Recherche

PRIX IMMOBILIER : PLUS DE TRANSPARENCE

L’ADMINISTRATION FISCALE OUVRE AU PUBLIC SA BASE DE DONNEES SUR LES TRANSACTIONS IMMOBILIERES. UN OUTIL POUR LES VENDEURS ET LES ACQUEREURS.

 

Petit-à- petit la transparence fait son chemin dans l’immobilier résidentiel en France. En effet La direction générale des finances publiques (DGFIP) ouvre au public sa base de données sur les transactions immobilières. Baptisée DVF (demande de valeur foncière), cette base contient actuellement environ 15 millions de données relatives aux transactions immobilières réalisées sur le territoire métropolitain et les DOM-TOM, à l’exception de l’Alsace-Moselle et de Mayotte entre janvier 2014 et mi-2018. Ces données sont issues des actes notariés et des informations cadastrales.

QUELS BIENS REPERTORIES ?

Qu’il s’agisse d’une maison, d’un appartement, d’une dépendance ou d’un terrain non bâti, les acheteurs peuvent connaître en détail la valeur d’un bien ayant fait l’objet d’une transaction récente, avec la surface ou le nombre de pièces. Mais cette base ne donne aucun renseignement  sur l’état du logement et sur l’étage d’un appartement. « Dans une même rue, et même dans le même immeuble, selon l’étage, mais surtout selon l’état du bien, l’écart de prix peut être réel » me rappelle Maël Bernier chez le courtier en crédit immobilier meilleurtaux.com

COMMENT CA MARCHE ?

De retour d’Outre- Atlantique, je viens de tester ce nouvel outil.  Je ne vous cache pas que son utilisation est relativement ardue. Si un appartement ou une maison à la vente retient votre attention, demandez à l’agent immobilier sa section cadastrale. Il faut introduire cette donnée à gauche de l’écran après le département et la commune. Sur la droite apparaitront les dernières transactions répertoriées : date, prix et surface.

Les plus de ce site : gratuit, immédiat, illimité en nombre de données. Et à la différence de Patrim, vous pouvez le consulter de manière anonyme.

Loin d’être inutile ce site devrait ralentir les ardeurs des vendeurs trop gourmands. Encore faut-il qu’il y ait eu des transactions récentes dans leur secteur immobilier. Coté acheteurs, consulter cette base de données non commerciales devrait les rassurer sur le juste prix de leur acquisition. Une précaution à prendre pour le marché résidentiel encore au beau fixe.



Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s