Recherche

VERSAILLES : LE MOIS MOLIERE EN JUIN

A VERSAILLES , LE MOIS MOLIERE CONSTITUE, UNE AVANT-1ERE DU OFF D’AVIGNON. 350 SPECTACLES MAJORITAIREMENT GRATUITS A NE PAS MANQUER.

Affiche_MM_2017.jpg

 

Pour ce week-end pascal, oublions momentanément les requins de l’épargne, pour se tourner vers le théâtre. Et plus précisément, le fameux mois Molière de Versailles.

Chaque année, du 1er au 30 juin, cette manifestation marque le lancement de la saison des festivals et voit affluer les comédiens à Versailles. Pour de nombreuses compagnies, c’est un véritable tour de chauffe avant le Off d’Avignon.

« Dans la programmation, j’ai toujours privilégié l’esprit de troupe au détriment des stars. Je suis plus intéressé par des gens qui ont une démarche collective » me rappelle François de Mazières, Député-marie de Versailles, Fondateur et directeur artistique du Mois Molière. Classiques et contemporains, tous les auteurs peuvent y être joués.

Incubateur de talents depuis 1996, le Mois Molière transforme Versailles, 30 jours durant, en une grande scène à ciel ouvert, accueillant chaque année près de 100 000 spectateurs.

350 spectacles, classiques et contemporains, majoritairement en entrée libre, défendent les nouvelles formes du théâtre populaire, dans 60 lieux, partout en ville : Grande écurie du château, Potager du Roi, théâtre Montansier, ancien hôpital royal, galerie des Affaires étrangères de Louis XV, parcs, places et jardins….

LE THÉÂTRE À L’HONNEUR

Une fois le(s) spectacle(s) choisi(s) dans un lieu prestigieux, munissez-vous de courage pour faire la queue le jour de la représentation gratuite. En avant-première, voici la programmation partielle de ce superbe festival.

 

– 1er juin (20h30) – Grande écurie : Le Roman de Monsieur Molière, d’après Mikhaïl Boulgakov (Collectif Voix des PlumesRonan Rivière). Création Mois Molière 2016 / Entrée libre

 

– 2, 3 et 4 juin (20h30) – Grande écurie : Amphitryon, de Molière (Phénomène & CieStéphanie Tesson, avec Nicolas Vaude. Création 2017 / Entrée libre

 

– 3, 4, 10 et 24 juin (18h et 20h) – Potager du Roi : Hansel et Gretel (compte musical ambulant), d’après les frères Grimm. Création 2017 / Entrée libre

 

– 7 juin (20h30) – La Rotonde / 14 juin (20h30) – salle Marcelle Tassencourt : Falstaff, d’après William Shakespeare (Burlesques associés – Jean-Hervé Appéré). Création 2017 / Entrée libre

 

– 8 et 9 juin (20h30) – Grande écurie : Le Quatrième Mur, adaptation du roman de Sorj Chalandon (Cie du Théâtre des Asphodèles – Luca Franceschi). Entrée libre

 

– 10 juin (20h30) – Théâtre Montansier : Amok, de Stefan Zweig, adaptation Alexis Moncorgé (Molière de la Révélation théâtrale 2016), mise en scène Caroline Darnay.

 

– 12 juin (20h30) – Académie du spectacle équestre : Hugo, extraits d’œuvres de Victor Hugo, de et avec Yves-Pol Denielou, mise en scène Charlotte Herbeau. Entrée libre

 

– 15 et 16 juin (20h30) – Grande écurie : La Main de Leïla, de Aïda Asgharzadeh et Kamel Isker, mise en scène Régis Vallée. Création 2016 / Entrée libre

 

– 16, 17 et 24 juin (19h) – Cour de l’Hôtel des Affaires étrangères : Matilda, de Roald Dahl (Compagnie du CatoganGwénaël de Gouvello). Création 2017 / Entrée libre

 

– 17 juin (16h) – Carré au puits / 18 juin (16h30) – Cour Duplessis / 24 juin (16h) – Place Charost : Petites histoires sur un coup de tête (Compagnie de l’Alouette – Aurélie Lepoutre et Loïc Richard). Création 2017 / Entrée libre

 

– 17 juin (20h30) , 18 juin (17h) – Grande écurie : Les Cavaliers, de Joseph Kessel, mise en scène Eric Bouvron (Molière du Théâtre privé 2015). Entrée libre

 

– 19 et 27 juin (20h30) – Grande écurie : Faust, de Goethe (Collectif Voix des PlumesRonan Rivière). Entrée libre

 

– 22 et 23 juin (20h30) – Grande écurie : Iliade, d’après Homère, mise en scène Alexis Perret et Damien Roussineau. Entrée libre

 

– 26 juin (20h30) – Grande écurie : Tartufferie en Nouvelle-France, de Hubert Fielden (Cie de l’Archipel – Alice Pascual – troupe du Québec), direction musicale Yves Morin. Création 2017 / Entrée libre

 

– 28 et 29 juin (20h30) – Grande écurie : Roméo et Juliette, de Shakespeare (Compagnie VivaAnthony Magnier). Création 2017 / Entrée libre

 

– 30 juin (20h30) – Grande écurie : Baâda, le Malade imaginaire, d’après Molière (Cie Marbayassa – Guy Giroud – troupe du Burkina Faso). Entrée libre

 

Et dans l’ensemble des quartiers de la ville, le théâtre sur tréteaux de l’AIDAS (Carlo Boso et Danuta Zarazik) :

 

– 3 juin (16h) – Ecole La Source / 11 juin (15h) – Parc de Picardie / 24 juin (17h) – Place du marché Notre-Dame : Les Noces de sang, de Federico Garcia Lorca. Création 2017 / Entrée libre

 

– 3 juin (17h) – Place du marché Notre-Dame / 10 juin (16h) – Hôtel des Menus plaisirs / 17 juin (16h) – Petite rue du refuge / 24 juin (16h) – Esplanade Grand Siècle : Les Trois mousquetaires, d’après Alexandre Dumas. Création 2017 / Entrée libre

 

– 4 juin (15h) – Jardin des Etangs Gobert / 25 juin (15h) – Square Jeanne d’Arc : Les Grenouilles, d’après Aristophane. Création 2017 / Entrée libre

 

– 10 juin (17h) – Place du marché Notre-Dame / 17 juin (16h) – Centre commercial de Satory : Les Amants du paradis, d’après Raoul Mille. Création 2017 / Entrée libre

Programmation complète à retrouver prochainement sur :
http://www.moismoliere.com


VERSAILLES : EXPOS A NE PAS MANQUER

JUSQU’EN OCTOBRE, LA CITE ROYALE CONSACRE DEUX EXPOSITIONS SUR L’INDEPENDANCE AMERICAINE

USA

Profitons de la torpeur estivale pour traiter un sujet culturel. Cette fois je vous amène à Versailles, à l’occasion du deux-cent-quarantième anniversaire de l’Indépendance américaine déclarée le 4 juillet 1776.

Quel est le lien entre cette ville royale et le pays de l’Oncle Sam ? En fait les modalités de la fin de la guerre d’Indépendance des Etats-Unis d’Amérique, ont été négociées dans les murs de la fameuse galerie de l’Hôtel des Affaires étrangères (1761-1762) dans l’actuelle bibliothèque centrale de Versailles.

« Le Traité de Paris entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, et la Paix de Versailles, entre la France, l’Espagne et la Grande-Bretagne mettent un terme à ce conflit internationalisé » m’explique Christophe Thomet, conservateur en chef chargé des collections patrimoniales, Bibliothèque municipale de Versailles.

Lors de cette guerre marquée notamment par La Fayette, Louis XVI a décidé de réarmer la marine française et de financer une aide, en secret afin de ne pas déclencher prématurément les hostilités.

 

A travers une exposition intitulée L’ami américain : les Français et l’Indépendance américaine, 1776-1783, ce conservateur illustre avec une centaine de pièces, le rôle des Français dans cette guerre. Je vous recommande tout particulièrement la Toile imprimée en Amérique au motif de la Déclaration d’indépendance américaine et des Monnaies des Treize colonies puis des jeunes Etats-Unis. En somme le précurseur du dollar !

De son coté, le Château de Versailles consacre également une exposition en abordant l’Indépendance selon le triple point de vue français, anglais et britannique.


PRESERVATION DU PATRIMOINE : QUE FAIT L’ETAT ?

PARADOXE : L’ARGENT PUBLIC EST GASPILLE ALORS QUE DE NOMBREUX MONUMENTS SOUFFRENT D’ UN MANQUE D ENTRETIEN FAUTE DE CREDITS ACCORDES AU MINISTERE DE LA CULTURE.

Photo de Versailles

Un angelot dans les jardins du Château de Versailles

12 millions de visiteurs, c’est la fréquentation enregistrée lors des journées du patrimoine 2015. Pour l’occasion, le Ministère de la Culture et les DRAC (direction régionale des affaires culturelles) avaient ouvert 17.000 sites au public. Avec une première remarquée pour la salle du Congrès de château de Versailles. Bravo pour cette initiative.

Déficit budgétaire sur fond de récession économique oblige, les fonds de l’Etat pour la préservation de nos chefs d’oeuvre s’inscrivent en baisse, comme je le signalais dans un récent article publié dans l’hebdomadaire Valeurs Actuelles et intitulé “SOS sauvons le Patrimoine”.

Jugez un peu: depuis 2012, la baisse des crédits de 128 millions d’euros de l’enveloppe de crédits du ministère de la Culture consacrée au patrimoine fait courir un risque supplémentaire d’entretien insuffisant sur de nombreux monuments.

ARGENT PUBLIC GASPILLE

Meudon, promenade
 De somptueux tilleuls à Meudon

 


Coup de gueule. Dans ces conditions, comment s’expliquer le gaspillage de l’argent public sur l’un des plus beaux sites de la région parisienne: l’avenue du Château à Meudon (Hauts de Seine)? La DRAC d’Ile-de-France prévoit d’abattre de somptueux tilleuls ornant cette allée royale, pour les remplacer par des plus jeunes. Situé entre Paris et Versailles, c’est un lieu de promenade favori pour les familles.

Si ce funeste projet est réellement mis en oeuvre, cela aura pour conséquence de détruire un site magnifique, refuge pour de nombreuses espèces animales et protecteur de la santé des habitants. Suivra alors la replantation de petits sujets. Mais il faut patienter au moins un siècle pour retrouver des allées monumentales, comparables à celles actuelles. Quel gâchis ! » me confie Georges Royer du CDAC (Comité de Défense de l’Avenue du Château). Soutenue par de nombreuses associations et de multiples scientifiques et chercheurs, cette association met tout en oeuvre pour sauver les alignements de tilleuls. Sans être écolo, je vous rappelle l’avertissement de Chateaubriand : « Partout où les arbres ont disparu, l’homme a été puni de son imprévoyance ». Réagissez à ce billet.