Recherche

IMMOBILIER : QUEL NIVEAU DE PRIX D’ICI DEUX ANS?

En France, au niveau national, les prix des logements pourraient reculer de 10% d’ici fin 2014, selon l’agence Standard and Poor’s.  Au niveau parisien, un coup de rétroviseur annonce cette glissade (courbe)

Après les pronostics de l’IEIF (Institut de l’épargne immobilière et foncière) sur les prix de l’immobilier au niveau national, je vous invite à partager ceux de Standard and Poor’s. Selon les économistes de cette agence de notation, les prix devraient baisser de 5% en France cette année et l’an prochain. Faisons les comptes : le recul des prix pourrait atteindre 10% en deux ans.

A leurs yeux, la hausse du chômage conjuguée avec celle la fiscalité pèseront sur la confiance des particuliers. Deux éléments ralentissent la glissade des prix sur le long terme :

– le manque de logements en France

– la progression démographique conjuguée au phénomène de décohabitation (délocalisation régionale, divorce).

Schoeffler-Logement-12-400

L’immobilier parisien

Même en région parisienne, un recul des prix de 10% sur deux ans ne serait pas dramatique. Elle aurait le mérite d’améliorer le pouvoir immobilier des acquéreurs si… les taux d’intérêt conservent leur niveau actuel, historiquement bas. La courbe-ci dessus illustre la variation annuelle des prix des logements en Ile-de-France.

Constat : depuis 2010, le rythme de hausse des prix ralentit. A fin 2012, il est quasiment nul selon les notaires parisiens.

Rappel : en région parisienne comme en province, l’immobilier est constitué de micro-marchés. Par conséquent, la baisse des prix ne sera pas uniforme.


IMMOBILIER : LES DEUX SCENARIOS DE BAISSE DES PRIX

 2013, une année grise pour le marché de l’ immobilier résidentiel ? L’IEIF table sur deux scénarios : une baisse des prix de 3% ou de 6%  en douze mois. (Courbe).

Vous vous en doutez, même s’ils craignent une baisse des prix dans le secteur du logement, les agents immobiliers ont tendance à pratiquer la langue de bois. Comme en Bourse, les professionnels  ne souhaitent pas créer un mouvement de panique auprès des propriétaires.

En revanche, les observateurs n’ayant aucun lien avec le marché des transactions font preuve d’une plus grande objectivité. A ce stade, je donne un coup de chapeau à Pierre Schoeffler de l’IEIF (Institut de l’épargne immobilière et foncière). Malgré le manque de visibilité conjoncturelle, son modèle économique débouche sur deux scénarios.

 Prix : un recul de 3% ?

Le prix des logements en France baisserait  de 3% en 2013 dans le scénario central ( 80% de probabilité). La croissance reste atone et l’inflation faible. Le taux d’intérêt des OAT à 10 ans se stabilise autour de 2%. L’activité immobilière reste déprimée et les conditions de financement de l’immobilier continuent de se durcir. En deux ans, le recul des prix pourrait tourner autour de 7 %. 

Schoeffler-Logement-3-400

Prix: un recul de 6% ?

Le prix des logements baisse de 6% en 2013 dans le scénario alternatif

(20% de probabilité). La croissance chute et l’inflation se tend légèrement

Mais le taux d’intérêt des OAT à 10 ans grimpe, ce qui pénaliserait le marché immobilier. En deux ans, le recul des prix pourrait tourner autour de 11%.

Moralité : croisons les doigts pour que les taux d’intérêt ne remontent pas. Cela éviterait le risque de krach.

En attendant, je vous invite à étudier de près la courbe ci-dessus. Je vous rappelle qu’ en région parisienne comme en province, l’immobilier est constitué de micro-marchés. Par conséquent, la baisse des prix ne sera pas uniforme.

Sous la rubrique  VOUS ABONNER (colonne de droite), il suffit d’entrer votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publicationsSi vous appréciez ce billet, transmettez-le à vos amis! Merci de votre fidélité.