Recherche

QUAND VACANCEOLE MISE SUR LE MANDAT DE GESTION LOCATIVE

CET ACTEUR DU TOURISME APPORTE UNE SOLUTION DE GESTION AUX INVESTISSEURS EN DIFFICULTE.

Fort de son parc de 6.300 logements touristiques en exploitation, Vacanceole fait un peu cavalier seul au sein du SNRT (syndicat nationale des résidences de tourisme).

Traditionnellement, les opérateurs commencent l’exploitation de résidences de tourisme fraichement livrées par des promoteurs. Dans le modèle Pierre et Vacances, il s’agissait même des résidences lancées par le groupe, puis exploitées par une filiale.

Depuis quelques années, ce modèle s’est essoufflé. Et les avantages fiscaux n’ont pas réussi à compenser les problèmes d’image liés à ce placement souvent sulfureux. Les investisseurs privés ont bien compris qu’une fois les fonds de concours accordés par le promoteur épuisés, ils se retrouvaient pieds et mains liés à des exploitants prêts à baisser le loyer de leur bail commercial.

INTERVENIR EN POMPIER

Pour sa part Vacancéole adopte une autre stratégie. D’ailleurs cette société basée à Chambéry n’a jamais géré une résidence neuve.  « A la différence des exploitants traditionnels de résidences de tourisme, nous avons vocation à redresser des situations compliquées » explique Eric Journiat, co fondateur de Vacanceole.

Selon les cas, cette société reprend des résidences détenues par des investisseurs privés ou des collectivités locales. Et elle exploite les biens touristiques dans le cadre d’un nouveau bail commercial ou d’un mandat de gestion locative. Cela étant, une tendance se dégage. « On assiste à la fin du bail commercial. Avec un mandat de gestion locative, le propriétaire est maitre de la situation. En outre, il évite l’indemnité d’éviction, une disposition d’ordre public du bail commercial. En résumé le mandat de gestion lui procure plus de flexibilité » poursuit Eric Journiat.

Pour l’exploitant, le mandat de gestion locative lui évite aussi de verser des loyers garantis.  

Un système gagnant –gagnant ?

REAGISSEZ ICI


LA RENOVATION ENERGETIQUE : VOS REACTIONS

ENTRE LE GRAND ECART DES RESULTATS DE DIAGNOSTICS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE, LEUR COUT, LES PROPRIETAIRES IMMOBIIERS EPROUVENT UN GRAND RAS DE BOL.

Voici une SELECTION DE LEURS REACTIONS d’un de mes derniers billets intitulé

« coup de gueule : la rénovation énergétique« .

 » Le DPE constitue une information très utile notamment pour les investisseurs dans l’ancien qui doivent s’attendre à des frais de mise aux normes relativement importants. Ils vont désormais devoir y réfléchir à deux fois avant de s’engager  » .

OUI MAIS

 » Si votre habitation a été construite avant 1975, le DPE (diagnostic de performance énergétique) n’a guère de signification.  Son calcul « le plus rapide » s’effectue en prenant la consommation annuelle en énergie pour se chauffer, divisée par la surface. Et là, place à l’interprétation:
* constat 1 : si vous chauffez très peu votre logement, genre 17-18°, vous avez de forte chance d’être B, C ou D même si votre logement est une passoire thermique ;
* constat 2 : la désignation de la surface est laissée à l’appréciation du diagnostiqueur. Certains estiment qu’il faut appliquer la loi Carrez. C’est une absurdité, sauf si on arrive à me démontrer que le chauffage ne chauffe ni les escaliers, ni les volumes derrière les portes, ni les volumes inférieurs à 1m80…

Un conseil avant la vente : chauffez moins !

Perso : j’ai fait passer 4 diagnostiqueurs pour une petite maison 1930 qui avait été isolée de l’intérieur avec radiateurs électriques ultra performants. Nous chauffions à 21°. Le DPE est ressorti avec la lettre F !

Le dernier diagnostiqueur a bien voulu prendre en considération le détail des surfaces et les technos utilisés pour l’isolation. Mais le calcul étant fait, le DPE est passé à E « .

LE DPE, UNE ARNAQUE ?

 » Sur le principe les diagnostics c’est bien.
En pratique c’est une arnaque. Comme souvent, formations fantaisistes, contrôles des professionnels nuls, prix à la limite de l’arnaque..

Pour un même appartement, j’ai fait réaliser 2 contrôles à 4 ans d’intervalle par le même diagnostiqueur. Et sans avoir fait des travaux intermédiaires. Résultat : mon appartement est passé de E à D… Raison invoquée : un changement de logiciel.
J’ai beaucoup de mal à croire dans le sérieux et donc l’utilité de ces diagnostics obligatoires qui deviennent très chers. Le sérieux des analyses laisse à désirer lorsqu’on obtient un score malgré le manque de certaines informations au motif que l’accès n’est pas possible ou que les factures EDF n’ont pas été étudiées ..

Autre réaction : Marre de tout ça ! Un appartement avec double vitrages partout et mitoyen de tous les côtés se retrouve classé E : c’est n’importe quoi !
Je vais vendre mon bien, j’arrête l’immobilier locatif, trop de contraintes, trop de taxes, trop d’impôts, trop d’ennuis « 

LES AIDES FINANCIERES

 » Il faut nuancer car lors de la vente, par exemple, les aides financières sont élevées afin de rénover. Elles sont élevées également pour les bailleurs, les propriétaires, voire les locataires. Tout est programmé de main de maitre(s)!
Quant aux fameuses pompes à chaleur, elles détériorent le visuel et sont nocives pour la planète.
Cherchez l’erreur
« 


SAUVEZ LES FORÊTS FRANÇAISES !

APRÈS LES INCENDIES DE CET ÉTÉ, UNE COLLECTE DE DONS EXCEPTIONNELLE POUR PREVENIR DE L’EMBRASEMENT EST LANCEE.

copyright Sylvain Thomas-AFP

Après cet été  de tous les records, de terribles incendies ont détruit les forêts françaises.

« L’été 2022 s’achève sur un constat très lourd : 62 000 hectares de forêt française ont été ravagés par des incendies depuis le début de l’année, 7 fois et demie plus que la moyenne observée sur les 15 dernières années. Ce triste record risque de se renouveler » confie Henry Billaudel, délégué général de la fondation Fransylva. Avec la Fondation du Patrimoine qui l’abrite, elle se mobilise pour lancer une collecte de dons exceptionnelle. Et ce, afin de permettre aux particuliers, entreprises ou associations de soutenir de précieuses actions de reconstitution et de sauvegarde des forêts françaises. Dans un premier temps, il est proposé de collecter 100.000 euros, sachant que les dons procurent aux particuliers, une réduction d’impôt sur le revenu de 66%.

DES PARE FEUX

Dans le Sud Ouest, les massifs forestiers sont constitués de résineux . Or les pins s’enflamment très rapidement. Dans un souci d’optimisation des rendements, les pistes ou aires de retournements pour faciliter l’accès des secours ont été souvent négligées.

« Gérer la forêt durablement, premier des pare-feux » souligne le rapport d’information du Sénat datant du 3 aout 2022. Et de poursuivre : « Représentant les trois quarts de la forêt française, la forêt privée, insuffisamment gérée, ne peut être livrée à elle-même face au risque d’incendie ».

Evitons de voir de nouveau des images d’incendies dévastant des milliers d’hectares de forêts dans le Sud- ouest, en Bretagne, dans les Ardennes et même ailleurs en France.

Pour faire un don : sauvons les forêts françaises.

Sauver nos forêts nous concernent tous : que vous soyez un simple particulier ou un détenteur de parts de groupements forestiers ou encore un propriétaire privé de massif forestier. REAGISSEZ ICI


COUP DE GUEULE : LA RENOVATION ENERGETIQUE

L’interdiction à la location des logements avec une forte consommation d’énergie est en marche. Les biens classés G seront interdits dès 2025, puis ceux classés F le seront en 2028.

Dur, dur pour les bailleurs, voire les propriétaires de résidence principale. La rénovation énergétique peut leur mettre du plomb dans l’aile. Encore faut-il qu’elle soit techniquement possible et finançable.  Et que les entreprises sont disponibles. Les biens classés G seront interdits à la location dès 2025, puis ceux classés F le seront en 2028. Cette épée de Damoclès incite les bailleurs à les céder plutôt qu’à effectuer leur rénovation énergétique.

Que faire lorsqu’on réside dans une copropriété en pierre de taille ? Par nature elle ne peut pas être isolée par l’extérieur. Ou que l’on détient comme résidence secondaire, une vieille maison à colombages ?  Quid de tous les centres anciens rénovés dans le cadre de la loi Malraux ? Le législateur a certes prévu quelques exceptions, mais pas suffisamment.

Récemment un agent immobilier d’une commune résidentielle des Hauts de Seine me confiait que les jeunes acquéreurs privilégiaient l’achat de maisons équipées d’une pompe à chaleur. Il est vrai qu’ils sont plus sensibles à la préservation de l’environnement, que leurs aînés.

Après mon précédent billet consacré à la chasse aux logements énergivores, mon coup de gueule s’adresse surtout aux diagnostiqueurs dont les résultats varient d’un technicien à l’autre, pour le même logement. Compte tenu de l’enjeu, c’est INACCEPTABLE.

REAGISSEZ ICI POUR NOUS CONFIER VOTRE STRATEGIE EN MATIERE DE RENOVATION ENERGETIQUE ET VOS EXPERIENCES AVEC DES DIAGNOSTIQUEURS.