25.000 Français sont partis à Cuba avec nos deux marques, Vacances Transat et Look Voyages. Et nous en attendons 35.000 en 2016 dans cette île conjuguant comme nulle autre, culture et balnéaire » me confie Patrice Caradec, PDG de Transat France.

Une chose est sûre : quelle que soit leur origine géographique, les touristes se pressent pour profiter d’une île authentique, avant qu’elle ne soit dénaturée par… les touristes américains.

Dans mon prochain billet, je vous communiquerai les bons plans pour découvrir cette île encore préservée du tourisme de masse.