Recherche

CAMBODGE : L’ECOLE POUR LES PLUS PAUVRES

L’EDUCATION RESTE LA MEILLEURE ARME POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETE, COMME LE DEMONTRE LE FORMIDABLE DOCUMENTAIRE “LES PEPITES”. VIDEO.

 

Sorti le 5 octobre 2016, le documentaire de Xavier de Lauzanne intitulé “Les Pépites” fait un véritable carton avec près de 400.000 entrées. J’ai trouvé ce film sur l’histoire d’une aventure humaine extraordinaire, totalement bouleversant (voir la Vidéo) .  En voici les grandes lignes.

En avril 1995, Christian et Marie-France des Pallières, un couple de retraités français, découvrent la décharge de Phnom Penh : « Sur un immense terrain d’ordures fumantes, dans une odeur pestilentielle et au milieu de myriades de mouches, des centaines d’enfants de six à quinze ans fouillent dans les ordures. En loques, couverts de plaies infectées, un grand sac crasseux sur le dos et pieds nus dans les ordures dans lesquelles ils s’enfoncent jusqu’aux genoux, ils cherchent des bouts de plastique, de carton, de métal à récupérer. Ils cherchent aussi de quoi se nourrir car aucun d’entre eux n’a mangé depuis la veille. »
Bouleversé par cette expérience, le couple décide d’aider ces enfants à sortir de cet enfer afin qu’ils connaissent un autre destin. « Pour un Sourire d’Enfant » (PSE) est né. Dès 1996, Christian et Marie-France revendent tous leurs biens en France et installent une « paillote » au pied de la décharge pour offrir aux enfants un repas, de quoi se laver et les premiers soins. Mais devant l’afflux des familles, il faut aller plus loin et faire face à deux urgences : la faim et l’éducation. En 1997, sur un terrain situé à 1km de la décharge, ils construisent les premiers bâtiments de l’école primaire et secondaire destinée aux chiffonniers.

Les pépites, film de Xavier de Lauzanne

Les pépites, film de Xavier de Lauzanne

DE LA MISERE…A UN METIER
Aujourd’hui, 20 ans après, 7000 élèves suivent une scolarité grâce à l’ONG PSE. Et environ 3500 anciens sont déjà entrés dans la vie active, suite à une formation professionnelle, soit environ 3000 jeunes. Les autres enfants sont scolarisés dans les écoles locales, leurs frais de scolarité et le suivi social étant pris en charge par PSE.

L’équipe PSE  œuvrant sur le terrain est désormais entièrement khmère. Avec ce choix éthique,  les fondateurs ont souhaité que les Cambodgiens soient les propres acteurs du développement de leur pays. C’est aussi le meilleur moyen de pérenniser les programmes et les actions de cette ONG en faveur des enfants.

UN PASSE DOULOUREUX

Du Cambodge, je connaissais bien sûr l’histoire du génocide perpétré par les khmers rouges. Mais j’ignorais cette déliquescence de la famille, cette destruction des repères moraux liées au passé dramatique de ce pays.

En septembre dernier, j’avais déjà lancé l’alerte dans une enquête intitulée  “Urgence en Asie du Sud-Est”  et publiée dans l’hebdo Valeurs Actuelles. Au Cambodge, les touristes éblouis par les splendeurs des temples d’Angkor ne mesurent pas forcément la détresse des déshérités. Là et dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est, des familles disposent de moins d’un dollar par jour pour vivre. De France, il est encore temps dès cette année de consentir des dons et/ou en parrainant des enfants. Consacrer pour l’éducation d’un filleul une somme de 47 euros mois ne revient au parrain que 0,52 euros par jour, après déduction fiscale.

Enfin j’avais déjà évoqué la générosité envers les enfants d’Asie, dans un billet de blog consacré au Bal des Débutantes.

JOYEUX NOEL A TOUS


One Comment on “CAMBODGE : L’ECOLE POUR LES PLUS PAUVRES”

  1. Gilles ETIENNE says:

    Bravo Martine pour cette excellent article. Joyeuses fêtes à vous et aux vôtres en cette fin d’année où nous avons tant et autant de gens ont si peu

    Gilles