Recherche

SOLIDARITE : OU EN SOMMES NOUS?

DANS UN CONTEXTE DE CRISE SANITAIRE, ECONOMIQUE ET SOCIALE, LES PARTICULIERS RESTENT GENEREUX

Apprentis d’Auteuil vient de présenter les résultats de la seconde édition de son baromètre de la solidarité à l’épreuve du coronavirus réalisé auprès de l’ensemble des Français et des hauts revenus. Voici ce qu’il faut retenir à propos de ces derniers dont le revenu annuel net du foyer fiscal est supérieur à 120.000 €, interrogés par Ipsos :

• 68% ont envie d’être plus solidaires en raison de la crise vs 75% en mai 2020 ;

• 25% déclarent s’être engagés bénévolement depuis le début de la crise ;

• 16% déclarent s’être réorientés professionnellement pour être plus solidaires ;

• 77% ont effectué un don en 2020 (stable) ;

• 81% comptent faire un don en 2021 (contre 82% l’an dernier pour 77% effectivement réalisés) ;

• 43% des donateurs ont donné 1000 € ou plus (-12 points) ;

• 27% ont donné plus en raison de l’élévation du plafond de défiscalisation ;

DIFFERENTES FORMES DE SOLIDARITE

Depuis le début de la crise, les Français – disposant de hauts revenus ou non- soutiennent en priorité leur cercle proche (37% déclarent avoir été plus solidaires avec leur entourage). Pour exprimer leur soutien face aux conséquences de la pandémie, ils ont été nombreux à faire des dons en nature (nourriture, vêtements) (29%), en argent (21%),  à s’engager bénévolement (12%). Certains se sont même réorientés professionnellement (5%).

Les plus aisés ont consenti davantage de dons d’argent destinés à faire face à la crise (47%) que la moyenne (21%). En outre, 25% déclarent s’être engagés bénévolement et 16% avoir pris un nouveau tournant professionnel pour concrétiser leur envie d’être plus solidaires.

GROS PLAN SUR LES DONS

Chez les Français les plus aisés, la part de donateurs est plus élevée et se maintient également à un niveau constant (77% en 2020, stable). Les plus aisés déclarent avoir donné 2 463 € en moyenne en 2020, soit 323 € de plus qu’en 2019.

Quant aux intentions de dons pour 2021, elles s’établissent à 54% (vs. 51% d’intentions en 2020 et 49% qui ont effectivement donné). Parmi ces 54%, 25% ont déjà donné au 1er trimestre.

« Ayant encore davantage conscience du rôle majeur des associations et fondations comme la nôtre auprès des plus vulnérables, les Français continuent de vouloir soutenir nos actions » commente Stéphane Dauge, Directeur de la communication et de la collecte d’Apprentis d’Auteuil.

Agissant depuis 155 ans auprès des publics fragiles – personnes les plus démunies, les enfants et les jeunes- les Apprentis d’Auteuil attestent que les besoins sont criants. D’où le  besoin du soutien du plus grand nombre, pour leur venir en aide.


LE MANDAT DE GESTION LOCATIVE

Près de deux mois après l’ouverture de la procédure amiable de conciliation chez Pierre & Vacances-Center Parcs, peu d’informations filtrent.

Depuis le 2 février 2021, Pierre & Vacances-Center Parcs fait l’objet  d’une procédure amiable de conciliation ouverte  par le Président du Tribunal de commerce de Paris.

Dans l’attente des autorisations de réouvertures et des décisions des pouvoirs publics en réponse à des actions d’indemnisation, le numéro un européen des résidences de tourisme indique suspendre provisoirement le règlement des loyers des partenaires concernés par la conciliation.

En outre, au lieu de renouveler un bail commercial d’une durée ferme de 9 ans, le groupe propose à nombre d’investisseurs privés, notamment dans des (ZRR) zones de revitalisation rurale,  un simple mandat de gestion locative. Comment justifier la transformation de son modèle d’exploitation ? « L’évolution du contexte et des acteurs économiques, l’essor des technologies numériques, l’apparition de nouveaux acteurs on-line  sont autant de facteurs qui ont contribué à réduire les marges opérationnelles de l’exploitation touristique » répond le groupe.

Avec cette formule plus souple, inutile de garantir un loyer aux propriétaires. En attendant les investisseurs subissent une double peine. D’une part ils sont privés de loyers réguliers. D’autre part, ils doivent rembourser le surplus de TVA au fisc. On leur a vendu un investissement hors TVA à condition de le conserver au moins 20 ans en bail commercial. Lorsque l’exploitant transforme ce dernier en mandat de gestion au terme de la 18 ième année, il leur reste 2 ans de TVA à rembourser à l’administration fiscale. Rappelons que la procédure de conciliation vise à trouver des solutions amiables avec les partenaires.


LES PIEGES DE LA LOCATION LONGUE DUREE

MODE DE FINANCEMENT ALTERNATIF AU CREDIT A LA CONSOMMATION, LA LOCATION LONGUE DUREE PRESENTE DE SERIEUX INCONVENIENTS. EXPLICATIONS.

Traditionnellement la location longue durée (LLD) s’appliquait dans le secteur automobile. L’usager loue son véhicule à un constructeur qui en reste propriétaire. Au fil du temps, la LLD proposée par les grandes enseignes de distribution a gagné les secteurs de l’électroménager et de l’informatique. Avec la location avec option d’achat (LOA), ces formules de crédit bail aux particuliers connaissent un fort développement : leur encours a bondi de 253% en six ans, passant de 5,7à 17,6Md€ entre mars 2014 et mars 2020.

« Alors que la location avec option d’achat est assimilée à un crédit à la consommation, la location longue durée échappe à cette réglementation car elle n’a pas pour finalité l’acquisition du bien financé » avertit

la Cour de Comptes dans son dernier rapport annuel.

Rien de plus facile que de faire rêver des consommateurs naïfs et modestes. Sans avoir à payer comptant, ils peuvent « s’ offrir » des produits courants comme la téléphonie mobile, l’électro-ménager et les équipements multimédia. Mais ce dispositif est assorti de pièges :

° Des indemnités en cas de remboursement anticipé.

Dans un crédit à la consommation, l’emprunteur peut effectuer un remboursement anticipé, le plus souvent sans indemnité. En revanche, dans un contrat de location longue durée – portant généralement sur 24 à 48 mois selon le type de produits – la résiliation anticipée n’est pas encadrée. « Les conditions générales de quatre enseignes de la grande distribution pratiquant la location longue durée, consultées par la Cour en juillet 2020, prévoient la possibilité de résiliation anticipée. Mais celle-ci est assortie du paiement de l’intégralité des mensualités dues jusqu’au terme du contrat initial » poursuit la Cour des Comptes. Peu nombreuses,

les exemptions ne couvrent généralement pas les principaux accidents de la vie : perte d’emploi, maladie, invalidité….

° Peu de vérification de la solvabilité de l’emprunteur

Les obligations portant sur le distributeur d’un crédit à la consommation en matière de vérification de la solvabilité de l’emprunteur n’ont pas d’équivalent pour la location longue durée. Pourtant dès la signature du contrat de LDD, le client devient redevable de l’ensemble des mensualités prévues. Et ce, même s’il souhaite restituer le bien loué avant l’échéance du contrat.

° Peu d’informations fournies au client

De plus, les informations fournies au client sont notablement plus limitées lors de la signature d’un contrat de location longue durée.

Avant la signature du contrat de LDD, le client ne dispose pas systématiquement des informations permettant d’arbitrer entre l’acquisition et la location longue durée. Durant le contrat de LDD, il n’est pas informé des loyers déjà versés et de ceux restant dus.

° Un coût élevé

Pour un téléviseur, un loyer de 8,38 euros sur 48 mois atteint 432 euros. Alors qu’il ne revient que 283 euros à l’achat. Généralement un téléviseur peut être conservé pendant 8 ans. Le tableau ci-après illustre le match LDD et Achat

° Des frais élevés en cas d’impayé

Autre inconvénient : en cas de défaillance, le client s’expose à des frais librement fixés par le contrat. A savoir des frais forfaitaires variables pour rejet de prélèvement et des intérêts de retard calculés pour certains à un taux proche du taux d’usure !

Alors que les LDD s’avère finalement plus chère que l’achat, à quand une réglementation plus strict pour l’encadrer et protéger les consommateurs ?

N’HESITEZ PAS A TEMOIGNER DE VOS EXPERIENCES EN LA MATIERE 


HOSPICES DE NUITS-SAINT-GEORGES : LA VENTE DE TOUS LES RECORDS

LES VINS PRIMEURS 2020 ONT SUSCITE DES ENCHERES DYNAMIQUES LORS DE 60° VENTE AUX ENCHERES SISE AU CELEBRE CLOS VOUGEOT (21)    



Malgré la situation sanitaire, les professionnels des vins de Bourgogne ont le sourire. Dimanche 14 mars 2021, la 60° vente des Hospices de Nuits-Saint-Georges a pu se dérouler au célèbre château du Clos de Vougeot. Certes les enchérisseurs étaient moins nombreux. Mais les enchères furent particulièrement nourries et dynamiques. Avec un produit global de vente proche de 2 millions d’euros contre 1,614 millions un an plus tôt. Et surtout des records battus cette année. Plusieurs éléments expliquent cette surprenante santé.
D’abord la présence de nombreux acheteurs de la Vente des vins de Beaune qui fut annulée à la dernière minute, en novembre 2020.
Ensuite la qualité du millésime 2020. Concentré et plein de relief, il laisse présager un superbe potentiel d’élevage, puis de vieillissement en bouteille.
Enfin la récente suspension par le gouvernement de Joe Biden, de la taxe américaine sur les vins importés de France. La récolte 2020 a permis de proposer 114 pièces (ou fût de 228 litres) à la vente, dont 112 pièces de vin rouge et 2 pièces de vin blanc. Je vous rappelle qu’une pièce correspond à 320 bouteilles de 75 cl.

LE RESULTAT  EN DETAIL
Montant total des ventes : 1.923.000 euros (évolution sur un an : +19,11 %)
Total des vins rouges : 1.869.000 euros (+17, 51 %)
Prix moyen de la pièce de rouge : 16.687,50 euros (+26,95 %)
Total des vins blancs : 54.000 euros (+125 %)
Prix moyen de la pièce de blanc : 27. 000 euros (+67,75 %)
Pièce de charité : 49.380 euros contre 42.665 euros en 2019, et 42 243 euros en 2020.

LES PRINCIPALES CUVEES
Pour vous faire rêver, voici les noms des principales cuvées vendues lors de cette vacation :  
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Murgers – Cuvée Guyard de Changey
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Corvées Pagets – Cuvée Saint-Laurent  
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Porrets-Saint-Georges – Cuvée Antide Midan
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Boudots – Cuvée Mesny de Boisseaux
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Didiers – Cuvée Fagon
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Vignerondes – Cuvée Bernarde Delesclache
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Rues de Chaux – Cuvée Camille Rodier
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Saint-Georges – Cuvée Georges Faiveley
Gevrey-Chambertin Les Champs-Chenys – Cuvée Irène Noblet
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Terres Blanches – Cuvée Pierre de Pême  
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Didiers – Cuvée Cabet
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Saint-Georges – Cuvée des Sires de Vergy
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Didiers – Cuvée Jacques
Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Terres Blanches – Cuvée Saint-Bernard de Cîteaux.
A VOTRE SANTE