Recherche

IMMOBILIER : LE RETOUR DES INVESTISSEURS

DU JAMAIS VU DANS L’HEXAGONE : PLUS D’UN ACHAT SUR QUATRE EST DEDIE A L’INVESTISSEMENT LOCATIF

BLOG FEAU

Surprise sur le marché de l’immobilier résidentiel ancien : les investisseurs sont de nouveau présents. Tel est le constat que vient d’établir le réseau d’agences Century 21 dans son bilan annuel.

« En 2019, plus d’une transaction sur quatre a été réalisée à titre de placement, ce qui dope le marché immobilier ancien et fait de la pierre, une valeur refuge absolue » remarque Laurent Vimont, à la tête du réseau en France.  En totalisant 27,2% des transactions l’an passé, les investissements locatifs ont progressé de 25,3% sur un an. Lorsque le nombre des ventes immobilières atteint un record en dépassant le seuil du million, ce score est loin d’être négligeable. Quelques 270.400 logements anciens ont donc été acquis l’an dernier par des investisseurs contre seulement 93.000 biens en 2010. A cette époque, le volume des ventes tournait autour de 600.000 logements.

La faiblesse des taux d’intérêt, les aléas boursiers et la crainte du lendemain en matière de retraite créent un réflexe pierre placement. Quitte à oublier les contraintes des rapports locatifs et l’éventuel plafonnement des loyers. Il est vrai que de nombre de bailleurs privilégient des formules plus souples comme la location meublée, voire la location saisonnière de courte durée.

Avec un achat moyen de 134.202 euros, les employés/ouvriers sont à l’origine de plus d’un quart de ces investissements locatifs. Les cadres moyens ont consacré en moyenne 137.6000 euros à un placement pierre en direct. Et chez les cadres supérieurs, l’investissement se chiffre à 188.000 euros. Malgré le très faible rendement,  des investisseurs achètent même dans Paris intra-muros où la barre de 10.000 euros le mètre carré vient d’être franchie.


L’ IMMOBILIER À L’ÎLE MAURICE

A L’ILE MAURICE LES FRANCAIS APPRECIENT LA DOUCEUR DE VIVRE ET LA FISCALITE ALLEGEE

La plateforme chez Azuri pour profiter du lagon

Centre financier, l’Île Maurice se situe à  11 heures de vol des grandes capitales européennes. Selon le rapport 2019 « Ease of Doing Business » de la Banque Mondiale, ce pays figure à la 1e place du continent africain et à la 20e au niveau international.  C’est également un pays d’accueil pour les étrangers en quête d’une fiscalité douce.  « Des schémas d’investissement dédiés, associés à des droits en matière de résidence et même d’octroi de permis de résidence, attirent différentes catégories d’expatriés » analyse Outi de Falbaire, Directrice de Barnes Île Maurice. La tentation tropicale existe bel et bien.

En moins de quinze ans – c’est-à-dire entre l’entrée en vigueur du régime dérogatoire pour les acquéreurs  étrangers en 2006, et 2019 – l’agence publique de promotion des investissements, l’Economic Development Board (EDB), comptabilise 2. 737 transactions, pour un montant de 1,84 milliard d’euros. Un bémol toutefois : la vente d’immobilier résidentiel aux étrangers a tendance à s’essouffler. Dans ce domaine la concurrence est mondiale. Et pour les Européens par exemple, le Portugal plus proche sur le plan géographique, est particulièrement attractif.

Une villa du programme Azuri au Nord Est de l’île

DEVENIR RESIDENT FISCAL A L’ÎLE MAURICE

« Le régime fiscal mauricien figure parmi l’un des plus avantageux dans le monde. Il n’y a pas de taxes sur le patrimoine ni de taxe foncière (absence également de taxe d’habitation et de CSG). A l’instar des mauriciens, les investisseurs locaux ou étrangers ont droit à ces avantages » poursuit Outi de Falbaire. A cela s’ajoute l’absence d’IFI sur le bien immobilier acquis dans cette île de l’Océan indien. Les revenus perçus à Maurice ne sont taxés qu’à 15%.  Absence également sur la plus-value et sur les droits de succession. Encore faut-il que les héritiers résident à Maurice lors du décès du propriétaire. Devenir résident fiscal à Maurice nécessite d’acquérir un bien immobilier (neuf ou ancien) d’au moins 500.000 dollars (soit 450.000 euros) dans un programme dédié aux étrangers. Et bien sûr d’y résider au moins 6 mois et 1 jour par an. Dans l’autre période de l’année, le bien peut être mis en location meublé ne serait pour générer un revenu et couvrir les frais de copropriété. A noter que l’on peut devenir aussi résident fiscal à Maurice en y louant sa résidence principale, histoire de voir si l’on s’y plait. En attendant je vous invite à découvrir cette île dans mon dernier reportage.

 


IMMOBILIER : ENCORE LE BOUM

VOLUME ANNUEL DE TRANSACTIONS RECORD ET GRANDES DISPARITES REGIONALES CARACTERISENT LE MARCHE DES LOGEMENTS ANCIENS

Si les acquéreurs ont dû mal à acheter pour la première fois ou à s’agrandir, les notaires et les professionnels de l’immobilier résidentiel ancien se frottent les mains. À fin septembre 2019, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois en France (y compris départements d’outre-mer hors Mayotte) se chiffre à 1 059 000. Ce record se traduit par 100.000 ventes de plus qu’il y a  un an, soit une hausse annuelle de 10,4%.

« Les taux de crédit historiquement bas  permettent aux acheteurs de supporter la hausse des prix. Il n’a jamais été aussi facile de financer l’achat d’une maison ou d’un appartement. L’immobilier est considéré comme une valeur refuge et un élément de ré assurance pour l’avenir, notamment en prévision de conditions moins favorables lors de la retraite » m’expliquent les notaires réunis au Conseil Supérieur du Notariat.

 Toujours selon les notaires de France, au 3e trimestre 2019, les prix des appartements anciens en France métropolitaine ont progressé de   0,9 % par rapport au 2e trimestre 2019 (en données provisoires corrigées des variations saisonnières), après +1,2 % au 2e trimestre et +1,2 % au 1er trimestre. Sur un an, les prix des appartements anciens ont augmenté de + 4 %.

Cette hausse sur 1 an est plus forte en Île-de-France (+ 4,7 %) qu’en province (+ 3,5 %). Mais les projections sur le 4e trimestre 2019 laissent présager de la poursuite de la hausse, plus prononcée et similaire entre Province et Île-de-France. Résultat : un rattrapage des prix en province se profile, avec une quasi-égalité avec l’Île-de-France : 5,6% (province) et 5,4% pour la région parisienne.

Attention, région parisienne ne rime pas avec Paris où les prix s’orientent vers 10.300 euros le m2. Et même si la capitale est une ville monde, elle n’est pas à l’abri des cycles immobiliers. Le long de la Seine ou ailleurs, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel.

En attendant, les notaires de France ont pointé les grandes disparités régionales, comme l’illustre le visuel ci-dessus. Pour s’offrir un 3 pièces à Amiens ou un 4 pièces au Mans, un budget de 100.000 euros suffit. Mais il faudra débourser 500.000 euros pour acheter dans l’ancien, un 2 pièces dans le XI° à Paris ou un 4 pièces à Rouen. Et même 500.000 euros pour devenir propriétaire d’un 3 pièces à Cannes ou dans le 20° à Paris.


RESIDENCE : ODALYS EN MOUVEMENT

LE N°2 DE L’ HEBERGEMENT TOURISTIQUE DEVIENT UN ACTEUR MULTI-METIERS

Du nouveau chez Odalys, le numéro deux français des résidences de tourisme.

Son directeur général Laurent Dusollier vient de reprendre la participation résiduelle du fondateur François Mariette, soit 8, 5 % du capital d’Odalys. Et ce, à côté du groupe Duval, l’actionnaire majoritaire et du groupe chinois Hywin.

En même temps, cet exploitant de 400 résidences de tourisme en France et en Europe du Sud confirme sa stratégie multi-métiers en France et à l’étranger. « Dans de nombreuses destinations, nous sommes à la fois hébergeur, syndic à travers notre filiale qui accompagne 19.000 propriétaires louant leur appartement sur des plateformes de réservation de particulier à particulier grâce à notre marque La Conciergerie by Odalys, concepteur –aménageur-installateur d’espaces en résidence, promoteur immobilier et même agence immobilière » explique Laurent Dussolier.

Ne l’oublions pas, Odalys est certes l’interlocuteur de 2 millions de vacanciers posant leurs valises dans l’une des résidences qu’il exploite. En amont, il est aux commandes des appartements détenus par des propriétaires privés plus ou moins heureux.  En particulier lors des renouvellements de baux commerciaux pouvant s’accompagner d’une sévère baisse de loyers.

DES CAMPINGS EN FRANCE…

En France, Odalys déjà présent dans le secteur des résidences étudiantes, se renforce sur l’hôtellerie de plein air, avec un nouveau concept baptisé Nomad,  qui se veut plus respectueux de l’environnement. Le premier village devrait voir le jour au printemps 2021 à Quiberon. A ce jour, il compte déjà plus de 80 campings gérés et commercialisés sous sa marque Odalys Plein Air à travers 3 gammes : « Fun », « Zen » et « Explo ».

 

… ET BIENTOT UNE RESIDENCE EN CHINE

Avec un actionnaire chinois dans son capital, Odalys annonce la signature d’une première opération en Chine.  A moins de 3 heures de route à l’Ouest de Shanghaï, ce projet situé dans le comté d’Anji est développé en partenariat avec Hywoo, la filiale d’investissement du groupe Hywin, en charge des programmes touristiques. Portant sur 500 appartements, il devrait ouvrir en 2023 au cœur d’infrastructures de loisirs : hôtels, restaurants, magasins, cinémas, activités nautiques… Une initiative s’inscrivant dans la nouvelle route de la soie ou la Ceinture et la Route si l’on se réfère à l’expression anglaise « one belt, one road » dite encore OBOR ?

 

QUE VOUS SOYEZ LOCATAIRE OU PROPRIETAIRE, VOUS POUVEZ REAGIR ICI