Recherche

IMMOBILIER A PARIS : LES 10.000€/ M2 ATTEINTS

DANS L’ANCIEN, L’IMMOBILIER PARISIEN VOLE DE RECORDS EN RECORDS. POUR COMBIEN DE TEMPS ?

 

BLOG FEAU

 

Depuis 2009, le prix moyen au m² parisien ne cesse d’augmenter. En 10 ans, la hausse atteint 62,5%, selon le réseau d’agences immobilières Century 21, qui vient d’analyser ses transactions effectuées dans la capitale pendant le 1er trimestre 2019.

Pour la première fois, au 1er trimestre 2019, le prix au m² parisien dépasse les 10.000€ pour se situer à 10.005€ en moyenne contre 6.157€ le m² au 1er trimestre 2009. Sur un an, sa progression se chiffre à 8%.

 

FORTE DEMANDE D’OCCUPANTS ET D’INVESTISSEURS

A Paris, la pression de la demande étant extrêmement forte, les délais de vente se contractent pour se situer à 60 jours en moyenne contre 66 jours, un an auparavant. A plus de 51%, cette demande émane des cadres supérieurs et des professions libérales, ayant généralement déjà revendu un bien.

Dans ce contexte de surchauffe, la proportion d’employés et d’ouvriers ne représente plus que 3,4% de l’ensemble des acheteurs contre 16,5% il y a 10 ans.

 

« Comme la gentrification joue à plein, les catégories les plus modestes sont obligées de franchir le périphérique pour s’établir en dehors de Paris »  m’explique Laurent Vimont, Pt de Century 21 France.

 

Progressant de 17,1% en douze mois, la part des transactions destinées à l’investissement locatif dans la capitale représente désormais 29,4% des achats. On se rapproche des niveaux les plus hauts observés en 2011, avec à l’époque 30,1% d’achats d’investisseurs.

Le parc immobilier parisien est essentiellement constitué de petites surfaces. Pour pouvoir acheter, les Parisiens font des concessions en termes de surface et la superficie moyenne baisse (48,3m² en moyenne contre 49,6m² au 1er trimestre 2018). Malgré cette réduction de surface, le montant moyen d’une transaction n’a jamais été aussi élevé à Paris : 483.261€  soit près de 30.000€ de plus qu’il y a un an, toujours selon les transactions effectuées par ce réseau national d’agences immobilières.

Evidemment, ce haut niveau des prix impacte quelque peu le dynamisme du marché. Le nombre de ventes s’inscrit en recul de 2,6% par rapport au 1er trimestre 2018.

Sans jouer les Cassandre, n’oublions pas que même à Paris, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Où va le marché? A quand son retournement ? DONNEZ VOTRE AVIS ICI.



Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s