Recherche

APPART CITY : LE BILAN A MI- AVRIL

L’EXPLOITANT DE RESIDENCES URBAINES APPART CITY PROPOSE A UN PEU PLUS DE 10.000 INVESTISSEURS DE SIGNER UN NOUVEAU BAIL AVANT LE 1ER MAI 2017. LE POINT SUR CETTE PROLONGATION.

Prévue initialement jusqu’au 31 mars, la signature du nouveau bail proposé par Apart City à quelques 10.000 investisseurs a été prolongée jusqu’au 30 avril, faute du manque d’enthousiasme des bailleurs, comme signalé dans un précédent billet.

L’exploitant communique sur un taux de retour de l’ordre de 50% à fin mars. Selon nos informations, il se situait autour de 40%. Loin des 80% escomptés à l’origine pour ce nouveau bail commercial assorti d’une baisse de loyers rétroactive. Quels constats dresser ?

  • « Afin de laisser les investisseurs dans le flou, Appart City fait de nouveau preuve d’opacité » me confie un copropriétaire.
  • Et de poursuivre : « les résidences ayant signé sont majoritairement celles conseillées par les 4 avocats, soit environ les 2/3 des signatures. Seulement 10% des résidences hors les 4 avocats ont signé. En outre  70% des résidences dont la baisse de loyers se limite à 5% sont signataires ».
  • Depuis le 1er avril, le rythme de signatures se ralentit : à peine une centaine de baux signés par semaine.
  • « A mi avril, 6.000 nouveaux baux sont signés sur les 8.000 envoyés. Et sur un total de 12.950. Le nombre de résidences ne signant pas s’élève à 48 » me signale un autre investisseur.
  • Depuis les dernières semaines, trois résidences urbaines exploitées par Appart City sont déjà sorties de son périmètre : Béziers et Magny les Hameaux au 1er avril, Narbonne au 1er mai.
  • D’autres résidences envisagent sérieusement de leur emboîter le pas pour trouver un nouvel exploitant.

 

RENONCER A ATTEINDRE LE QUOTA ?

Pour rappel, le quota de 80% des résidences est nécessaire fin avril et aucun délai supplémentaire n’est prévu dans le protocole. Actuellement 43 résidences ont signé sur 99 et 13 hors accord. « Même si 4 résidences pourraient atteindre le seuil des 75% fin avril, le résultat se trouverait donc loin du fameux quota de 80% souhaité…..Dans ces conditions,  les dirigeants ont le choix entre deux solutions : soit activer avant le 30 avril, c’est-à-dire dans moins d’une semaine la clause de renonciation spécifiée à l’article 1.3 du nouveau bail, soit renoncer à tous les nouveaux baux signés » m’explique un observateur. Reste une question majeure : comment et dans quelles conditions, cette société sera recapitalisée?


14 commentaires on “APPART CITY : LE BILAN A MI- AVRIL”

  1. Il y a une autre lecture des faits:
    3 résidences très déficitaires parties: la belle affaire! Nul n’a cherché à les retenir!
    Préférer souffrir ailleurs est légitime pour les cas désespérés et ce n’est pas sérieux d’en faire des exemples « attractifs » : ne vous laissez pas abuser!

    La discrétion plus grande ces dernières jours est souhaitée et provoquée précisément par les risques de déformation et le dénigrement systématique d’un accord qui progresse inéluctablement vers son succès en dépit des tentatives vaines de désinformation lues ici ..ou là!
    Copropriétaires signataires, déjà plus de 6000, vous percevrez bientôt vos arriérés..vous êtes déjà payés régulièrement depuis 4 mois pour ceux qui nous ont fait confiance!
    Vous serez à coup sûr plus de 7000 à fin avril…

    L’entreprise sera recapitalisée et renforcée…
    L’alternative ? Le dépôt de bilan ? Nul ne le souhaite , ni les actionnaires désormais renforcés par les 6000 bientôt plus de 7000 signataires, ni la plupart des autres qui souffriraient en priorité d’un éventuel dépôt de bilan…
    Dans quelques semaines la recapitalisation va permettre à AC de redresser la situation et reprendre la main..
    Fin avril approche ..nous verrons bien!

    • Bailbail59 dit :

      Toujours de la désinformation….

      Lille, signataire, n’est pas réglée régulièrement depuis quatre mois.

      Pourquoi mentir?

  2. lucide dit :

    Tiens, je ne savais pas que la résidence de Narbonne était déficitaire…
    Tiens je ne savais pas que TOUTES les résidences signataires étaient payées régulièrement.
    Tiens je ne savais pas qu’il y en avait + de 6000 à avoir signé mi avril.
    Il y en a qui ont la vue qui baisse…

    Mais je partage le fait que l’entreprise sera recapitalisée. Bizarrement pas à la date prévue, mais probablement en juin….encore un délai supplémentaire…Cherchez pourquoi….
    Mais recapitalisée, sans les quotas souhaités, puisque seulement 3 nouvelles résidences ont atteint le seuil des 75% depuis….???? fin mars….
    A ce rythme là, on y est encore à la saint glin glin….Mais c’est vrai qu’il faut mieux rester discret sur ces chiffres pour ne pas affoler les propriétaires.
    C’est marrant car maintenant on est sûr de cette recapitalisation, alors que pendant toutes ces dernières semaines, certains ont fait le forcing pour faire signer les nouveaux baux. La menace de non recapitalisation et de dépôt de bilan étaient systématiquement évoqués en cas de non signature….Beau chantage désormais avoué.

    • mdenoune dit :

      Dans les commentaires, des signatures massives ont souvent été évoquées. Alors que le compte à rebours a commencé pour Appart City, un échec se profile donc, faute d’obtenir 80% des résidences à 75% minimum de signataires par résidence….
      Vous évoquez la recapitalisation. Oui, mais dans quelles proportions? La santé financière de cet exploitant sera-t-elle améliorée ou non ?
      En effet les baisses de loyer massives auraient dû permettre de faire économiser 10 millions d’euros.
      – Quel montant fait économiser l’actuel cumul des nouveaux beaux signés ?
      – A combien se chiffrent chaque année, les frais financiers relatifs aux prêts in fine ?

      • lucide dit :

        Avec de mémoire 5 millions minimum de frais annuels financiers (chiffres annoncés par Appartcity lors d’une réunion publique) dû aux prêts contractés (à des taux parfois très élevés), la signature des baux ne représente aujourd’hui que 4 millions d’euros d’économie sur les 10 millions escomptés (4800 baux signés sur 11700 au total, hors les 1200 environ qui ont 0% de baisse, soit 40% de 10 millions de baisse)…soit même pas de quoi payer les intérêts des prêts…..alors pour relancer la machine, n’en parlons même pas…

  3. Bailbail59 dit :

    Appart City fait du fillonisme.

    Il ne veut pas laisser sa place alors que tout le monde sait que tout est perdu.

    Ne voyant que son nombril au mépris de tous les propriétaires, il s’accroche alors que la bataille est finie….

  4. De Tocquesaint dit :

    Si les taux d’intérêt demandés par les prêteurs sont très élevés c’est que la qualité de la société est mauvaise. Dans la résidence de Lyon Saint Cyr Park Vaise AC est exploitant depuis 9 ans. En 9 ans AC n’a fait aucun investissement dans les murs. La conséquence est qu’aujourd’hui leur outil de travail, nos murs, ne sont plus à l’aune de ce que la clientèle est en droit d’exiger.
    Donc ils commettent des fautes de gestion, en ne faisant pas les investissements nécessaires dans les murs pour pérenniser le fonds de commerce.
    AC ne fait que répondre aux désitérata court-termisme de Mr Patrice Cavalier (qui représente 60% des associés) et Equistone partners europe qui est le fonds qui est à 40%.
    L’exigence et l’instantanéité de retour sur investissement des prêteurs occulte complètement le long terme, la gestion de « bon père de famille » avec des investissement dans les murs de long terme. Bref aucune stratégie si ce n’est de goinfrer les actionnaires.
    Alors forcément le fonds de commerce va baisser car la concurrence, elle, monte en gamme, s’adapte, se ré-invente.

    • Lacarbre dit :

      Effectivement comme beaucoup de sociétés et surtout celles dirigées par des financiers ou des groupes financiers, la stratégie se résume souvent en une stratégie court-termiste visant à rémunérer les actionnaires au plus vite sous forme de dividendes ou à travers d’autres moyens de rémunérations parfois plus obscures. Cela peut se faire par exemple par le biais de prêts attribués par des entités appartenant au même groupe financiers souscrits à des taux proches des taux d’usuriers garantissant ainsi des revenus confortables au prêteur.

      C’est encore plus vrai quand ces sociétés font investir à des petits investisseurs que nous sommes en faisant miroiter des loyers garantis. Ces mêmes sociétés ont ensuite beau jeu de rejeter la mauvaise santé financière d’Appart-City sur ces petits investisseurs qui osent refuser de voir baisser leurs loyers et font valoir leurs droits. Ces méthodes sont d’autant plus choquantes quand elles sont supportées par des professionnels du droit se disant représentants de ces mêmes petits investisseurs.

      Pour ce genre de société, c’est presque devenu une culture d’entreprise de tenter de renégocier régulièrement à la baisse les loyers versés aux propriétaires sous prétexte de crise ou en rejetant la faute sur l’équipe dirigeante précédente.

      A croire qu’avant de racheter Appart-City, Park & Suites n’a même pas réalisé d’audit comme il se doit et n’a pas fait une étude approfondie pour s’assurer du bien fondé de leur acquisition. A moins que la baisse de loyers demandée aux propriétaires ne fasse partie dès le départ de cette stratégie…

      • mdenoune dit :

        Merci cher internaute pour cette analyse bien argumentée. Il semblerait que ce soit Park & Suites qui ait racheté Appart-City. Et seul le nom de cette dernière société a été mis en avant, compte tenu de la mauvaise image de marque de l’autre entité. Notamment suite au scandale Appolonia.

      • Un gestionnaire n’a rien à perdre à essayer de baisser ses charges et donc les loyers. La baisse de loyer est une stratégie envisagée dès le départ… Et ça marche… Bien entendu, lorsque le particulier achète, on lui laisse entendre que le loyer de départ durera éternellement…

  5. lucide dit :

    Malgré une baisse encore des retours de signatures, Appartcity a enfin décidé officiellement de sa recapitalisation en renonçant tout simplement à la clause suspensive…Aucune surprise donc, puisque le résultat était connu depuis le départ: tout était du chantage et un coup de poker…il fallait faire signer coute que coute, pour gagner ce que l’on pouvait gagner…..
    Les actionnaires vont injecter 20 millions d’ici 1 mois..
    .
    L’histoire était écrite….

    • mdenoune dit :

      Merci cher investisseur pour cette information capitale. Toutefois des interrogations subsistent :
      – régularité dans le paiement des loyers de toutes les résidences,
      – possibilité de sortie de certaines résidences,
      Quand vous évoquez le bluff et le chantage, je suis malgré tout surprise que des professionnels du droit, animés normalement par une certaine déontologie, se soient livres à des telles pratiques.

  6. chris de stras dit :

    Et si A.C déposait le bilan TOUT le monde serait perdant……alors toutes ces tergiversations me font bien sourire….jaune !