Recherche

PEINTURES : L’INCONTOURNABLE COLLECTION MOROZOV

A PARIS, LA FONDATION LOUIS VUITTON EXPOSE JUSQU’AU 22 FEVRIER 2022, L’UNE DES PLUS IMPORTANTES COLLECTIONS AU MONDE D’ART IMPRESSIONNISTE ET MODERNE : LA COLLECTION MOROZOV.

 « Au tout début du XX°siècle, pour Alexandre Benois, peintre et critique averti, l’accès direct au Paris de l’avant-garde la plus décisive, passe par Paris. C’est encore le cas pour Alfred Barr, le créateur du MoMA, visitant en 1918 les deux collections Chtchoukine et Morozov, alors encore accessibles, bien que déjà nationalisées » signale Suzanne Pagé, Directrice artistique de la Fondation Louis Vuitton. En d’autres termes, à l’époque, pour connaître notamment Matisse et Cézanne, il fallait aller à Moscou !

A partir du 22 septembre 2021, cette Fondation présente pour 5 mois au moins, la collection Morozov appartenant au patrimoine artistique mondial. Ces quelques 200 œuvres majeures, qui pour la première fois sortent de Russie, provoquent un choc émotionnel aux visiteurs.

Déployée les salles du bâtiment de Frank Gehry, cette exposition rassemble un ensemble d’œuvres d’artistes iconiques surtout français : Manet, Rodin, Monet, Pissaro, Lautrec, Renoir, Sisley, Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Bonnard, Denis, Maillol, Matisse, Marquet, Vlaminck, Derain et Picasso. Sans oublier des artistes russes : Répine, Vroubel, Korovine, Golovine, Sérov, Larionov, Gontcharova, Malévitch, Machkov, Kontchalovski, Outkine, Sarian ou Koennkov.

Les deux expositions Chtchoukine et Morozov constituent aux yeux de la commissaire générale de l’exposition Anne Baldassari, un diptyque visant à retracer à la fois l’histoire de ces industriels philanthropes.  D’origine serve, ces deux familles se sont engagées dans la foi schismatique de la vieille croyance orthodoxe.

Sur le plan artistique, à la différence de Chtchoukine, Morozow collectionnait aussi les artistes russes, inspirés souvent par la peinture française. Et lors du vernissage, j’ai apprécié vivement qu’Anne Baldassari ait veillé à exposer cote à cote, des artistes français et russes. Une démarche que vous retrouverez par exemple dans la salle dédiée aux portraits génériques de Cézanne, Picasso et des « cézannistes ».

Ou encore dans la salle consacrée à Matisse. Sa nature morte «  Fruits et bronze », Issy-les-Moulineaux, 1910 prêtée par le Musée d’Etat des beaux-arts Pouchkine de Moscou « figure »  en arrière fond du portrait d’Ivan Morozov exécuté par Valentin Sérov à Moscou en 1910. Le  tableau ci-dessous a été prêté par la Galerie nationale Trétiakov à Moscou.

Et pour revenir à l’histoire contemporaine, je vous signale que les présidents Poutine et Macron, se sont exprimés dans le catalogue. Tout un programme !

BONNE VISITE. PRENEZ EN PLEIN LES YEUX.


APPART’CITY : SORTIE DE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE

LE TRIBUNAL DE COMMERCE DE MONTPELLIER VIENT D’ ARRETER LE PLAN DE SAUVEGARDE DE L ENTREPRISE

C’est la fin du suspense pour les propriétaires bailleurs de résidences de tourisme exploitées par Appart’City. En effet le Tribunal de Commerce de Montpellier a homologué le 14 septembre 2021 le plan de sauvegarde concernant cet exploitant.

Ce jugement rend les dispositions du plan opposables à tous.

«  Cette décision permet à Appart’City de sortir de sauvegarde et vient clôturer une période d’incertitude » commente l’exploitant dans une lettre adressée aux propriétaires. Et de poursuivre : « elle est l’aboutissement des négociations menées avec l’ensemble des bailleurs, des banques, de nos fournisseurs, de l’État et de notre actionnaire . .. Le plan de sauvegarde a été approuvé par plus de 90% des créanciers ».

La prochaine étape de la restructuration financière de la société ? Toujours en se référant au courrier envoyé aux bailleurs :

« Le lancement d’augmentations de capital qui permettront de convertir près de 40 millions d’euros de créances de l’actionnaire en augmentation de capital.  Celui-ci s’est également engagé à apporter en numéraire 8 millions d’euros dans le cadre de ces opérations, en contrepartie d’un prêt garanti par l’État (PGE) complémentaire des banques de 8 millions d’euros . L’État et les autres créanciers de l’entreprise ont consenti des efforts conséquents consistant notamment à un étalement des créances fiscales et sociales sur 10 ans ».

Prochainement je reviendrai sur l’impact des mesures du plan de sauvegarde lancé le 15 mai 2021, sur les investisseurs privés. D’ici là, donnez votre avis sur cette décision de justice.


JEUNES, PRENEZ VOTRE RETRAITE EN MAIN

L’investissement en actions reste le meilleur moyen pour financer nos retraites selon un rapport de Marc Touati pour Trade Republic. Si elles ne font rien, les générations des années 90 et 2000 perdront près de 40% de pouvoir d’achat lors de leur retraite. 

En France, la réforme du système de retraites est reportée depuis des décennies. Quel constat s’impose ? le financement du système de retraite par répartition consiste à financer les actuels retraités par les actifs d’aujourd’hui. Jusqu’au début des années 1970, on comptait plus de 3 actifs pour un retraité contre seulement 1,5 actif actuellement. En sans doute, 1,3 actif pour un retraité en 2050. Aussi le système de retraite par répartition à la française risque d’imploser, comme un système à la Madoff.

La nécessité de réformer la retraite française par répartition s’impose car nous vivons de plus en plus longtemps. Actuellement, la durée de vie moyenne à la retraite tourne autour de 23 ans, contre 2 ans dans les années 1950, 10 ans dans les années 1980 et 15 ans dans les années 1990. Selon le Conseil d’Orientation des Retraites (COR), la durée de vie à la retraite pourrait avoisiner les 30 ans pour la génération 2000, voire 33 ans en cas de mortalité basse.

Toujours selon le COR, la France consacre chaque année, plus de 330 milliards d’euros, soit environ 14 % de son PIB, au financement des retraites. En revanche, l’Allemagne n’y consacre que 10 % de son pays et les pays de l’OCDE seulement  7,5 %. Cette générosité à la française  est d’autant plus couteuse que le nombre de retraités va s’accélérer dès 2035 : de 16,3 millions en 2019, leur nombre devrait dépasser la barre des 22 millions en 2050.

 « Les Français peuvent sauver leurs retraites en soutenant le système par répartition avec une retraite par capitalisation qui permettra aux retraités de toucher les sommes épargnées pendant leur vie active d’un seul coup ou/et sous forme de rente » martèle Marc Touati président et chef économiste d’ ACDEFI (Aux commandes de l’épargne et de la finance) . Avec une différence de taille : les sommes investies dans une retraite par capitalisation appartiennent bel et bien aux retraités, ce qui n’est pas le cas de celles prélevées sur les salaires, puisqu’elles sont utilisées pour financer les actuels retraités. 

Afin de maintenir votre pouvoir d’achat après avoir cessé son activité, mieux vaut prendre en main dès maintenant la préparation de votre retraite. Cela passe généralement par l’achat de sa résidence principale et la constitution de placements : assurance-vie et bourse. Justement la bourse a tendance à effrayer les néophytes.

 Afin de démystifier leus peurs, le courtier en ligne d’origine allemande Trade Republic a demandé à ACDEFI d’étudier les solutions pour doper sa retraite. La bourse, l’or et les obligations sont les 3 meilleurs placements sur le long terme (c’est-à-dire sur au moins 8-10 ans) tant en termes de rentabilité que de fiabilité.

Même si des jeunes remboursent un prêt immobilier, ils ont intérêt à verser tous les mois quelques dizaines d’euros pour investir en direct en bourse. C’est la seule manière de lisser les performances. « Les deux tiers de moins de 35 ans sont ouverts à de nouveaux services d’investissement en entreprise plus transparents et accessibles » assure Matthias Baccino, Directeur France de Trade Republic. Avec son plan d’investissement programmé sans aucun frais de courtage à l’achat, ce courtier innove en France. Autre nouveauté : lors de la vente de titres via ce plan, il ne retient qu’un frais fixe limité à un euro. Ce courtier met aussi un coup de projecteur sur les ETF ou fonds négociés en Bourse. Et de citer, par exemple l’ ETF MSCI World sur un horizon d’investissement de 5 ans avec un versement programmé de 100 euros par mois, soit 6 000 euros in fine. Cela permet d’espérer un rendement annuel d’environ 4.5% net de frais. Mais en réalisant cet investissement avec des frais de gestion traditionnels ou dans un fonds de gestion assorti d’un rendement identique mais avec frais, la performance nette tombe à 1.97%!

Attention donc aux frais prélevés sur votre épargne en Bourse. 


ESCAPADE ART NOUVEAU A BRUXELLES

PARTIR A LA DECOUVERTE DES MAISONS DE DEUX MAITRES DE L’ART NOUVEAU EN BELGIQUE : VICTOR HORTA ET PAUL CAUCHIE

Rompant avec les lignes architecturales du classicisme, le mouvement Art nouveau se caractérise par des courbes et des arabesques. Une manière de s’appuyer sur  l’esthétique des lignes en coup de fouet.

Librement inspiré par la nature, ce pur produit de la Belle Époque (1890–1914), privilégie aussi le thème de la femme.

C’est le règne de la recherche totale : les artistes ne se limitent pas à concevoir des plans de bâtiments. Ils dessinent également des meubles, voire les robes de leur épouse !

Durant la période Art nouveau, plus question de cacher les matériaux des bâtiments. Ainsi sur une façade comme sur les murs intérieurs peuvent figurer divers ornements : la céramique, le fer forgé  pour les balcons et les grilles. Sans oublier les sgraffites. Cette technique décorative, très utilisée à la Renaissance, consiste à réaliser un motif ou dessin par hachures ou grattage d’un enduit blanc qui recouvre un fond noir ou coloré.

En outre le style Art Nouveau s’appuie aussi sur le Japonisme. En effet la nature devient une vraie source d’inspiration.

Maintenant, partons à la découverte de deux bâtiments iconiques dans le grand Bruxelles.

Le musée Horta, implanté à St Gilles : c’est la maison personnelle de l’architecte Victor Horta qu’il occupa de 1901 à 1919. Bien sûr, il la aménagé en totalité et en a même conçu le mobilier.

A quelques années d’intervalle, j’ai pris plaisir à revoir ce temple de l’Art Nouveau où Horta recevait aussi ses clients. En exposant ses réalisations, cet architecte de renom suscitait des commandes de la grande bourgeoisie de Bruxelles. Tout comme Majorelle à Nancy qui réunissait dans un même lieu sa maison personnelle et son atelier.

La maison Cauchie située à Etterbeek , tout près du Parc du Cinquantenaire. En 1905, l’architecte décorateur Paul Cauchie conçoit ce bâtiment pour en faire sa demeure et son atelier. Dès que vous arrivez, vous remarquez la symétrie, la verticalité et la géométrie de la façade. Et surtout de superbes sgraffites.

« Ce joyau de l’Art Nouveau avec une collection unique fait revivre les différentes facettes d’un artiste bruxellois original et créatif. Il comprend des dessins, des peintures, des meubles et des sgraffites » remarque Constantin Pion de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA).

EN PRATIQUE

Les visites s’effectuent uniquement sur réservation. Attention, la Maison Cauchie n’ouvre ses portes au public que les samedis et un dimanche par mois. Vous serez accompagnés par un guide francophone . Bon à savoir : il existe désormais un Art Nouveau Pass permettant de visiter 3 lieux- dont les maisons Horta et Cauchie- à choisir entre 7 beautés emblématiques du mouvement à Bruxelles. Je recommande, pour la ferronnerie de sa façade, le bâtiment Old England qui abrite le musée des instruments de musique.

 Ces musées sont facilement accessibles en métro ou en tram du centre historique de Bruxelles.

Belle découverte