Recherche

RESIDENCES DE TOURISME LAGRANGE : SURSIS POUR RESITEL

https://i2.wp.com/www.font-romeu.fr/sites/ftromeu/files/styles/large/public/phot_cite_excellence__1.jpg

Entraînement dans la capitale sportive de Font-Romeu

La mise sous sauvegarde de Résitel est prolongée jusqu’à septembre 2013. Dans l’intervalle, un expert judiciaire doit chiffrer les dommages et intérêts dûs aux investisseurs

Le suspense se poursuit pour les 1.700 investisseurs dans les résidences de tourisme Lagrange dont la gestion est confiée à Résitel. Cette filiale d’exploitation a obtenu une prolongation de six mois de sa période de sauvegarde supposée se terminer fin mars, lors de l’audience du 19 mars du tribunal de commerce de Tarbes.

Expertise judiciaire
En outre, le tribunal de commerce a désigné un expert judiciaire pour évaluer le passif. D’après les investisseurs, ce passif avoisine les 100 millions d’euros, compte tenu des dommages et intérêts. Ce montant tient compte de la baisse des loyers commerciaux supportés par les particuliers. A quoi s’ajoutent pour deux résidences – Font Romeu et Talmont Saint-Hilaire – le sérieux risque de reprise des avantages fiscaux par l’administration.

Afin qu’un immeuble conserve son statut de résidence de tourisme, l’exploitant doit gérer au moins 70% des lots (appartements), d’après le Code du Tourisme. Or cette condition de 70% des lots en exploitation n’est pas respectée pour les deux résidences précitées.

Le piège des baux commerciaux

« En tant qu’investisseurs, nous n’avions pas compris le piège des baux commerciaux : à savoir que la baisse de 65% de nos loyers sera durable » me confient des particuliers dépités . Craignant que le fonctionnement du groupe Lagrange s’apparente à  une pompe à déficit, ces investisseurs s’interrogent  sur leur sort.

En attendant, ils ont déclaré au passif de Résitel, le montant des avantages fiscaux qu’ils devront rembourser si les choses restaient en l’état. Rendez-vous en septembre pour une prochaine audience au tribunal de commerce de Tarbes. Un plan de continuation devrait être présenté.

 

Pour être averti des nouveaux billets, il suffit d’entrer votre adresse mail sous la rubrique  VOUS ABONNER (colonne de droite). Si vous appréciez ce billet, transmettez-le à vos amis!


5 commentaires on “RESIDENCES DE TOURISME LAGRANGE : SURSIS POUR RESITEL”

  1. Brentano dit :

    Toujours le même système Plan de sauvegarde renouvelable une fois ce qui fait un an, puis redressement judiciaire, puis liquidation judiciaire, et zoro arrive et reprend à moindre coût.
    Toujours le même schéma, l’histoire n’est pas d’aujourd’hui. Rappelez-vous en 2009 l’affaire TRANSMONTAGNE QUIETUDE RESIDHOTEL. Pourtant nous avons eu de cesse à partir de 2008, d’informer sur les dangers des résidences de tourisme. Et à l’époque, on nous rétorquait que nos résidences étaient mal situées !!!!!!!

    • mdenoune dit :

      Petite précision : Résitel a déjà été placé sous sauvegarde pendant 12 mois. Suite à l’audience du 18.03.2013, cette société est encore sous sauvegarde sous 6 mois supplémentaires.

  2. Bertin-Lécuyer dit :

    Propriétaire à Gaujac et donc concerné et victime de la gestion de Résitel, je suis surprise d’apprendre qu’un nouveau délai de 6 mis vient d’être accordé à Résitel. A la lecture des textes réglementaires concernant la procédure de sauvegarde, j’avais compris que celle-ci était prononcée initialement pour 6 mois. Dans le cas de résitel (mars 2012) puis reconduite 1 fois pour 6 mois (dans notre cas septembre 2012 à mars 2013). Il ne me semble pas possible juridiquement de reconduire encore 6 mois. Pouvez-vous me confirmer ma lecture des textes réglementaires.

    • mdenoune dit :

      Difficile de vous confirmer la lecture des textes réglementaires. J’imagine que vous avez un avocat qui pourra vous aider. Tenez nous au courant.

  3. Brentano dit :

    A propos de la période de sauvegarde, je confirme que le délai s’élève à 6 mois, renouvelable une fois, puis redressement judiciaire, puis liquidation judiciaire. Mais nos « amis » vont toujours au maximum du plan de sauvegarde. La combine est toujours la même depuis des années