Recherche

Le SOS des résidences de tourisme en altitude

APPEL AUX POUVOIRS PUBLICS POUR AIDER LES EXPLOITANTS ET LES BAILLEURS DES RESIDENCES DE TOURISME A LA MONTAGNE  

A quelques jours des vacances de février, les professionnels de la montagne qui réalisent la majeure partie de leur chiffre d’affaires annuel pendant cette période, lancent un cri d’alerte.

Le  récent Collectif des entreprises de la montagne réunissant notamment  Domaines skiables de France (DSF), l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), le Groupement national des chaînes hôtelières (GNC), le Syndicat national des résidences de tourisme (SNRT) et Appart’hôtels, l’Union nationale des associations de tourisme de plein air, l’Union sport et cycles, le Club Med, MMV, Pierre & Vacances et VVF, chiffre la baisse de fréquentation et d’activité économique à la montagne, respectivement  à 70% et à 80%.

Dans ce concert, Consultim avertit les Pouvoirs Publics sur les conséquences de la non-réouverture des remontées mécaniques dans les stations de ski. « Sous peine de voir un pan stratégique de l’économie s’effondrer, il faut agir de toute urgence en faveur des exploitants de résidences touristiques et des bailleurs,» alerte Benjamin Nicaise, à la tête de ce groupe.

Cette plateforme sélectionnant des résidences de tourisme pour des conseillers en gestion de patrimoine poursuit : « faute de trésorerie – les loyers correspondent globalement à 50 % de leurs dépenses -, les structures d’exploitation n’ont d’autres solutions que d’annuler le versement des loyers aux bailleurs, pourtant dans l’attente d’un complément de revenu défini dans le bail commercial. Un cercle vicieux. »

Alors que les exploitants de remontées mécaniques qui bénéficieront d’une aide exceptionnelle correspondant à 70% du chiffre d’affaires déterminé sur la moyenne des 3 dernières années correspondant à la période de fermeture, pour l’instant rien n’est prévu pour ces gestionnaires de résidences de tourisme en altitude. Sans aides, ils risquent de ne pas survivre.

Privés en totalité ou en partie de loyers, les investisseurs sont des victimes collatérales de cette crise sanitaire.  S’ils sont en cours de remboursement du prêt contracté pour financer cette acquisition, leur situation est encore plus dramatique.


ENCHERES: AFFICHES DE FILMS AVEC MARILYN MONROE

UNE RARE COLLECTION D’AFFICHES DE FILMS AVEC MARILYN MONROE PROPOSEE LORS D UNE VENTE AUX ENCHERES  LE SAMEDI 5 DECEMBRE

Amateurs du 7° art ou/et passionnés de l’éternelle Marilyn Monroe, je vous signale une exceptionnelle vente d’affiches de cinéma orchestrée le samedi 5 décembre à partir de 11 heures par le commissaire priseur Tessier Sarrou basé à Paris. Compte tenu du contexte sanitaire, cette vente en direct s’effectuera en ligne  via Drouot Digital Live. Des ordres d’achat peuvent être passés dès maintenant, pour ces affiches déjà entoilées.

Sur la trentaine d’affiches réunies  par un même collectionneur, la plupart sont d’origine américaine. Ce que les professionnels qualifient « country of origin ».

« En quinze ans, aucune collection de cette artiste iconique n’est passée à l’encan en France. Et même en Europe » souligne l’expert parisien Alexandre Boyer.

Bien sûr, vous pouvez consulter le catalogue en ligne, sachant que ces affiches sont répertoriées à partir du lot 150. Elles devraient passer en ligne en fin de matinée.

En attendant  trois lots phares ressortent de cette vacation en ligne :

  • Niagara, d’Henry Hathway, 1953 . Affiche américaine (Insert) de 92 x 36 cm. Estimation : 400/500 euros
  •  The prince and the showgirl de Laurence Olivier, 1957. Affiche américaine (Insert) de 92 x 36cm. Estimation : 400/500 euros
  • The Asphalt Jungle de John Huston, 1950. Affiche américaine (Insert)

de 92 x 36cm. Estimation : 500/600 euros

D’autres affiches – souvent en lot de 2- démarrent à partir de 200 euros. Un cadeau original pour faire plaisir à des proches ou apporter une touche cinématographique à votre intérieur.

https://www.tessier-sarrou.com/catalogue/108578.


ART DU GRES: SOUTENIR UNE ENTREPRISE SECULAIRE

SOUTENIR FINANCIEREMENT UNE START UP DU XVIIIe SIECLE. LA SOUSCRIPTION EST OUVERTE JUSQU’AU 19 DECEMBRE

Dans l’Yonne, la Puisaye est le berceau de la poterie de grés. Depuis 1736, la Manufacture Normand est basée à Saint-Amand en Puisaye.

Parmi ses clients, elle compte notamment le Château de Versailles. Labellisée EPV (entreprise du patrimoine vivant), cette entreprise,  soucieuse d’agrandir ses ateliers ouverts au public, déménagera l’an prochain, à quelques kilomètres.

Pour financer en partie cette lourde opération, elle fait appel à Dartagnans, une plateforme de crowdfunding. Jusqu’au 19 décembre 2020, vous pouvez devenir l’un de ses « actionnaires ».

« Notre Manufacture appartient à l’histoire des arts décoratifs français, un petit peu comme les châteaux ou les grandes demeures. Soutenir financièrement notre maison en pleine restructuration permet de participer à l’aventure d’une start up du XVIII ° siècle » m’explique Elisabeth Lebègue, à la tête de la Manufacture.

Le pot de Marie Antoinette

Amateurs d’art, vous pouvez apporter votre soutien financier à cette grande dame au savoir-faire exceptionnel. Proposées entre 10 à 500 euros, les souscriptions s’accompagnent de belles contreparties. Pour 100 euros, le contributeur reçoit un superbe pichet, témoin de l’histoire du grès. Et pour 500 euros, un exemplaire du fameux pot de la Reine Antoinette, une pièce historique.

C’est promis, ces petits trésors vous parviendront avant Noël, histoire de les placer au pied du sapin, de ce Noël bien spécial.


BIENTOT LA VENTE DES HOSPICES DE BEAUNE

MALGRE LA CRISE SANITAIRE, LA 160 e VENTE AUX ENCHERES DES HOSPICES DE BEAUNE SE TIENDRA LE DIMANCHE 15 NOVEMBRE 2020. AVEC DES CONDITIONS PARTICULIERES

.

LES 50 CUVEES DES HOSPICES DE BEAUNE

La récolte 2020 permettra aux Hospices de proposer à la vente 630 pièces de vins, dont 156 pièces de vin blanc et 474 pièces de vin rouge. Ces 630 pièces se répartissent en 50 Cuvées, 33 de vin rouge et 17 de vin blanc, soigneusement élaborées par Ludivine Griveau, régisseur du domaine viticole des Hospices Civils de Beaune.

Ces Cuvées résultent d’un assemblage harmonieux de différents climats. D’ailleurs cela contribue à créer l’originalité des vins du domaine viticole des Hospices Civils de Beaune. Chaque Cuvée porte le nom d’un bienfaiteur des Hospices ou du donateur historique de la vigne.

2020, UN MILLESIME DE QUALITE

En Côte d’Or, cette année a été très précoce avec les vendanges qui se sont déroulées du 18 au 29 août.

Pour cet anniversaire exceptionnel, une pièce des Présidents exceptionnelle s’imposait. Aussi le Clos de la Roche, un grand cru inédit, sera présenté aux enchérisseurs. Les fonds récoltés par la vente de cette pièce seront versés en totalité à la Fédération Hospitalière de France. Une aide bienvenue au personnel hospitalier dans ce contexte de pandémie.

Cette vente aux enchères sera orchestrée par la maison Christie’s. Elle se déroulera à la fois en présentiel – avec un nombre limité d’acheteurs – et en ligne, accessible aux quatre coins de la planète. Au préalable, cette maison de vente a fait des tournées pour présenter ce nouveau millésime aux acheteurs Européens ou Asiatiques ou bien encore Américains.

LE VIN, UNE VALEUR REFUGE?

Je vous rappelle que Donald Trump a imposé une taxe de 25% pour les vins avec un degré d’alcool inférieur ou égal à 14%. Comme ces « vins nouveaux » achetés aux enchères en France sont élevés sur le lieu de production pendant 12 à 18 mois, négociants et acheteurs ont bon espoir que cette taxe soit levée quand il sera temps d’envoyer ces précieux nectars aux Etats-Unis. Entre la pandémie limitant le nombre d’acheteurs sur place, le flou sur le résultat de l’élection américaine et le yoyo des devises, cette 160 e vente des Hospices de Beaune se déroule dans un climat bien incertain. Espérons que le vin soit une valeur refuge attirant les acheteurs internationaux