Recherche

IMMOBILIER NEUF : QUELLE RESPONSABILITE DES MAIRES ?

Deux phénomènes ralentissent la construction de logements. Depuis les dernières élections municipales, nombre de projets immobiliers restent bloqués à la mairie. En règle générale, les communes vendent leurs terrains trop chers.

IMMOBILIER : LES ABUS DANS LES AIDES AU LOGEMENT

 

Au lieu de traiter de l’immobilier ancien, cette fois, je consacre mon billet à l’urbanisme qui finalement rejoint… l’immobilier de défiscalisation. Suivez-moi en compagnie d’un promoteur parisien sérieux.

 

« L’Etat a tendance à oublier que les maires détiennent l’arme fatale : le pouvoir de délivrer ou pas les permis de construire. Vient s’ajouter à cela le pouvoir en amont, de planifier l’urbanisme de leur commune » m’explique Marc Gedoux, Président de la société de promotion immobilière Pierre Etoile.

A quoi sert de supprimer le fameux COS (coefficient d’occupation des sols), si les élus n’en font aucun usage, par peur d’élever leurs immeubles ? Certes le PLU (plan d’occupation des sols) régule la construction de logements. Je ne vous cache pas que je défends davantage la ville horizontale que verticale.

DES PERMIS DE CONSTRUIRE ENCORE BLOQUES

« L’histoire avait habitué les promoteurs à un gel des permis de construire pendant les périodes pré-électorales, et à un dégel après élections. Cette fois, le scrutin municipal du printemps 2014, défavorable à la majorité, a renouvelé une grande partie des maires, prolongeant le blocage après les élections -le temps que les nouvelles équipes s’installent -et désavouant les intentions urbanistiques des prédécesseurs » poursuit Marc Gedoux. Et de citer l’exemple des maires persuadés d’être battus, qui avant le second tour des municipales, ont fortement augmenté le salaire de certains de leurs collaborateurs. Résultat : leurs successeurs ne pouvaient que licencier les agents concernés, ce qui a eu pour effet de bloquer l’instruction des projets de programmes immobiliers.

PierreEtoile-MarcGedoux-290509

Marc Gedoux

LA DEFISCALISATION EN QUESTION

Marc Gedoux me livre également son avis sur le patrimoine foncier des communes et l’usage qu’elles en font. « Trop de communes appliquent la loi de mobilisation foncière en dépit du bon sens, provoquant des surenchères imbéciles et suicidaires sur les terrains. Cela conduit à de nombreux projets ne sortant pas de terre. Et lorsqu’ils sont lancés, les promoteurs ne sont pas capables de proposer des prix adaptés aux jeunes ménages primo-accédants et même aux accédants. Aussi vendent-ils à des investisseurs attirés par la défiscalisation ».

Afin de rentabiliser leur opération immobilière, les promoteurs fixent finalement le loyer à un niveau plus élevé, excluant une partie significative des candidats locataires.


UN NOUVEAU VISAGE DE BETON POUR L’ILE SEGUIN?

A Boulogne (92) la polémique relative à l’aménagement de l’Ile Seguin se terminera-t-elle avec le vote d’un nouveau projet urbain de Jean Nouvel? A la clé, quelques 255.000 mètres carrés devraient être lancés….Et une vidéo pour illustrer ce billet.

Vue générale du projet

Enfin une avancée dans l’aménagement de l’Ile Seguin à Boulogne (92) ? Dans ce dossier enlisé depuis vingt ans, c’est-à-dire depuis la fermeture des usines Renault sur ce site,  quelques 17 547 Boulonnais viennent de voter pour l’un des trois projets signés par l’urbaniste Jean Nouvel.

Finalement le projet consacrant un espace vert de 12 000 m2, une promenade au bord de l’eau, un espace sportif de 4 500 m2, la cité musicale du conseil général, le pôle d’art contemporain R4, le cirque numérique Madona Bouglione, des cinémas et des commerces, a été choisi par les Boulonnais, selon les résultats proclamés dimanche 16 décembre.

« C’est la première fois en France que la population est appelée pour se prononcer sur un projet urbain »  a déclaré le maire Pierre-Christophe Baguet à l’annonce des résultats. Cette votation permettra-t-elle de neutraliser les éventuels recours d’associations de défense ? J’en doute. Et vous?

UNE TOUR DE 110 METRES

En attendant, ce projet voté dans le cadre  » d’une parodie de consultation » selon les opposants, comporte « une forme urbaine » dotée d’une tour d’une hauteur maximum de 110 mètres, qui abritera un hôtel. Quant aux immeubles adossés à la tour et formant  » trois marches « ,  ils devraient recevoir des bureaux et des commerces. Théoriquement le permis de construire de la fameuse tour devrait être déposé en 2014. Et les travaux devraient s’achever en 2017.

En pratique, les communes avoisinantes qui surplombent l’Ile Seguin pourraient être gênées par cette tour, qui risque d’obstruer leur vue aujourd’hui dégagée. Dans mon entourage, nombre de riverains craignent que leur bien immobilier soit dévalorisé par ce nouvel ensemble  bétonné.  Pour bien fixer les idées, (re)découvrez cette vidéo.

L’ILE SEGUIN EN CHIFFRES

 Schéma du projetJardin public : 12.000 m2, terrasses 29.400 m2 dont 23.200 plantées, constructibilité totale : 255.000 m2 se ventilant en 84.000 m2 (culture), 112.000 m2 (bureaux/activités), 12.500 m2 (commerces) et 4.500 m2 (équipements sportifs).