Recherche

FINANCE : GARE AUX ESCROQUERIES

DANS UN CONTEXTE DE TAUX D’INTERET TRES BAS, LES ESCROCS MULTIPLIENT LES ARNAQUES EN FAISANT MIROITER DES PERFORMANCES ELEVEES

File:Gerechtigkeit-1537.jpg

Au moins 1 milliard d’euros perdus par les épargnants entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2019, suite à des escroqueries financières. Tel est le bilan que viennent de dresser conjointement le Parquet du TGI (Tribunal de Grande Instance de Paris), l’AMF (Autorité des marchés financiers) et l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution).

« Jusqu’au début 2016, les plaintes concernaient surtout le crédit et le Forex  (en anglais Foreign exchange market ) ou marché des changes. Puis les arnaques  se sont déplacées sur les livrets d’épargne et sur de nouveaux supports : le diamant, les cryptoactifs, les forêts, le vin ou encore les cheptels » note un observateur.

Les autorités rappellent toute proposition d’investissement sur ces biens atypiques mettant en avant une promesse de rendement financier doit faire l’objet d’un enregistrement auprès du régulateur. D’ailleurs cet enregistrement est obligatoire avant toute communication promotionnelle ou tout démarchage.

Dans la pratique, la liste des offres enregistrées est disponible sur le site de l’AMF.

 EN QUETE D’INVESTISSEMENTS REMUNERATEURS

Dans sites internet bien documentés peuvent proposer ces placements atypiques et même des livrets d’épargne.  Les investisseurs se connectent directement sur ces sites

ou sont démarchés par des messages ou publicités ciblées reçues par divers canaux. A l’heure du numérique, la souscription ou l’achat de ces produits s’effectuent en ligne, par internet et par messagerie. Ensuite via un numéro français (ou apparemment français) de téléphone. Mais sans rencontre physique.

Avec son discours manipulatoire, le faux conseiller met en confiance son interlocuteur. Incitée à effectuer un premier versement et rassurée sur la rentabilité et la réalité de son investissement, la victime investira des sommes plus importantes qu’elle ne pourra récupérer.

apo

 

LE PROFIL DES VICTIMES

Trois constats :

  • Les plus de 50 ans représentent plus de 65 % des victimes et 81 % de l’ensemble des sommes perdues, la tranche d’âge la plus impactée étant celle des 60‐69 ans. Disposant d’un patrimoine plus important, cette tranche d’âge est aussi plus disponible que les actifs pour des sollicitations faites par téléphone.

° Si les retraités sont les plus touchés (48,2 % des montants investis), toutes les catégories socioprofessionnelles sont concernées ;

°  La région Provence Alpes Cotes d’Azur est la plus concernée par les escroqueries (17,3 % des montants investis), suivie par l’Auvergne‐Rhône‐ Alpes, l’Occitanie, puis l’Ile de France.

Des arnaques se développent aussi à la Bourse.

Ne vous laissez pas tenter par des discours alléchants. Avant toute décision, consultez cette page sur ce site officiel.


BOURSE : ATTENTION AUX ARNAQUES

L’AUTORITE DES MARCHES FINANCIERS MET EN GARDE LE PUBLIC CONTRE LE DEMARCHARGE AGRESSIF VISANT NOTAMMENT DES TITRES BOURSIERS

Résultat de recherche d'images pour "photo AMF"

 

 

Dans le monde des placements, les anglo-saxons qualifient de « boiler room », ou  » technique de la bouilloire », le recours à des tactiques agressives de vente par une entité ne disposant d’aucune autorisation et se présentant auprès des épargnants comme une société de courtage ou une société de gestion d’actifs.

Mais cette technique se répand également en France. En effet l’AMF (Autorité des marchés financiers) vient de mettre en garde le public contre cette pratique frauduleuse visant à solliciter des investisseurs afin de les inciter à acheter de produits financiers sur la base d’argumentaires sans rapport avec la valeur réelle de ces actifs et en faisant miroiter des potentiels de hausse de cours très importants. Existant depuis de nombreuses années, ce type de fraude peut porter sur des sociétés cotées sur différents marchés européens. Et par conséquent viser les investisseurs particuliers dans toute l’Europe.

RECOMMANDATIONS D’ACHAT SUSPECTES

Compte tenu des indices dont elle dispose, l’AMF attire l’attention à propos de recommandations d’achat suspectes sur les actions suivantes cotées sur Euronext Access, à savoir :

  • Media Lab (IT0005324105) ;
  • Arthur Maury (FR0013268067) ;
  • Design your Home (SE0007045380) ;
  • Gour Medical (FR0013371507) ;
  • Parx plastics (NL0012650535) ;
  • Italy Innovazioni (IT0005336521).

D’ailleurs ces incitations à l’achat pourraient se baser sur des informations fausses ou trompeuses et/ou dissimulent des conflits d’intérêts existants. Certains agissements pourraient même constituer des infractions pénales. Cet organisme de contrôle sanctionne régulièrement des opérateurs.

Si vous investissez en Bourse, la plus grande vigilance s’impose donc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


L’AMF SANCTIONNE HEDIOS PATRIMOINE

L’AMF SANCTIONNE LA SOCIETE HEDIOS PATRIMOINE POUR DES MANQUEMENTS A SES OBLIGATIONS DE CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

 

Résultat de recherche d'images pour "photo AMF"

 

La Commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers vient de prononcer à l’ encontre de la société Hedios Patrimoine un avertissement et une sanction de 50 000 euros pour violation de plusieurs de ses obligations professionnelles (décision du 20 mai 2019).


Les faits
 : entre le 1er janvier 2016 et le 15 mars 2017, ce « chasseur d’opportunités financières » basé à Paris et à Londres a commercialisé sur Internet, des Euro Medium Term Notes (EMTN) et des organismes de placement collectif. En proposant des (EMTN), ces titres de créance émis par des banques de financement et d’investissement à destination d’investisseurs professionnels et contreparties éligibles, institutionnels ou banques privées, Hedios Patrimoine,  faisait valoir qu’elle n’exerçait pas une activité de conseiller en investissements financiers (CIF).

 

En analysant ce dossier, la Commission des sanctions de l’AMF a relevé qu’à l’époque des faits, celle-ci :

·         était immatriculée en qualité de conseiller en investissements financiers (CIF) et adhérente à ce titre, d’une association agréée ;

·         s’était engagée à respecter les obligations professionnelles applicables aux  (CIF)  auprès de sociétés de gestion gérant des organismes de placement collectif ;

·         recueillait systématiquement auprès de ses clients potentiels, lors de l’entrée en relation, des informations sur leur patrimoine, leurs objectifs d’investissements, leur expérience et leur profil de risque financier ;

·         signait, lors la commercialisation de ses produits, ses courriels promotionnels en indiquant uniquement son statut de (CIF) .

DEUX GRIEFS

Lors de l’entrée en relation, aucun des clients potentiels d’Hedios Patrimoine ne souscrivait, son option payante d’accompagnement patrimonial. Aussi, la Commission a sanctionné Hedios Patrimoine :

·         d’une part, pour s’être présentée, dans son document d’entrée en relation, comme démarcheur bancaire et financier mandaté par une société de gestion, alors que la convention qu’elle avait conclu avec cette dernière excluait expressément tout mandat de démarchage ;

·         d’autre part, pour avoir fourni à certains de ses clients, un service de réception et de transmission d’ordres, sans avoir conclu préalablement avec ces derniers, une convention précisant les droits et obligations de chacun.

Cette décision peut faire l’objet d’un recours.

Dans son rôle de protection de l’épargne, l’AMF veille au grain dans ce milieu susceptible à tant de convoitise. Avant de vous engager dans un placement, faites preuve de vigilance.


PORTO IMMO SCPI DANS LE COLLIMATEUR DE L’AMF

L’AMF VIENT DE FAIRE UNE MISE EN GARDE CONTRE LES ACTIVITES DE LA SOCIETE PORTO IMMO SCPI PROPOSANT UNE SCPI DU MEME NOM, SANS AUTORISATION.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "photo AMF"

 

 

« La SCPI Porto Immo, la meilleure SCPI en 2018 » n’est pas du gout de L’AMF (Autorité des marchés financiers). Le régulateur vient de mettre en garde le public contre les activités de la société PORTO IMMO SCPI  incitant les épargnants, via son site internet www.porto-immo.com, à investir dans la société civile de placement immobilier (SCPI) du même nom sans autorisation. En effet cette société ne dispose d’aucun des statuts légaux l’autorisant à proposer aux investisseurs sur le territoire français de souscrire à des parts de SCPI (sociétés civiles de placement immobilier).  Aussi le régulateur vous  recommande  de ne pas donner suite aux sollicitations des personnes se réclamant de cette société et de ne pas les relayer auprès de tiers, sous quelque forme que ce soit.

 

FAITES PREUVE DE VIGILANCE

D’une manière générale, le gendarme de la Bourse invite les épargnants à appliquer des règles de vigilance avant tout investissement :

·         Aucun discours commercial ne doit faire oublier qu’il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé ;

·         Obtenez un minimum d’informations sur les sociétés ou intermédiaires proposant un placement : identité sociale, pays d’établissement, responsabilité civile, règles d’organisation, etc. ;

·         N’investissez que dans les produits ce que vous comprenez ;

·         Posez-vous la question de savoir comment est réalisée la valorisation du produit proposé (prix d’achat ou prix de vente), renseignez-vous précisément sur les modalités de revente du produit et les délais liés, notamment dans le cas où le produit investit sur une classe d’actifs peu liquide.

LA PIERRE PAPIER NON COTEE

Par rapport à un investissement en direct dans la pierre, je vous rappelle que les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) sont plus accessibles et limitent les risques. De plus, celles investies en immobilier d’entreprise (bureaux, locaux d’activité) vous permettent de compléter de vos revenus ou de profiter de l’effet de levier du crédit. Et même en fonction de SCPI, de diversifier à l’étranger votre patrimoine en parts. Actuellement moins de 5% des encours des SCPI sont investis en dehors de France. Mais de plus en plus de gérants achètent des immeubles en l’Allemagne, afin de profiter à la fois de prix encore attractifs et d’une fiscalité adoucie. « Avec une SCPI investissant à la fois en France et en Allemagne, les porteurs de parts supportent une imposition minorée sur les revenus provenant de loyers versés en Outre-Rhin et évitent les prélèvements sociaux de 17,2% sur lesdits revenus, en vertu de la convention fiscale franco-allemande en vigueur » explique-t-on chez Swiss Life REIM.

Encore faut-il pour souscrire des parts de SCPI s’adresser à sa banque ou à un conseil en gestion de patrimoine ou encore à une société dûment habilitée par l’AMF pour diffuser une SCPI « maison ».

Par ailleurs, il y a quelques mois, l’AMF avait sanctionné un conseiller en gestion de patrimoine.

Un vrai monde requins!