Recherche

VINS DU SUD : FORTANT SURFE SUR LA VAGUE BIO

GAIA, LES PREMIERS VINS DEDIES A LA CUISINE GASTRONOMIQUE VEGETALE

 

Laurent Sauvage et Jean-Luc Rabanel

Partenaire historique du Festival Escale à Sète, Fortant a présenté sa nouvelle gamme de vin bio, baptisée Gaia, lors la cinquième édition d’Escale à Sète (du 27 mars au 2 avril 2018).

Basée à Sète, cette maison de vins singuliers du Sud de la France a donc profité de ces 5 jours de fête autour du patrimoine maritime drainant plus de 400.000 personnes, pour lancer ses premiers vins dédiés à la cuisine gastronomique végétale de Jean-Luc Rabanel, chef doublement étoilé. Ayant le vent en poupe, la cuisine végétale et naturelle est actuellement sublimée par quelques chefs passionnés.

Résultat de recherche d'images

Le superbe Kruzenshtern

Pour le lancement de ses vins « Vegan », Fortant avait convié une bonne centaine d’invités conviés le 28 mars sur le Kruzenshtern, deuxième plus grand quatre mâts du monde construit en 1926 et battant pavillon russe. Lors de cette réception , j’ai découvert les 4 vins, dont deux IGP (indication géographique protégée) de cette nouvelle collection signée par ce pionnier des vins de cépages premium.

° Gaia IGP Pays d’Oc 2016 blanc, assemblé de viognier et chadonnay issus de parcelles situées sur les coteaux frais des garrigues du Languedoc.

° Gaia Coteaux d’Aix en Provence 2016 blanc,  assemblé de vermentino et grenache blanc provenant de l’ouest de l’appellation Coteaux d’Aix en Provence.

° Gaia IGP Pays d’Or 2016 rouge, assemblé de grenache, merlot et mourvèdre sélectionnés sur les coteaux des garrigues du Languedoc.

° Gaia Saint Chinian 2016 rouge. Son bouquet généreux en fait mon préféré. « C’est un assemblage de syrah et grenache provenant du sud de l’appellation St Chinian, sur sols argilo-calcaires du secondaire » m’explique Laurent Sauvage  le directeur de Fortant.

Vendanger la nuit

VENDANGES NOCTURNES

En Occitanie, les vignerons sont particulièrement confrontés au réchauffement climatique. Je connaissais les vendanges tardives et découvre cette fois les vendanges nocturnes pratiquées à la lueur de la lune et des phares des enjambeurs. Dans le Midi, le soleil tape fort dans la journée. En pleine nuit, le thermomètre tombe autour de 14 degrés. Depuis peu, Fortant  profite de cette température idéale pour que le raisin garde toute ses propriétés.


EVASION : ESCALE A SETE

CITE MARITIME DE CARACTERE, LA VILLE DE SETE ACCUEILLE 120 VOILIERS JUSQU’A PAQUES. (Vidéo)

Jeunes volontaires à bord de l’Hermione

Amateurs de grands voiliers, vous avez jusqu’au mardi 2 avril pour admirer les 120 navires du patrimoine amarrés à Sète (Hérault) pour l’édition 2018 d’Escale à Sète. Cette manifestation maritime se déroule tous les deux ans.

Vous découvrirez quelques uns des plus grands voiliers du monde et des répliques de voiliers dont la fameuse Hermione, qui venait de Tanger. Voici un bref carnet de voyage sous forme d’une  vidéo avec son commandant Yann Cariou (23 mars 2018). Vous ne le rencontrerez pas forcément pendant la visite. Venez tôt pour ne pas faire trop de queue.

Encore l’Hermione

Bien sûr, je suis montée à bord de la réplique de ce bateau de légende sur lequel La Fayette avait embarqué le 21 mars 1780 pour combattre aux côtés des insurgés américains luttant pour leur indépendance.

« Se situant au carrefour du golfe du Lion, le port de Sète constitue un débouché maritime du canal du Midi et du canal de Rhône » m’explique Wolfgang Idiri. Construit de 1666 à 1681, sous le règne du roi Louis XIV et sous la supervision de Pierre-Paul Riquet, le canal du Midi reste l’un des plus anciens canaux d’Europe en fonctionnement. Depuis 1996, il figure dans la liste du patrimoine de l’humanité par l’UNESCO.

LA VENISE D’ OCCITANIE

Et si vous avez déjà programmé votre week-end pascal, sachez que la ville natale de Georges Brasses mérite le détour. Une croisière permet d’emprunter ses canaux qui en font la Venise d’Occitanie.

Les canaux chers à Brassens

Autre visite à ne pas manquer : le marché. Tous les matins les halles centrales, proposent les produits du terroir et surtout ceux de la mer. Les thons qui se pêchent aux alentours sont impressionnants. Beaucoup partent pour le Japon où j’ai visité l’énorme marché aux poissons de Tokyo destiné aux professionnels. Mais quelques thons rouges pour la consommation locale. Profitez-en.

Un sétois d’adoption

Pour de superbes photos et plus d’informations sur cette manifestation, je vous conseille le reportage de mes confrères du Grand Sud Mag. Sur cette publication numérique, figure notamment mon récent article sur le désert au bord de la mer, au Sahara Occidental.


DU RIFIFI DANS LE PLACEMENT ART

AVANT LE 9 AVRIL 2018 LES CLIENTS D ’ARTECOSA/SIGNATURES DOIVENT DECLARER LEURS CREANCES. EXPLICATIONS

 

Photographie par Aurel BAUH

Nu à la Mer Noire, Aurel Bauh

 

La société Artecosa, devenue Signatures, proposait à des investisseurs d’acheter des manuscrits, photographies et documents historiques originaux de valeur.

Selon les documents publicitaires émis par la société, cet investissement permettait de collectionner des œuvres d’art dans un marché en pleine évolution et de bénéficier d’une fiscalité avantageuse avec notamment une imposition des plus- values à 6% hors de CRDS et une exonération de l’ISF.

Outre les avantages fiscaux des ces « biens divers » ou placements atypiques,  Artecosa devenue Signatures mettait en avant « la raréfaction des œuvres et l’intérêt de plus en plus fort de nouveaux pays comme la Chine ». Dans ses contrats de vente commercialisés avant 2016, elle proposait aux clients de conserver leurs œuvres pendant au moins cinq ans. « Moyennant quoi, elle leur promettait une plus-value de 7,5% par an, soit 43,56% de performance en cinq ans » m’explique un proche du dossier.

Suite à l’intervention de l’AMF (Autorité des marchés financiers), cette société présidée par l’ancien directeur général salarié d’Aristophil a modifié ses contrats de vente en supprimant la garantie de plus-value, la garde et l’obligation de rachat des œuvres. Pas de doute, le scandale Aristophil a jeté le discrédit sur ce type de placement. Aussi dans un jugement du 8 février 2018, le tribunal de commerce de Paris déclarait une mesure de sauvegarde à l’encontre de Signatures.

 

L’URGENCE

Les investisseurs disposent d’un délai de deux mois à compter du début de la mise en place de la sauvegarde, soit jusqu’au 8 avril 2018 pour réaliser une déclaration de créance établie sur la valeur de sauvegarde et la plus-value. « Normalement ils n’ont pas de créance vis-à- vis de la société car ils sont propriétaires de leurs œuvres. Cependant, la déclaration de créance constitue une garantie supplémentaire, si le tribunal venait à requalifier l’option de rachat, en tromperie » m’explique un avocat en droit du marché de l’art. Son cabinet défend plusieurs centaines d’investisseurs (français, belges et suisses) ayant acheté des collections à la société Aristophil.

De plus, ils disposent d’un délai de trois mois, soit jusqu’au 8 mai 2018 pour effectuer une revendication en propriété de leur(s) œuvre(s).

D’après une association de consommateurs, la vente aux enchères volontaire réalisée fin 2017 d’autographes de Churchill, Baudelaire, Einstein, Victor Hugo et Jackie Kennedy œuvres commercialisées par Artecosa/Signatures n’ont atteint que 10% à 20% du prix de vente initial !

Positionnée sur le marché de l’art, le cabinet d’expertise comptable Dolbeau propose aux particuliers de se charger de récupérer les œuvres auprès de la société Artecosa/Signatures, par l’intermédiaire de professionnels qualifiés et dûment mandatés. Il peut aussi réaliser les déclarations de créance et/ou de revendication en propriété.  Et même de les accompagner pour céder leurs œuvres en salle de vente avec des mandats de vente. Et ce, pour des honoraires de 360 euros TTC par mandat de vente d’œuvres ne dépassant pas 100.000 euros. Afin d’éviter tout conflit d’intérêt, le cabinet n’attaque ni les courtiers ni la société Artecosa/Signatures.

 

Par ailleurs, je consacrerai mon prochain billet  de blog sur l’ Escale à Sète. Cette fête des traditions maritimes se déroulera au 27 mars au 2 avril prochain. Une belle destination pour le week-end pascal.


VOYAGE : DE L’ATLANTIQUE AU PACIFIQUE

PRES D’UN MOIS ET DEMI DE VOYAGE POUR DECOUVRIR L’IMMENSITE RUSSE ET LES PAYSAGES MONGOLES.

L’itinéraire de cette croisière routière 2019 de 16.300 km en 49 jours

 

Dans ce blog, je n’ai pas l’habitude de faire la promotion des vacances. Au contraire je vous fais partager mes découvertes au fil de mes voyages. Cet été, je vous ai emmené à deux reprises dans la Russie d’Extrême Orient, en particulier de la Sibérie une contrée largement méconnue des Français.

Cette fois, je vous signale l’ initiative un peu « folle » d’un amoureux de la Russie, Michel Salaun, à la tête du tour opérateur breton, Salaun Holidays. A travers sa filiale Pouchkine Tours, il propose un circuit de l’Atlantique au Pacifique, c’est-à-dire de Brest/Paris et Vladivostok. « La quatrième édition de cette croisière routière est programmée du 11 mai au 28 juin 2019 parcourt 16.300 km. Avec la coupe du monde de football qui fait flamber le prix de l’aérien vers la Russie, nous préférons l’organiser l’année prochaine » me confie Michel Salaun.

Yourtes mongoles

Traversant 8 pays, cette aventure déjà bien rôdée s’effectue en autocar Royal Classe dont le confort équivaut à celui de la business class aérienne.

Il faut compter 49 jours de voyages, entrecoupé de Transsibérien pour réaliser le parcours intégralement. Les touristes connaissant déjà Moscou ou/et St Péterbourg, peuvent réserver ce circuit à la carte, par tronçon. A l’arrivée, il est même possible de choisir une extension en Corée du Nord ou au Japon.

Cabine du Transsibérien

Un tronçon de 1.065 km en Transsibérien est prévu entre Kranoïarsk et Irkoutsk, le « petit Paris » Sibérien. Effectivement de cette ville très chaleureuse, l’on découvre le fameux lac Baïkal. Un autre parcours dans ce train de légende de 1.548 km reliera Tchita à Belogorsk.

Le lac Baïkal

Coté prix, il faut compter 17.000 euros par personne pour le voyage intégrale (49 jours).  Si l’on n’a pas le courage d’être avec les mêmes compagnons de voyages pendant près d’un mois et demi, la solution consiste à partir à la carte. Ainsi par exemple l’Irkoutsk- Vladivostok (20 jours) reviendra un peu moins de 9.000 euros par personne. Quelle que soit la formule retenue, ce sera une inexpérience inoubliable.