Recherche

LOGEMENTS ENERGIVORES : VOS REACTIONS

Consacré à la chasse aux logements énergivores liée au nouveau DPE (diagnostic de performance énergétique) qui dégrade la notation des logements, mon dernier billet de blog a suscité de stupéfiantes réactions.

Alerte sur les passoires énergétiques



« La classification en logement indécent des logiciels énergivores ne concerne pas les locations saisonnières mais uniquement les habitations principales« .  

«  C’est du grand n’importe quoi. Je viens de faire refaire 2 DPE pour 2 logements dans une maison préalablement classés E et le diagnostiqueur me les classe maintenant en G.
Payé 2×200=400€ pour 1h de travail.

A réception du diagnostic, après paiement, comme je suis ingénieur en génie climatique, ma première réaction a été de m’étonner qu’il m’annonce une consommation en chauffage de 37 740 kW ce qui représente 3547 litres de fuel. Le problème est que la consommation moyenne de ces 10 dernières années, justifiée par les factures et les arrêts de charges aux locataires qui sont toujours (par choix) des retraités (donc « qui chauffent toute la journée ») est de 2015 litre/an de fuel. (1790 à 2300 max). J’ai immédiatement envoyé un mail au diagnostiqueur qui n’a pas répondu.
Avant de le rappeler, j’ai repris le dossier et constaté qu’il :
– n’a pas vu les robinets thermostatiques
– a marqué que c’était des murs en béton banché au lieu de moellons de 300 mm (la différence est du simple au double au niveau isolation)
– n’a pas tenu compte des isolant mince (DEPRON) collés sur les murs. Si l’on oublie le chauffage sur lequel il y a une contestation, les 3 seuls postes :
– Eau Chaude : 21028 kW
– Éclairage : 530 KW
– Auxiliaires : 2499 kW
justifient déjà, à eux seuls, une consommation supposée de 24 057 kW, soit un classement D. Sauf à compter sur l’incompétence notoire du diagnostiqueur, on marche sur la tête …

MAIS MAINTENANT, QU’EST-CE QU’ON FAIT ?

La loi m’oblige à faire ce DPE, mais si je le donne à mes locataires en leur annonçant une consommation de 2015 litres de fuel en moyenne avec un classement G, c’est le procès garanti ».

Réponse de cet internaute « Sur votre conseil, j’ai bien pris contact avec l’UNPI de Lyon qui est au courant du problème. Selon eux, le diagnostiqueur ne doit rentrer dans l’algorithme que ce qu’il voit. Par exemple, si vous lui précisez que votre mur est en moellons et qu’il y a un isolant mince derrière la tapisserie, s’il estime que votre mur est en béton banché, il est réputé avoir raison …
Par contre, quand il ne voit pas les robinets thermostatiques, il faut faire faire aux locataires des attestations sur l’honneur avec copie CI etc …. Ambiance ….
Le vrai problème est la responsabilité professionnelle du diagnostiqueur qui doit être mise en cause par un juge »
.

 La marche forcée de la rénovation énergétique inquiète sérieusement les professionnels de l’immobilier. « Il s’agit d’une accélération ni préparée ni accompagnée dans un calendrier serré. A quoi s’ajoute un accompagnement financier insuffisant voire non anticipé » juge Jean-Marc Torrollion, Président de la FNAIM. Avec tout cet arsenal, des experts se demandent si « le DPE ne constituera pas un facteur de disruption future du marché » . En d’autres termes, il y aurait une valeur verte ou rouge d’un logement, selon sa consommation d’énergie et ses émissions de gaz à effet de serre.    


LA CHASSE AUX LOGEMENTS ENERGIVORES

DES 2022, LES BIENS IMMOBILIERS LES PLUS ENERGIVORES DEVRONT FAIRE L’OBJET DE TRAVAUX AFIN D’AMELIORER LEUR BILAN ENERGETIQUE.

Pour ce premier billet de l’année 2022, je traite un sujet un peu technique : la performance énergétique. A terme, elle peut influencer sur la valeur de votre bien. « De logements énergivores on est passé à des passoires énergétiques et le diagnostic énergétique dit encore DPE, a subi un sérieux tour de vis » tonne Laurent Vimont à la tête de Century 21. En effet le contenu et la méthode de calcul de ce fameux DPE sont  modifiés : désormais ils s’appuient sur les caractéristiques techniques du bien (qualité du bâti, isolation, fenêtres, chauffage…) et non plus simplement sur les consommations passées (factures). Résultat : des DPE « ancienne formule » risquent d’être dégradés. Comprenez de passer par exemple de E à F.

QUEL IMPACT POUR VOTRE LOGEMENT LOCATIF ?

Bien sûr cette course à la neutralité carbone définie par la loi « climat et résilience » du 22 août 2020, pénalise les bailleurs de bien(s) ancien(s). En vertu des nouvelles dispositions, un logement doit respecter des règles de décence et de confort très strictes, pour être éligible à la location :

° A partir du 1er janvier 2023, un logement avec une étiquette G sera interdit à la location. En d’autres termes, un logement pourra être proposé à la location uniquement si la consommation d’énergie ne dépasse pas le seuil de 449 Kwh d’énergie finale par mètre carré de surface habitable et par an. Cette mesure ne s’appliquera qu’aux contrats de location signés à compter du 1er janvier 2023, les baux en cours ne seront donc pas concernés.

° A partir du 1er janvier 2028, un bien résidentiel avec une étiquette F sera interdit à la location. Là encore, cette mesure ne concernera que les contrats de location signés à compter du 1er janvier 2028. Mais lorsqu’on connait le taux de rotation dans les petites surfaces, on s’expose facilement à ce risque.

° Jusqu’à présent informatif, le DPE est devenu opposable. En le présentant à l’acheteur ou au locataire, le propriétaire engage sa responsabilité. Si le résultat obtenu par le nouveau DPE est inférieur à celui présenté par le propriétaire, le locataire ou l’acquéreur pourront se retourner contre le propriétaire et lui demander des indemnités.

Cette interdiction progressive de mise en location de biens énergivores pose un sérieux problème dans les copropriétés. Une rénovation énergétique ne se décide pas du jour au lendemain et nécessite l’accord des copropriétaires.  Même s’ils détiennent un bien énergivores, les propriétaires occupants savent que leur logement trouvera preneur sur un marché tendu.  

Enfin si vous êtes tenté d’acheter un ou des logements locatif (s), prenez garde au nouveau DPE. L’offre à la vente de petites surfaces énergivores a monté en flèche. Et lorsque le DPE revu et corrigé se situe en F ou G, des agents immobiliers peu scrupuleux n’hésitent pas à arguer que le diagnostiqueur s’est trompé. La vigilance s’impose, en particulier sur le marché parisien qui a tendance à stagner. Selon les dernières statistiques des notaires, dans Paris, en octobre 2021, le prix des appartements s’établit à 10.700 euros/m2, soit une baisse de 1,4% par rapport à octobre 2020. D’après les avant-contrats, le prix des appartements dans la capitale ressortira à 10.620 euros/m2 en février 2022. Au fil des mois, les valeurs continuent donc d’osciller entre 10.600 et 10.800 euros/m2. Et l’incertitude électorale devrait favoriser un certain attentisme des acquéreurs.

FAITES NOUS PART DE VOS REACTIONS ET VOTRE EXPERIENCE DANS LE DOMAINE, EN BAS DE CE BILLET.


BONNE ANNEE 2022 !


EVASION : PRAGUE AUTREMENT

(RE) DECOUVREZ CETTE VILLE AU BORD DE LA MOLDAU ( VLTAVA). OUTRE SON QUARTIER HISTORIQUE. GROS PLAN SUR TROIS COUPS DE COEUR ET LA CELEBRE MUSIQUE  » LA MOLDAU  » DE SMETANA

Longtemps touchée par le surtourisme, la capitale de la République Tchèque devient plus accessible en ces temps sanitaires troublés. Désormais vous pouvez parcourir le pont Charles en dehors de la foule. Dans l’enceinte du château, la Ruelle d’Or se découvre enfin en toute sérénité. Une fois que vous avez visité les incontournables de Prague, notamment la Vieille ville et son horloge, le Château, le quartier juif, le Monastère Sainte-Agnès et la place Vencelas, voici trois haltes à ne pas manquer.

LA MAISON MUNICIPALE

Se dressant au cœur de la Vieille Ville, sur la place de la République, c’est l’un des plus beaux bâtiments d’Art Nouveau en Europe Centrale. L’intérieur de la Maison Municipale se découvre uniquement lors d’une visite guidée à réserver sur place.  « Bâtie entre 1905 et 1912, lorsque la Bohême faisait encore partie de l’Autriche-Hongrie, elle symbolise l’assurance du peuple tchèque qui, au sein d’une monarchie multinationale, n’avait pas d’Etat indépendant » explique la guide qui a préfère garder l’anonymat.

Vue de l’extérieur, la Maison Municipale donne l’impression de se limiter à deux étages. En réalité, elle en compte sept ! Au total, elle se développe sur 4.214 m2. Plusieurs artistes majeurs du début du XX° siècle, dont Alfons Mucha ont participé à sa décoration.  Et si vous êtes mélomane, sachez qu’elle abrite le Smetana Hall (1.200 places).  Des centaines de concerts y sont donnés. En temps normal, le Festival international « Printemps de Prague »  programmé en mai y est inauguré  en présentiel, par le cycle de poèmes symphoniques « Ma patrie » de Smetana. Ecoutez sur le conseil d’un confrère- la célèbre musique La Moldau de Smetana sur des photos de Prague.

Pour une pause gourmande, vous avez le choix dans l’aile gauche du rez- de- chaussée, à son célèbre café, qui abrite au fond de sa grande salle, une belle nymphe en marbre de Carrare. Juste à l’opposé et plus chic, son restaurant où l’on vient avant tout pour son superbe cadre.

LES HUBLOTS GEANTS LE LONG DES QUAIS

A proximité de la « Maison qui danse » construite en 1996 par deux architectes – le tchèque d’origine croate Vlado Milunić et le fameux canadien Frank Gehry – la ville de Prague a revitalisé les quais situés entre les ponts Palackého et Železniční. Pour donner un coup de jeune à toute cette zone désertée après les inondations de 2002, elle a fait appel à l’architecte tchèque Petr Janda de l’agence Brainwork.

Sur plusieurs centaines de mètres cet architecte à l’âme d’artiste a su redonner vie aux 20 voûtes creusées le mur riverain. Utilisées à l’origine comme zones de stockage de glace, elles ont désormais l’allure d’énormes hublots. Derrière leur espace vitré, ils abritent des lieux de convivialité : cafés, clubs, studios, ateliers, galeries…

En vous promenant le long de la rivière, vous profitez de la vue sur le château de Prague. Et pendant la belle saison, vous pouvez faire du vélo ou assister des manifestations culturelles.

HOLESOVICE, UN QUARTIER BRANCHE

En pleine transformation, ce quartier des abattoirs accueille désormais un marché de légumes et un autre de produits asiatiques. Pour la petite histoire, de nombreux vietnamiens se sont installés en Tchécoslovaquie sous l’ère soviétique.

Depuis une dizaine d’années, des entrepreneurs créatifs ont profité des loyers bas et d’espaces vides pour créer une infrastructure vivante de galeries, boutiques, cafés, bars et clubs. Si vous appréciez les lieux alternatifs, ce secteur mérite un détour.

BONS PLANS

Déplacez- vous surtout en Tram, même si le tchèque n’est pas facile à déchiffrer. Les transports sont gratuits pour les seniors.

Coté hébergement, le groupe Accor exploite deux hôtels situés cote-à-cote à deux pas de la place de la République (Old Town) : un Ibis et un Mc Gallery .

Deux sites internet à consulter pour préparer votre voyage : www.prague.eu  et www.visitczechrepublic.com

Autre billet d’évasion : Kaunas en Lituanie, capitale de la culture européenne en 2022.